Connexion
CPSI partager                                                   

​Survol et implications

Gastroentérite virale

La gastroentérite est une inflammation des parois de l'estomac et des intestins, qui provoque de graves diarrhées et vomissements. [Centers for Disease Control and Prevention  (CDC) 2010]. La maladie gastrointestinale (GI) peut être causée par une variété d'agents infectieux, notamment des virus, des bactéries ou des protozoaires. Les éclosions de GI infectieuse peuvent être dévastatrices et entraîner des coûts supplémentaires importants, une augmentation de la morbidité chez les patients et, dans le pire des cas, des décès.  Les pathogènes responsables de la gastroentérite infectieuse ont cette particularité de se transmettre rapidement en contexte hospitalier, notamment parmi les patients les plus vulnérables. Les patients/résidents/clients qui développent de la diarrhée, avec ou sans nausée ou vomissement, dans les établissements de soins sont, dans une très large proportion, atteints de gastroentérite infectieuse (Provincial Infection Control Network of British Columbia 2016).


L'infection nosocomiale (IN), ou infection associée aux soins de santé (IAS), se définit comme une infection acquise pendant la prestation de soins en milieu hospitalier [Provincial Infectious Diseases Advisory Committee (PIDAC) et Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé 2012]. Les IN telles que la gastroentérite, qui ajoutent considérablement au fardeau de morbidité au sein de la population canadienne, sont une source de préoccupation importante au Canada. [PIDAC et Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé 2014; Agence de la santé publique du Canada (ASPC), 2012]

Le groupe de travail clinique sur la gastroentérite virale n'inclut, dans l'indicateur des préjudices à l'hôpital, que les gastroentérites contractées à l'hôpital par des agents infectieux tels que le rotavirus, le norovirus et l'adénovirus.

Entérite rotavirale

La cause la plus fréquente d'affection diarrhéique grave chez les jeunes enfants partout dans le monde est le rotavirus. Selon les estimations de l'OMS en 2013, environ 215 000 enfants âgés de moins de 5 ans en meurent chaque année, même si ce type d'infection peut être prévenue par un vaccin. La vaste majorité de ces enfants vit dans un pays à faible revenu [Organisation mondiale de la santé (OMS) 2018].

La maladie à rotavirus se manifeste par des vomissements et des diarrhées liquides pendant trois à huit jours. Elle s'accompagne généralement de crampes abdominales et de fièvre. D'autres symptômes, comme la perte d'appétit et la déshydratation, peuvent aussi être présents. L'apparition des symptômes survient généralement environ deux jours après une exposition au rotavirus. Les vomissements et les diarrhées liquides peuvent durer de trois à huit jours (CDC 2019b).

Les enfants âgés entre trois et 35 mois sont généralement plus gravement atteints et montrent des signes cliniques plus importants. Les adultes ont plutôt tendance à être asymptomatiques ou à présenter une infection subclinique. Les personnes immunosupprimées sont plus susceptibles de développer des symptômes plus sévères (ASPC 2010).

Le risque de propagation des infections est élevé dans les hôpitaux. Les infections nosocomiales sont fréquentes et sont une des principales causes de diarrhée chez les nouveau-nés et les nourrissons. Plusieurs éclosions ont été observées chez les patients gériatriques en milieu hospitalier.  Le rotavirus se transmet principalement par la voie fécale-orale, soit par contact de personne à personne ou par contact avec des surfaces contaminées. La transmission par de l'eau ou de la nourriture contaminée par les fèces est également possible. De plus, une transmission par les gouttelettes provenant de l'appareil respiratoire a également été évoquée, bien que cette suggestion devrait faire l'objet de plus amples études. Santé Canada a approuvé les vaccins RotaTeq et Rotarix; cependant, ils ne font pas partie des programmes de vaccination systématique en cours (ASPC 2010).

Gastroentéropathie aiguë à l'agent de Norwalk

« Norovirus » est le nom de genre officiel donné au groupe de virus provisoirement décrits comme les « virus de type Norwalk » (CDC 2011). Les norovirus causent la gastroentérite aiguë (CDC 2019c).

Une maladie à norovirus est habituellement de courte durée chez les sujets autrement en bonne santé, mais les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes souffrant d'autres affections présentent des risques accrus d'infection grave et prolongée.  Comme tout autre pathogène viral, le norovirus ne répond pas à un traitement antibiotique (CDC 2010).

Une infection à norovirus se caractérise par l'apparition soudaine de nausées, de vomissements, de diarrhée, de crampes abdominales, de douleur abdominale, de selles mucoïdes, d'une sensation de malaise, de maux de tête et de fièvre (ASPC 2017). Règle générale, les enfants souffriront davantage de diarrhée, et les adultes, de nausées.  Dans certains cas, les personnes souffrent de déshydratation parce qu'elles ne peuvent absorber suffisamment de liquides pour remplacer les liquides perdus en raison des diarrhées et vomissements fréquents (CDC 2010).

Jusqu'à 30 % des cas d'infection à norovirus sont asymptomatiques. Toutefois, les sujets asymptomatiques infectés peuvent transmettre le virus.  (ASPC 2017). Le norovirus est présent dans les excréments et les vomissements des personnes infectées (CDC 2010). La transmission entre humains du norovirus se produit habituellement par voie fécale-orale. Le virus peut aussi se propager dans l'environnement et par le biais de surfaces, d'aliments, d'eau, de vecteurs passifs, et d'aérosols contaminés (ASPC 2017).

Les infections à norovirus sont très contagieuses et se propagent rapidement. La plupart des éclosions surviennent dans les hôpitaux et autres établissements institutionnels (par ex.  les services de garde, les écoles, etc.) en raison de la multiplication de contacts humains. (CDC 2010; ASPC 2017).

Adénovirus

Les adénovirus peuvent causer une grande diversité d'affections et déclencher des symptômes spécifiques, parmi lesquels le rhume ou la grippe, la fièvre, le mal de gorge, une pneumonie, une conjonctivite et une gastroentérite aiguë.   Les maladies à adénovirus sont de bénignes à graves, mais généralement d'un niveau de gravité relativement peu élevé. Les personnes ayant un système immunitaire affaibli ou souffrant d'une maladie cardiaque ou respiratoire sont plus susceptibles de développer une infection à adénovirus grave. Les adénovirus se transmettent la plupart du temps d'une personne à l'autre par :

  • contact personnel étroit, comme toucher la personne ou lui serrer la main
  • l'air, par suite d'une toux ou d'un éternuement
  • les surfaces ou objets contaminés, en portant la main à sa bouche, à son nez ou à ses yeux sans s'être lavé les mains après avoir touché une surface ou un objet contaminé 
  • les fèces d'une personne infectée, par exemple durant un changement de couche

Les adénovirus résistent à de nombreux désinfectants couramment utilisés et peuvent demeurer infectieux très longtemps sur la surface des objets environnants et les instruments chirurgicaux.

Certaines personnes infectées à l'adénovirus, particulièrement celles qui sont immunosupprimées, ne présenteront aucun symptôme même si leurs amygdales, leurs adénoïdes et leurs intestins sont infectés. Elles peuvent propager le virus pendant des semaines, voire plus longtemps (CDC 2019a).

Objectif

Réduire l'incidence de la gastroentérite virale.

Table des matières