Connexion
CPSI partager                                                   

​Survol et implications

Rétention d'un corps étranger au cours de la chirurgie

Un corps étranger oublié est un incident lié à la sécurité des patients au cours duquel un objet chirurgical est laissé par inadvertance dans une cavité corporelle ou une plaie opératoire à la suite d'une procédure (Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP), 2016a). Les patients chez lesquels des corps étrangers ont été oubliés peuvent subir des préjudices physiques (perforation de l'intestin, septicémie et même décès) et des conséquences émotionnelles (dépression, stress post-traumatique, anxiété) à la suite de l'incident. Ces complications peuvent survenir au début de la période postopératoire ou encore plusieurs mois, voire des années plus tard (Gawande et al., 2003; Healthcare Insurance Reciprocal of Canada (HIROC), 2016; Joint Commission, 2013).


L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) rapporte pour l'année 2017 que le taux moyen de corps étrangers laissés dans le corps du patient au cours d'une opération, sur 100 000 congés médicaux et chirurgicaux, est de 3,8, contre 9,8 au Canada, ce qui représente une augmentation de 14 % au cours des cinq dernières années (Institut canadien d'information sur la santé (ICIS, 2019a et ICIS, 2019b). 

Une étude des cas médico-légaux au Canada sur dix ans, entre 2004 et 2013, a révélé que des corps étrangers oubliés ou une mauvaise intervention chirurgicale ont été identifiés dans 12 à 18 % des incidents chirurgicaux (Canadian Medical Protective Association (CMPA et HIROC, 2016).

Les corps étrangers oubliés peuvent inclure :

  • des dispositifs souples, tels que des éponges et des serviettes
  • de petits articles divers, y compris des composants ou fragments de dispositifs non récupérés (tels que des parties d'instruments brisées), des composants d'agrafeuses, des parties de trocarts laparoscopiques, des fils de guidage, des cathéters et des morceaux de drains
  • des aiguilles et autres objets tranchants
  • des instruments, le plus souvent des écarteurs malléables

(Joint Commission, 2013)

Les causes premières les plus courantes de rétention de corps étrangers signalées à la Joint Commission sont les suivantes :

  • L'absence de politiques et de procédures
  • Le non-respect des politiques et procédures existantes
  • Les problèmes de hiérarchie et d'intimidation
  • Le manque de communication avec les médecins
  • La défaillance du personnel de communiquer les informations pertinentes sur le patient
  • La formation inadéquate ou incomplète du personnel

(Joint Commission, 2013)

Les méthodes traditionnelles de prévention de la rétention de corps étrangers comprennent les « balayages de cavités » et les protocoles de comptage manuel - tous deux sujets à l'erreur humaine. Les pratiques actuelles de comptage des éponges présentent un taux d'erreur de 10 à 15 %. De plus, 80 % des éponges oubliées sont celles que le personnel estime être correctement comptées (Joint Commission, 2013).

Cisaillement du cathéter entraînant la rétention d'un corps étranger

La plupart des interventions par cathéter se déroulent sans complications, mais l'insertion et le retrait des cathéters peuvent entraîner la rétention de corps étrangers lorsqu'une partie du cathéter se rompt. Le cisaillement se produit généralement lors de l'insertion ou du retrait du cathéter chez les patients. Les fragments de cathéter restant chez les patients peuvent entraîner de graves complications en raison de l'emplacement ou de la migration du fragment ou de l'inflammation au niveau du site du fragment. Les raisons pour lesquelles un cathéter est cisaillé sont les suivantes :

  • L'application d'une force excessive lors du retrait du cathéter
  • Le retrait du cathéter par l'aiguille d'insertion
  • Le retrait du cathéter sur un biseau d'aiguille déformé ou endommagé
  • Une imperfection du cathéter causée par un défaut de fabrication
  • Un dommage causé au cathéter pendant ou après son insertion dans le corps du patient

(Pennsylvania Patient Safety Authority, 2009; Weinstein et Hagle, 2014)

Objectif

Réduire l'incidence de la rétention de corps étrangers.

Table des matières