Connexion
CPSI partager                                                   

Les déséquilibres hydro-électrolytiques sont associés à de nombreuses complications dont une augmentation du taux de morbidité et de mortalité, sans parler des hospitalisations prolongées. Les patients hospitalisés qui requièrent une administration de liquides IV présentent des bilans hydro-électrolytiques très variés et ne répondent pas tous de la même façon au traitement.  Par conséquent, pour réduire les risques d'une thérapie hydro-électrolytique inappropriée, il importe qu'un clinicien compétent fasse une évaluation rigoureuse des besoins du patient pour déterminer le contenu, le volume et le débit à administrer. (NICE 2013)

Les patients peuvent participer de façon utile à leur équilibre liquidien. La décision d'amorcer un traitement IV devrait être expliquée au patient, en l'invitant à surveiller certains signes et symptômes afin d'ajuster le traitement si nécessaire et en opportun. Si possible, ou à la demande, fournir l'information par écrit (par exemple, l'Information pour le public de NICE), et encourager les membres de la famille du patient ou les proches aidants (le cas échéant) à s'impliquer. (NICE 2013)

Récits de patients

  • Near Fatal: A Patient Safety Story (Autorité sanitaire de Saskatchewan – région de Saskatoon, 2015)
  • Medication Error in the Hospital Kills Two-Year Old Emily Jerry. As told by Christopher S. Jerry (Patient Safety Movement, 2014)

    Emily Jerry a reçu un diagnostic de tumeur du sac vitellin de la grosseur d'un pamplemousse à l'âge d'environ 18 mois. Ses médecins et le personnel infirmier m'ont assuré que non seulement le cancer dont souffrait Emily pouvait être traité, mais qu'il pouvait être guéri… Le dimanche 26 février, troisième jour après son dernier traitement de chimio, Emily s'est réveillée de sa sieste toute chancelante. Elle tentait en vain de s'asseoir et implorait sa mère de la prendre sur elle. Elle se prenait constamment la tête et se plaignait d'avoir mal… Elle gémissait de plus en plus et se mit à crier « Maman, bobo à la tête, bobo à la tête! BOBO À LA TÊTE!... Soudain elle est devenue toute molle. Les infirmières ont commencé des manœuvres de réanimation.  En moins d'une heure, ma précieuse fille était sous le respirateur artificiel. Ma petite Emily, fatalement blessée au cerveau et maintenue en vie artificiellement – essentiellement morte après avoir subi de graves lésions cérébrales. Notre Émily est décédée d'une surdose de chlorure de sodium dans son soluté de chimiothérapie. …. Lisez toute l'histoire ici.