Connexion

La peau est une barrière naturelle contre les infections. Même si de nombreuses précautions et protocoles de prévention des infections sont en place, toute intervention chirurgicale provoquant une rupture de la peau peut entraîner une infection (Johns Hopkins Medicine, n.d.). Lorsqu'un patient contracte une infection à la suite d'une chirurgie ou d'une intervention, celle-ci retarde la guérison, prolonge la durée du séjour du patient et accroît le risque de préjudice et de réadmission. En mettant en œuvre des interventions appropriées, les patients sont davantage en sécurité et rentrent chez eux plus rapidement (Institute for Healthcare Improvement (IHI), n.d.).

La plupart des patients qui subissent une intervention chirurgicale s'en sortent bien, mais environ trois patients opérés sur 100 contractent une infection. Cela peut entraîner d'autres problèmes tels que la prolongation de l'hospitalisation et, plus rarement, un décès lié à l'infection (IHI, 2012).

Les patients et les soignants doivent recevoir des renseignements et des conseils sur le traitement de leur plaie après leur sortie de l'hôpital, sur la façon de reconnaître une infection du site opératoire et sur les personnes à contacter en cas d'inquiétude (NICE, 2019).

Récits de patients

La vie de Ginny a changé à jamais à cause d'une infection nosocomiale qui aurait pu être évitée.

Une patiente opérée ayant contracté une infection due au SARM à la suite d'une arthroplastie du genou décrit les répercussions de cette infection du site opératoire (ISO) sur sa vie et explique comment son expérience a amené les fournisseurs de soins de santé à apporter des changements pour prévenir les ISO.