Connexion

 CPSI Nouvelles

 

 

Chris Power, DG de l'ICSP, co-écrivait un article sur le soutien aux travailleurs de la santé pendant la pandémie347627/3/2020 4:42:34 PMSoutenir le bien-être émotionnel des travailleurs de la santé pendant la pandémie de COVID-19 Chris Power, DG de l'Institut canadien pour la sécurité des patients, est co-auteur d'un article publié dans le Journal of Patient Safety and Risk Management (en anglais seulement). Veuillez trouver les détails et le résumé ci-dessous. Auteurs Albert W. Wu, Peter Buckle, Elliott R. Haut, Tomasso Bellandi, Shunzo Koizumi, Alpana Mair, John Øvretveit, Chris Power, Hugo Sax, Eric J. Thomas, David Newman-Toker, Charles Vincent Publiée le 17 juin 2020 Abstrait La pandémie de COVID-19 est en train de devenir la crise sanitaire déterminante de notre génération. Les organisations de soins de santé constituaient déjà un environnement à haut risque pour les travailleurs, qui sont quotidiennement exposés à la souffrance de leurs patients, à la tragédie et au potentiel d'échec. Maintenant, le personnel de santé de toutes sortes s'efforce de répondre aux demandes de soins aux patients atteints du nouveau coronavirus. Prendre soin des patients atteints de COVID-19 les expose à un risque personnel d'infection et constitue également une menace pour leur bien-être émotionnel. À court terme, prendre soin des patients pendant la pandémie provoque la peur, l'anxiété et l'inquiétude des travailleurs et de leurs proches. Les travailleurs peuvent développer de la colère et de la frustration à l'idée de travailler dans des conditions sous-optimales et de l'angoisse face aux décisions difficiles. Ils peuvent être déséquilibrés par des exigences et des routines de travail nouvelles et changeantes. Ils peuvent se redéployer loin de leurs unités d'origine et être ainsi privés de leur réseau habituel de soutien social. Leur lieu de travail peut changer devant eux, comme lorsque les services généraux sont convertis en unités de confinement biologique pour les patients COVID-19. Tous ces stress peuvent provoquer des doutes et des craintes sur la compétence. Et il est difficile de soigner des patients gravement malades ou mourants et de voir ceux qui sont séparés de leurs proches par des mesures de contrôle des infections. Si les travailleurs ne reçoivent pas un soutien émotionnel suffisant, la détresse peut être invalidante. Cela peut les rendre moins capables de travailler à leur pleine capacité. Cela peut à son tour menacer l'intégrité du personnel de santé pour fournir les volumes de soins requis par la pandémie. À plus long terme, les travailleurs individuels courent un risque d'épuisement professionnel accéléré et de problèmes de santé mentale comme le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Nous avons consulté des experts en soins de santé au sein de notre comité de rédaction international. Nous leur avons demandé de fournir des conseils aux dirigeants et gestionnaires de soins de santé et aux cliniciens de première ligne pour répondre aux besoins émotionnels des travailleurs de la santé et se soutenir mutuellement. Veuillez lire l'article complet sur le site web du Journal of Patient Safety and Risk Management (en anglais seulement). 7/3/2020 4:00:00 PMSoutenir le bien-être émotionnel des travailleurs de la santé pendant la pandémie de COVID-19 Chris Power, DG de l'Institut canadien pour la7/3/2020 5:04:49 PM22https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Jeux de puissance en sécurité des patients : la présence de la sécurité 609996/19/2020 7:09:54 PM Au cours des derniers mois, le monde de la santé a été bouleversé. L'Institut canadien pour la sécurité des patients en a profité pour tendre l'oreille et mener une réflexion sur le sort du système de la santé canadien au lendemain de l'annonce de la pandémie de la COVID-19 après s'être adapté à cette nouvelle réalité. La sécurité des patients est plus importante que jamais. Cela dit, nous ne pouvons pas exiger du système de santé déjà accablé de porter un fardeau plus lourd encore, de soutenir des pressions ou des distractions additionnelles. Nous devons, au Canada et dans le monde entier, adapter notre pensée et notre approche en matière de sécurité. Nous en venons à la conclusion que la sécurité des patients ne doit pas être axée sur l'absence de préjudice. Nous ne devrions pas nous contenter de compter le nombre d'incidents dans l'espoir qu'il diminue l'année suivante. Au contraire, l'Institut canadien pour la sécurité des patients canalisera les efforts pour mettre l'accent sur la présence de la sécurité dans les soins de santé. Chaque personne qui participe à l'odyssée des soins de santé devrait être outillée et encouragée à définir la sécurité des patients, à la souligner et à faire part des réussites dans l'ensemble du système. Il est parfois difficile de percevoir la présence de la sécurité, mais chacun d'entre nous peut apprendre à la reconnaître. Nous pouvons apprendre à l'exiger. Chacun d'entre nous — à titre de patient ou membre de la famille, de prestataire de soins, d'administrateur ou de chef d'équipe — peut apprendre à revendiquer la présence de la sécurité. Dès que vous aurez appris à l'exiger, vous obtiendrez la sécurité en tout temps et vous saurez quoi faire si elle est absente. Pour adopter cette nouvelle orientation, l'ICSP a dû redéfinir la priorité de plusieurs de ses campagnes en vue d'offrir le meilleur soutien qui soit aux patients, aux prestataires de soins et aux dirigeants pendant la riposte canadienne à la pandémie. Vous constaterez que l'accent est remis sur la prévention et le contrôle des infections — notre récente campagne « ARRÊT! Nettoyez-vous les mains » comportait des messages visant à aplatir la courbe de la COVID-19 pour réduire l'impact de la pandémie ainsi que des outils pour montrer comment se laver les mains efficacement. Vous verrez de fréquentes mentions de notre partenariat qui s'inscrit dans une initiative visant la santé psychologique et la sécurité des prestataires de soins de santé et qui comprend les programmes de soutien par les pairs. En outre, vous serez témoin de nouvelles initiatives qui aborderont les sujets communs à l'ensemble des établissements de soins de santé canadiens, comme le partenariat avec les patients et leur mobilisation, les systèmes de sécurité et d'accompagnement, ainsi que la sécurité des patients lors des soins virtuels. Nous espérons que vous serez de la partie, que vous joindrez votre voix à la nôtre tandis que nous focalisons sur la présence de la sécurité dans les soins de santé. Avez-vous été témoin de la présence de la sécurité lors du soutien par les pairs? À votre avis, comment peut-on détecter la présence de la sécurité dans les soins de santé virtuels? Aidez-nous à définir la sécurité des patients lors des partenariats avec les patients, lors de la pratique de l'hygiène des mains et dans toutes les sphères des soins de santé, peu importe le lieu où ils sont fournis. La sécurité doit être la première chose qui nous vienne à l'esprit, notre priorité. De nouvelles possibilités nous sont données de positionner la sécurité des patients dans notre nouvel ordre mondial. Cette campagne nous permettra de mettre en commun les outils, les ressources et les programmes de l'ICSP et de nos partenaires pour que les personnes qui en ont le plus besoin puissent les utiliser. Faites passer le message que l'on peut apprendre à discerner la présence de la sécurité même si elle est peu apparente et qu'on peut l'exiger si elle fait défaut. N'hésitez pas à m'écrire à cpower@cpsi-icsp.ca; suivez-moi sur Twitter @ChrisPowerCPSI. Votre partenaire dévouée en sécurité des patients, Chris Power 6/19/2020 7:00:00 PMAu cours des derniers mois, le monde de la santé a été bouleversé. L'Institut canadien pour la sécurité des patients en a profité pour tendre6/19/2020 7:59:46 PM90https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Pour l'amour des soins infirmiers - Chris Power609055/11/2020 7:54:32 PM ​L’année 2020 a été proclamée par l’Organisation mondiale de la Santé l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier. Au Canada, la Semaine nationale des soins infirmiers a lieu la deuxième semaine de mai. Avec toute la pression et l’incertitude causées par la COVID-19, nous comptons plus que jamais sur le personnel infirmier en première ligne des soins de santé. Dans ces récits, nous rendons hommage à notre personnel, à nos amis et à nos partenaires qui ont choisi cette vie héroïque de sacrifice et de service. « Lorsque je faisais partie du personnel infirmier, », nous dit Chris Power, PDG de l’Institut canadien pour la sécurité des patients, « j’avais le privilège unique de faire partie de la vie des gens au moment où ils sont le plus vulnérables. Que ce soit dans leurs moments les plus heureux, ou pour leur tenir la main pendant leurs derniers moments, j’ai partagé l’intimité de tant de vies. » Chris Power a obtenu en 1977 un diplôme en soins infirmiers au terme de quatre ans d’études à l’Université Mount Saint Vincent et a immédiatement commencé à travailler à l’Old Halifax Infirmary. Étant l’une des trois seules infirmières diplômées de cet établissement, elle a été recommandée pour des postes de supervision ou de gestion. Ces progrès l’ont finalement amenée à travailler comme PDG de Capital Health à Halifax pendant neuf ans. À la fin de cette période, elle a accepté le dernier poste professionnel qu’elle occupera avant de prendre sa retraite le poste de défenseur de la sécurité des patients à l’échelle pancanadienne au sein de l’ICSP. Bien que le contact avec les patients, qui a été une priorité pour elle tout au long de sa carrière, lui manque - en tant qu’infirmière, gestionnaire ou PDG, elle s’assurait de parler à un patient tous les jours - son poste présente de nombreux avantages. Toutefois, lorsqu’on lui demande son avis sur les parcours professionnels des jeunes, elle recommande toujours les soins infirmiers. « Les soins infirmiers sont la meilleure formation que l’on puisse recevoir », déclare Chris. « Une infirmière apprend, mais elle est aussi formée à la résilience. Nous résolvons des problèmes, nous jonglons avec des charges de travail énormes, nous trouvons des solutions de rechange et nous sommes encouragées à la fois à diriger et à suivre. C’est très motivant. Je retiens mes leçons en matière d’écoute, de collaboration et d’observation et je les utilise encore tous les jours. » Cette formation, ainsi que leur position de prestataires de soins de santé qui s’engagent plus que tout autre auprès des patients, signifie que les infirmières ont un rôle énorme à jouer dans la sécurité des patients. Que ce soit dans les soins de proximité, les hôpitaux ou les soins de longue durée, leur formation est ce qui assure la sécurité des patients et la leur. En fait, la formation de Chris en soins infirmiers l’a aidée à se préparer à cette pandémie sans précédent. « En tant qu’infirmière, vous devez toujours être prête à faire face à une crise », déclare-t-elle. « L’état d’un patient s’aggrave, un arrêt cardiaque survient - vous devez vous adapter chaque jour. J’ai également fait preuve de leadership lors de plusieurs crises - SRAS, H1N1 et SwissAir. » Son meilleur conseil, même durant cette pandémie, est de ne pas s’en faire pour un rien. Restez calme, rassemblez les meilleures données probantes et appliquez-les. « J'ai élaboré un plan pour moi-même, pour ma famille et pour l’ICSP », déclare Chris. « Il y a une lumière au bout du tunnel et cela aussi devrait passer. » L’Institut canadien pour la sécurité des patients rend hommage aux efforts de tout le personnel infirmier - en fait, de tous les fournisseurs de soins de santé - du Canada et du monde entier. Ils comptent parmi nos plus ardents défenseurs de la sécurité des patients et des soins aux patients. La sécurité des patients est absolument essentielle à la qualité des soins de santé, et nous dépendons des infirmières et des infirmiers à tous les jours. Merci. 5/11/2020 7:00:00 PM L’année 2020 a été proclamée par l’Organisation mondiale de la Santé l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier. Au Canada,5/11/2020 10:01:47 PM203https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
La Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains fut une réussite!609085/11/2020 5:20:36 PM Nous venons de réaliser la meilleure Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains qui soit en termes de participation dans les médias sociaux. Le mot-clic #stopcleanyourhands a enregistré 7 822 millions d'impressions sur Twitter. Il s'agit non seulement de la meilleure utilisation d'un mot-clic lors de cette Journée, mais c'est aussi la meilleure utilisation d'un mot-clic qu'on ait pu observer jusqu'à maintenant lors d'une journée organisée par l'ICSP. Relations gouvernementales dans les médias sociaux Tous les paliers de gouvernement - fédéral, provincial et municipal - n'ont jamais cessé d'appuyer la Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains. Leur utilisation du mot-clic #stopcleanyourhands a été la plus importante de l'histoire des événements organisés par l'ICSP. Participation à la campagne Au Canada, plus de 2 200 personnes ont fait l'autoévaluation de la propreté de leurs mains pour s'assurer qu'elles nettoyaient leurs mains correctement afin de se protéger, ainsi que leurs proches, des infections. En outre, 403 citoyens canadiens ont encouragé la propreté des mains en montrant au monde entier leur engagement à bien nettoyer leurs mains. De plus, un nombre incroyable de personnes ont accédé aux ressources sur l'hygiène des mains de l'ICSP pour aider les gens à se protéger et à protéger les autres. Médias 47 publications en ligne, engendrant une portée totale d'environ 13 M de mentions de la Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains Une mention à l'émission CTV News at 5 à Montréal et un reportage à CHCH Hamilton, engendrant une portée (diffusée/en ligne) de 2,8 millions de personnes Plus de 300 références dans les médias sociaux à @patient_safety, grâce à des comptes parmi les plus importants, notamment Timothy Caulfield, l'Association des infirmières et infirmiers du Canada et le Durham District School Board. En outre, la Dre Theresa Tam a pris le temps de parler de la Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains lors de sa mise à jour quotidienne. Il s’agit d’une activité des Relations gouvernementales qui a été mise en lumière dans les médias. Vous pouvez suivre ce lien pour regarder la diffusion reprisepar CHCH à Hamilton, en Ontario. Merci à tous ceux et celles qui ont participé à la Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains cette année. Nous tenons également à remercier tout particulièrement Natalie Nymark pour ses formidables publications dans les médias sociaux. En signe de gratitude, PCI Canada lui offrira une inscription gratuite à la conférence PCI Canada 2021. Avez-vous fait l’autoévaluation de la propreté de vos mains? Avez-vous encouragé la propreté des mains? Partagez votre expérience avec le mot-clic #STOPCleanYourHands – la propreté des mains est essentielle, maintenant plus que jamais, non seulement le 5 mai mais tous les jours! 5/11/2020 5:00:00 PMNous venons de réaliser la meilleure Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains qui soit en termes de participation dans les médias sociaux. Le5/11/2020 10:11:18 PM141https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Pour l'amour des soins infirmiers - Maureen Sullivan-Bentz609015/11/2020 4:13:17 PM ​L’année 2020 a été proclamée par l’Organisation mondiale de la Santé l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier. Au Canada, la Semaine nationale des soins infirmiers a lieu la deuxième semaine de mai. Avec toute la pression et l’incertitude causées par la COVID-19, nous comptons plus que jamais sur le personnel infirmier en première ligne des soins de santé. Dans ces récits, nous rendons hommage à notre personnel, à nos amis et à nos partenaires qui ont choisi cette vie héroïque de sacrifice et de service. « Je suis infirmière », nous dit Maureen Sullivan-Bentz, gestionnaire principale de programme à l’Institut canadien pour la sécurité des patients. « Je me sens si privilégiée et honorée du fait que ma carrière m’ait permis de m’occuper de patients et de leurs familles à l’un des moments les plus vulnérables de leur vie. Il ne faut jamais sous-estimer la valeur de l’écoute et de la gentillesse. » Maureen a obtenu un baccalauréat en sciences infirmières à l’Université Queen’s en 1986. Son premier emploi - et sa véritable passion - a été de travailler à l’unité de soins intensifs pédiatriques du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario à Ottawa. Elle a continué à l’USIP de l’Hôpital de Montréal pour enfants tout en terminant sa maîtrise à l’Université McGill et a passé la plus grande partie de sa carrière à travailler avec des nouveau-nés et des enfants gravement malades. Elle a travaillé dans de nombreux autres domaines des soins infirmiers et a enseigné à temps partiel dans le cadre du programme de baccalauréat en sciences infirmières de l’Université d'Ottawa pendant 25 ans. « Et maintenant, à l’ICSP, je suis responsable du portefeuille de l’éducation et du renforcement des capacités », explique Maureen. « C’est un poste tout désigné pour moi et la transition s’est faite assez facilement. Mes antécédents cliniques, ma position de leader et mon expérience en enseignement des sciences infirmières contribuent tous aux projets sur lesquels je travaille. J’aime être créative dans la prestation de l’enseignement des soins de santé et ce rôle m’a certainement donné l’occasion de le faire. » Toutefois, ce nouveau rôle ne change pas qui elle est. « Lorsque le monde regardait et attendait de voir ce qui allait se passer avec la COVID-19, puis que l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré une pandémie, j’ai tout de suite pensé que je devais me préparer à aider », dit Maureen. « Je ne peux que décrire mon désir inhérent d’intervenir et de faire tout ce qui est nécessaire dans une crise sanitaire donnée - « infirmière un jour, infirmière toujours », comme on dit. C’est comme un automatisme qui survient tout simplement, puis on fait ce qu’il faut pour que ça se produise. » Elle s’est mise en contact avec sa grande région rurale de l’Ontario pour leur offrir son aide. Elle a ainsi fait partie de l’équipe qui a mis sur pied le centre virtuel de triage et d’évaluation du comté de Renfrew en seulement 12 jours. Le programme fournit des évaluations virtuelles initiales par des médecins de famille et des infirmières praticiennes, une évaluation à domicile et une capacité de surveillance à distance par des paramédicaux de la communauté, puis, si nécessaire, une transition vers un médecin en milieu de soins actifs de la communauté ou un médecin en soins palliatifs. Il offre plusieurs niveaux de soins conçus pour détourner les visites et les transferts vers les services d’urgence locaux. Le programme a reçu en moyenne 80 à 100 appels par jour et a évalué plus que 2600 patients en sept semaines. En tant qu’infirmière, Maureen estime que la sécurité des patients doit être intégrée dans chaque aspect de tout ce qu’elle fait, chaque jour. Elle doit toujours être une priorité. C’est pourquoi elle se sent si frustrée lorsque, pendant la pandémie à laquelle nous sommes confrontés, les infirmières n’ont pas l’équipement nécessaire pour faire leur travail. « Je suis tellement frustrée que les gens croient que les prestataires de première ligne ont tout le soutien et les fournitures dont ils ont besoin », rage-t-elle. « Je connais des gens qui ont attrapé la COVID en portant les mêmes EPI pendant des jours. Ils ont travaillé jusqu’à ce que leur blouse ou masque se déchire, puis ont dû passer par trois niveaux d’approbation avant de pouvoir en obtenir une autre. Mes filles travaillent comme infirmières aux États-Unis et Canada - elles sont toutes les deux confrontées aux mêmes problèmes. En fin de compte, nous devons considérer la COVID comme un problème de sécurité des patients et travailler avec les décideurs, les régulateurs, les éducateurs, les prestataires, les patients et les familles pour être mieux préparés à la prochaine pandémie. Cette situation doit être empêchée de se reproduire. Il sera essentiel de travailler ensemble pour renforcer la présence de la sécurité des patients dans l'ensemble du système de santé. » L’Institut canadien pour la sécurité des patients rend hommage aux efforts de tout le personnel infirmier - en fait, de tous les fournisseurs de soins de santé - du Canada et du monde entier. Ils comptent parmi nos plus ardents défenseurs de la sécurité des patients et des soins aux patients. La sécurité des patients est absolument essentielle à la qualité des soins de santé, et nous dépendons des infirmières et des infirmiers à tous les jours. Merci. 5/11/2020 4:00:00 PM L’année 2020 a été proclamée par l’Organisation mondiale de la Santé l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier. Au Canada,5/11/2020 7:47:26 PM155https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx

 Dernier Alertes

 

 

Managing Mild COVID-19 Symptoms at Home48532Gérer des symptômes bénins de la COVID-19 à la maisonCe bulletin d’information fournit des renseignements aux consommateurs qui présentent des symptômes bénins de COVID-19 ou qui s’occupent d’une personne présentant de tels symptômes. Le bulletin explique qu’ils peuvent se rétablir à la maison de manière isolée et n’ont pas besoin de soins hospitaliers. Les consommateurs peuvent recevoir des instructions par téléphone ou lors d’un rendez-vous virtuel avec un médecin, une infirmière praticienne, un membre de l’équipe de santé familiale ou du bureau de santé publique local. Il peut s’agir de conseils sur le traitement, la surveillance, l’isolement ou la quarantaine et les précautions de sécurité à prendre pour les autres membres de la famille au domicile du consommateur. Les symptômes bénins tels que la fièvre et la douleur peuvent être traités avec des médicaments en vente libre comme l’acétaminophène (p. ex., le Tylenol®). Le bulletin d’information fournit des conseils de sécurité sur l’utilisation de l’acétaminophène ainsi que sur l’isolement à domicile ou la prise en charge d’une personne présentant des symptômes de COVID-19.39085/14/2020 6:00:00 AMCOVID-19Institute for Safe Medication Practices CanadaThis newsletter provides information for consumers who have mild symptoms of COVID-19 or are caring for someone with such symptoms. It advises that they may be able to recover at home in isolation without needing hospital care. A telephone call or virtual appointment with a doctor, nurse practitioner, family health team member or public health unit can provide consumers with instructions. This might include advice on treatment, monitoring, isolation/quarantine, and safety precautions for other family members in the consumers home. Mild symptoms such as fever and pain may be managed with nonprescription medications such as acetaminophen (e.g. Tylenol®). The newsletter provides safety tips for using acetaminophen as well as isolating at home or caring for someone with COVID-19 symptoms.6/15/2020 4:00:06 PMhttps://www.patientsafetyinstitute.ca/en/NewsAlerts/Alerts/Lists/Alerts/AllItems.aspxFalse
Strategies for Safer Telephone and Other Verbal Orders in Defined Circumstances48554Stratégies relatives aux ordonnances téléphoniques et verbales pour en garantir la sécurité dans des circonstances définiesCe bulletin de sécurité traite des stratégies de sécurité à mettre en œuvre lors de la prescription et de la dispensation d’ordonnances verbales de médicaments. L’ISMP Canada encourage l’utilisation d’ordonnances écrites, y compris les ordonnances électroniques, pour prévenir les erreurs médicamenteuses. Cependant, la pandémie actuelle a augmenté le besoin et la fréquence des ordonnances téléphoniques et autres ordonnances verbales. Un incident y est décrit. Une pharmacie communautaire a signalé à l’ISMP Canada qu’une erreur de communication d’une ordonnance téléphonique d’hydromorphone est à l’origine de la dispensation de la formulation liquide orale du médicament au lieu de celle qui est injectable. Le produit oral, injecté par une infirmière à domicile, a causé un préjudice au patient. Le bulletin décrit un certain nombre de facteurs contributifs qui peuvent conduire à des erreurs médicamenteuses associées à des commandes verbales. Ce bulletin présente des recommandations aux praticiens afin de minimiser le risque d’erreurs lors de la communication verbale des ordonnances.39055/7/2020 6:00:00 AMMedicationInstitute for Safe Medication Practices CanadaThis Safety Bulletin addresses the safety strategies that should be implemented when prescribing and dispensing verbal medication orders. ISMP Canada encourages the use of written orders, including electronic orders, to prevent medication errors. However, the current pandemic has increased the need for and frequency of telephone and other verbal orders. An incident is described. A community pharmacy reported to ISMP Canada that a miscommunication in a telephone order for hydromorphone led to dispensing of the oral liquid formulation instead of the intended injectable formulation. The oral product was injected by a home care nurse, which resulted in harm to the patient. The bulletin describes a number of contributing factors that may lead to medication errors associated with verbal orders. This bulletin shares recommendations for practitioners to minimize the risk of errors when communicating medication orders verbally.6/15/2020 4:00:09 PMhttps://www.patientsafetyinstitute.ca/en/NewsAlerts/Alerts/Lists/Alerts/AllItems.aspxFalse
COVID-19 Alerts, Advisories and Recommendations Coming Soon49042Les alertes, les avis de sécurité et les recommandations relativement à la COVID 19 seront bientôt accessibles.L’ICSP s’engage à fournir des informations relatives à la pandémie de COVID 19 pendant la crise sanitaire. Les alertes et les recommandations de nos contributeurs seront bientôt accessibles. Soyez à l’affût.39025/7/2020 6:00:00 AMCOVID-19With the ongoing health crisis, CPSI is committed to providing information related to the COVID-19 pandemic. Alerts and recommendations from our contributors are coming soon. Stay tuned. 5/11/2020 3:49:35 AMhttps://www.patientsafetyinstitute.ca/en/NewsAlerts/Alerts/Lists/Alerts/AllItems.aspxFalse
ALERT: Hand Sanitizers That Look Like Drinks63575ALERTE : Des assainisseurs pour les mains qui ressemblent à des boissons Ce bulletin de sécurité s’intéresse au risque d’intoxication accidentelle par ingestion d’assainisseurs pour les mains qui sont conditionnés dans des contenants habituellement utilisés pour des boissons telles que les sodas, l’eau et les boissons alcoolisées. Rédigé pendant la pandémie de COVID-19, ce bulletin indique qu’en période de pénurie de médicaments, de nombreuses entreprises ont commencé à fabriquer des assainisseurs pour les mains, mais qu’elles peuvent être limitées dans leur capacité à créer ou à trouver des emballages appropriés. Un incident y est décrit où un client a pris une bouteille dans une épicerie en pensant qu’il s’agissait d’une boisson, mais a ensuite réalisé qu’il s’agissait d’un assainisseur pour les mains. En plus de présenter des solutions d’assainisseurs pour les mains dans un contenant inapproprié, le bulletin signale un problème lié au goût. La plupart des assainisseurs pour les mains contiennent de l’alcool qui a été délibérément dénaturé pour donner un mauvais goût au produit. Bien que l’utilisation de dénaturants ait été exigée par Santé Canada, cette exigence a été assouplie afin d’accélérer la production pendant la pandémie. Des recommandations sont fournies aux consommateurs, aux fabricants et aux détaillants concernant les assainisseurs liquides (et non en gel) pour les mains, embouteillés dans des contenants qui sont normalement utilisés pour les boissons.39045/1/2020 6:00:00 AMCOVID-19Institute for Safe Medication Practices CanadaThis Safety Bulletin addresses the risk of accidental poisoning by ingestion of hand sanitizers that are packaged in containers usually used for drinks such as soda, water and alcoholic beverages. Written during the COVID-19 pandemic, this Bulletin identifies that during drug shortages, many companies have begun to manufacture hand sanitizers but may be limited in their ability to create or find appropriate packaging. One incident is described where a customer picked up a bottle in a grocery store thinking it was a drink but then realized it was a hand sanitizer. In addition to presenting hand sanitizing solutions in an inappropriate container, the Bulletin identifies a problem with taste. Most hand sanitizers contain alcohol which has been deliberately denatured making the product taste bad . While the use of denaturants has been required by Health Canada, that requirement has been relaxed in order to ramp up production during the pandemic. Recommendations are provided for consumers, manufacturers and retailers regarding liquid (not gel) hand sanitizers bottled in containers that are normally used for drinks.6/15/2020 4:00:11 PM4https://www.patientsafetyinstitute.ca/en/NewsAlerts/Alerts/Lists/Alerts/AllItems.aspxFalse
You Can Make a Difference: Help Prevent Medication Shortages48543Vous pouvez faire la différence : aidez à prévenir les pénuries de médicamentsCe bulletin d’information traite de la situation actuelle concernant la dispensation de médicaments sur ordonnance pour un approvisionnement de 30 jours seulement afin de prévenir les pénuries de médicaments dans tout le pays pendant la pandémie de COVID-19. Plusieurs consommateurs ont exprimé leur inquiétude quant au fait de ne pas obtenir plus de 30 jours d’approvisionnement de leurs médicaments, pensant que cette restriction est motivée par une pénurie de médicaments. Le bulletin d’information explique que ce processus est mis en place pour prévenir une pénurie de médicaments et offre des suggestions aux consommateurs pour faire face à la pandémie et s’assurer qu’il y a suffisamment de médicaments pour tout le monde.39074/28/2020 6:00:00 AMCOVID-19Institute for Safe Medication Practices CanadaThis newsletter discusses the current situation regarding dispensing of prescription medication for a 30 day supply only to prevent drug shortages across the country during the COVID-19 pandemic. Several consumers have expressed concern about not getting more than a 30 day supply of their medications thinking that the rationale for limits is due to a drug shortage. The newsletter explains this process is in place to prevent a drug shortage and provides suggestions on how consumers can do their part to get through the pandemic and ensure there is enough medication for everyone.6/15/2020 4:00:07 PMhttps://www.patientsafetyinstitute.ca/en/NewsAlerts/Alerts/Lists/Alerts/AllItems.aspxFalse