Connexion
CPSI partager                                                   

Survol et implications

Une infection post-intervention est associée à un acte médical ou à une intervention chirurgicale et découle d'une colonisation par une charge bactérienne supérieure à celle que le système immunitaire est en mesure de gérer. Ce genre d'infection peut accroître considérablement les coûts, la morbidité et même la mortalité.

Les infections du site opératoire (ISO) sont des infections de l'incision, de l'organe ou de l'espace qui surviennent après une intervention chirurgicale. Les patients chirurgicaux qui présentent initialement des comorbidités plus complexes et l'émergence de pathogènes résistants aux antimicrobiens augmentent le coût du traitement des ISO et le défi qu'il représente. La prévention des ISO est de plus en plus importante, car le nombre d'interventions chirurgicales réalisées [...] ne cesse d'augmenter. On estime qu'environ la moitié des ISO peuvent être évitées en adoptant des stratégies fondées sur des données probantes (Berríos-Torres et al., 2017). Les ISO touchent jusqu'au tiers des patients qui subissent une intervention chirurgicale (Organisation mondiale de la Santé, 2018). Les infections du site opératoire sont une cause fréquente de morbidité suite à une intervention chirurgicale. Il a également été démontré qu'elles augmentent les taux de réadmission et de mortalité, la durée du séjour à l'hôpital et les coûts assumés par les patients qui les subissent (Cataife et al., 2014).

L'incidence cumulée des ISO dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire est de 11,8 sur 100 interventions chirurgicales. Bien qu'elles soient beaucoup plus faibles dans les pays à revenu élevé, elles restent le deuxième type le plus fréquent d'infections associées aux soins de santé (IASS) en Europe et aux États-Unis (É.-U.). L'incidence cumulée la plus élevée concerne la chirurgie du côlon avec 9,5 % d'épisodes pour 100 opérations, suivie de 3,5 % pour le pontage aortocoronarien, 2,9 % pour la césarienne, 1,4 % pour la cholécystectomie, 1,0 % pour la prothèse de la hanche, 0,8 % pour la laminectomie et 0,75 % pour la prothèse du genou (OMS, 2018).

De nombreux facteurs au cours du cheminement clinique d'un patient en chirurgie ont été reconnus comme contribuant au risque d'ISO. La prévention de ces infections est complexe et nécessite l'intégration d'une série de mesures avant, pendant et après l'opération (OMS, 2018).

Objectif

Prévenir les infections post-intervention et les décès chez les patients hospitalisés en mettant en œuvre des soins liés aux interventions fiables fondés sur des données probantes pour tous les patients qui subissent une intervention invasive.

 Table des matières