Connexion

​​​​​​​​​

 

 

Que révèle un nom?38249Nouvelles sur la sécurité des patients2/3/2021 9:42:38 PM​ ​Jennifer Zelmer Le nôtre en dit long! Le 2 mars prochain, c'est avec grand plaisir que je vous présenterai le « nouvel organisme issu de la fusion de la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé et de l'Institut canadien pour la sécurité des patients » (et pas seulement parce que nous en avons assez de cette dénomination…). Sous les noms d'ICSP et de FCASS, nous avons fait beaucoup, mais nous savons qu'il reste encore beaucoup à faire. Nous avons donc créé un nouvel organisme doté d'une plus grande capacité à soutenir nos partenaires, afin de transformer des innovations ayant fait leurs preuves en améliorations étendues et durables de la sécurité des patients et de tous les aspects de l'excellence des soins et services de santé. Ce nouvel organisme se consacrera sans relâche à améliorer les soins et services de santé, avec – et pour – toutes et tous au Canada. Lors du lancement, vous pourrez lire notre histoire, voir notre nouveau logo et notre nouvelle signature de marque et découvrir notre nouveau nom. Pourquoi le nom est-il si important? Dans notre cas, ce n'est pas uniquement un moyen de nous identifier. C'est aussi un reflet de ce que nous sommes, de ce en quoi nous croyons et de ce que nous sommes résolus à accomplir, aux côtés de personnes comme vous. Est-ce qu'un nom en vaut un autre? Nous croyons que non. Parce que le chemin parcouru pour arriver à notre nouveau nom est au cœur de notre identité. Ce chemin s'est tracé sur fond de pandémie, contexte sanitaire qui a confirmé la nécessité de fusionner nos deux organismes en un tout bien plus grand que la somme de ses parties. Et ce chemin, nous l'avons parcouru avec vous. Un très (très) grand nombre de personnes des quatre coins du pays ont participé à des entrevues de fond, à des groupes de discussion, à des conversations et à des tests. Des patients partenaires, des proches aidants essentiels, des partenaires des communautés autochtones et bien d'autres parties prenantes ayant à cœur la qualité et la sécurité des soins et des services de santé ont généreusement donné de leur temps et offert des observations et une expertise incomparables. Sans oublier le personnel, le conseil d'administration et les membres du groupe de travail, qui ont travaillé inlassablement, déterminés à bien faire les choses. Les conversations n'étaient pas toujours faciles. La passion et le dévouement qui animaient les contributions ont dépassé toutes nos attentes. Dans le cadre de discussions avec les parties prenantes de tout le pays pour comprendre leurs priorités et l'aide que l'organisme fusionné peut leur apporter, de nombreuses thématiques communes ont commencé à émerger Être audacieux dans nos actions pour changer le système. Définir une intention claire et ne pas nous disperser. Nous tourner vers l'avenir. Favoriser la diversité et l'inclusion. Partager notre expertise et être un guide. Être agile et agir rapidement. Au bout du compte, l'important est de trouver un nom qui incarne toutes ces thématiques et leur fait honneur. Certes, notre nom ne nous définit pas. Mais choisi avec l'aide de nos partenaires, il nous met sur la bonne voie pour forger la réputation de ce nouvel organisme qui inclut chacune et chacun d'entre nous. Ce que nous saurons accomplir par notre manière d'être, nos actions, et surtout, nos façons de faire. C'est ensemble que nous avons trouvé ce nom. Et c'est ensemble que nous nous en montrerons dignes. Vous voulez en savoir plus sur notre parcours, notre nouveau nom et le rôle du nouvel organisme? Rendez-vous le 3 mars 2021 pour notre table ronde virtuelle, Façonner l'avenir de la qualité et de la sécurité – ensemble. Inscrivez-vous ici 2/3/2021 7:00:00 AM Jennifer Zelmer Le nôtre en dit long! Le 2 mars prochain, c'est avec grand plaisir que je vous présenterai le2/4/2021 2:44:01 PM603https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Pour citer Jennifer Zelmer : Meilleurs vœux et retrospective de l’année38221Nouvelles sur la sécurité des patients12/11/2020 3:51:38 PM<img alt="" height="130" src="/en/NewsAlerts/News/PublishingImages/Jennifer%20Zelmer.png?Width=140&amp;Height=130" width="140" style="BORDER&#58;0px solid;" /> ​L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) et la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé (FCASS) ont fusionné. La directrice générale de l'ICSP, Chris Power, a pris sa retraite et la directrice générale de la FCASS, Jennifer Zelmer, assume maintenant les fonctions de PDG et Présidente de l'organisme fusionné. Dans ce blogue mensuel, Jennifer nous fait part de ses réflexions sur le thème du magazine numérique de ce mois-ci. Il ne fait aucun doute que cette année a été difficile et difficile. La pandémie mondiale a dominé l'actualité et notre vie personnelle, et elle a renforcé l'engagement que nous partageons pour soutenir et améliorer les soins de santé. Je tiens à offrir mes plus sincères remerciements à tous les fournisseurs de soins de santé et partenaires de soins essentiels à travers le pays. Nous apprécions vos efforts inlassables pour guérir chaque patient, gérer chaque crise, soutenir votre bien-être et celui de vos collègues, et trouver la force de continuer - et nous nous engageons à continuer à travailler avec vous pour que les soins soient meilleurs et plus sûrs pour toutes les personnes. Ce numéro du magazine numérique met en lumière quelques façons de le faire. Cela comprend les progrès réalisés sur notre cadre stratégique pour la sécurité des patients, par exemple. Notre gestionnaire principal de programme, Jan Byrd, s'est entretenu avec la directrice générale de l'Institut manitobain pour la sécurité des patients, Laurie Thompson, pour discuter de la façon dont cette organisation a appliqué les cinq leviers politiques pour améliorer l'efficacité de ses programmes de sensibilisation. Nous entendons également des partenaires du Partage de connaissances de l'Atlantique parler de leurs possibilités uniques pour les personnes partageant les mêmes idées dans les provinces de l'Atlantique de se connecter, d'élargir leurs connaissances et de ramener cette application des connaissances dans leur milieu de travail. Et nous intensifions nos efforts partout au pays pour soutenir la préparation et l'intervention en cas de pandémie dans les établissements de soins de longue durée et les maisons de retraite, le dernier investissement de 6,4 millions de dollars du gouvernement du Canada doublant le nombre de foyers que nous pouvons soutenir avec un financement de démarrage, un encadrement, des liens avec des pairs et d'autres éléments du programme SLD+ et pandémie apprendre ensemble. Alors que 2020 tire à sa fin, en plus de réfléchir aux moments difficiles que nous avons vécus, nous pouvons également célébrer la façon dont nous nous sommes réunis. La Journée ARRÊT! Nettoyez-vous les mains, la Journée mondiale de la sécurité des patients et la Semaine nationale de la sécurité des patients ne sont que trois exemples qui ont uni les promoteurs de la sécurité des patients de tout le pays. Et je suis heureux de revenir sur tout le travail que nous avons accompli cette année pour fusionner la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé et l'Institut canadien pour la sécurité des patients. Nous sommes impatients de vous présenter notre nouvelle organisation dans les mois à venir et d'explorer avec vous les moyens de continuer à nous associer pour accélérer les améliorations de la qualité des soins de santé et de la sécurité des patients. Alors que vous réfléchissez également au tournant de l'année, j'espère que vous ferez une pause si vous le pouvez et que vous partagerez des moments spéciaux avec vos proches de toutes les manières possibles. Portez-vous bien, prenez soin de vous et restez prudent, Jennifer Zelmer Suivez @jenzelmer 12/11/2020 3:00:00 PM L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) et la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé (FCASS) ont fusionné.12/11/2020 4:17:57 PM132https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Présentation du “Cœur de la santé: sécurité, guérison et partenariat” - une galerie d'art en ligne37750Nouvelles sur la sécurité des patients12/10/2020 3:18:07 PM En 2021, nous célébrons le 15e anniversaire de Patients pour la sécurité des patients Canada. Dans le cadre de cette célébration, nous bâtirons une galerie d'art virtuelle en ligne de peintures, de courtepointes ou de fils, de poésie et d'histoires, de sculptures, de danses et de chansons de partout au Canada. Ces œuvres célèbreront l'art comme moyen d'exprimer la sécurité des patients, de prévenir les dommages, de guérir après les blessures et de faire participer les patients et les familles en tant que partenaires. Il présentera le travail des patients, des travailleurs de la santé, des dirigeants et de nos partenaires de tous les horizons. Notre objectif ultime est d'accroître la sensibilisation et de s'efforcer d'améliorer notre système de santé pour assurer la sécurité de chaque patient. Alors, s'il vous plaît si vous créez de l'art sous n'importe quelle forme, à n'importe quel niveau, inspiré par ce thème, nous vous invitons à vous inscrire à notre liste de diffusion Cœur de la santé. Nous vous informerons au fur et à mesure que nous progressons dans la création de notre galerie en ligne et vous indiquerons comment partager votre œuvre avec nous afin que nous puissions la présenter. S'inscrire «Too Soon» de Kim Neudorf, Patients pour la sécurité des patients du Canada Si vous avez des questions, nous vous invitons à contacter patients@cpsi-icsp.ca. 12/10/2020 3:00:00 PMEn 2021, nous célébrons le 15e anniversaire de Patients pour la sécurité des patients Canada . Dans le cadre de cette célébration, nous bâtirons 2/12/2021 7:28:06 PM315https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Se mobiliser : cinq leviers politiques pour améliorer la sécurité des patients37754Nouvelles sur la sécurité des patients12/10/2020 3:30:42 PM ​Un entretien entre l'Institut pour la sécurité des patients du Manitoba (ISPM) et l'ICSP L'Institut pour la sécurité des patients du Manitoba (ISPM) et l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) ont développé une relation réciproque, solidaire et fructueuse. Lorsque l'ICSP a lancé un avis de recherche pour tester un nouveau cadre stratégique visant à sensibiliser les décideurs gouvernementaux à la sécurité des patients, l'ISPM a été parmi les premiers à y répondre pour prêter main-forte! Le plan stratégique 2018-2023 de l'ICSP vise à déployer des stratégies à l'échelle du système de santé pour garantir des soins de santé sécuritaire. Ce plan précise ce qui fonctionne et met l'accent sur la mobilisation. Les incidents liés à la sécurité des patients (les secteurs des soins de courte durée et de soins à domicile confondus) sont la troisième cause de décès, tout juste après le cancer et les maladies cardiaques. Selon les données de 2013, ces incidents ont causé pas loin de 28 000 décès au Canada. Au Canada, un incident lié à la sécurité des patients survient à chaque minute et 18 secondes, entraînant un décès toutes les 13 minutes et 14 secondes. Ces données statistiques renvoient à une réalité inacceptable dont l'ampleur des conséquences néfastes est considérable. Le cadre Renforcer notre engagement envers l'amélioration ensemble un cadre stratégique pour la sécurité des patients se concentre sur l'utilisation des cinq principaux leviers politiques susceptibles d'induire des changements systémiques. En tant que leader d'opinion en matière de sécurité des patients au Canada, l'ICSP soutient les gouvernements provinciaux, territoriaux, les dirigeants du système de santé et d'autres responsables des politiques à élaborer et à améliorer les lois, les règlements, les normes et les politiques organisationnelles pour améliorer la sécurité des patients. L'ICSP se mobilise pour sensibiliser le public à la sécurité des patients. ​ Jan Byrd et Laurie Thompson L'ISPM était enthousiaste de collaborer à l'élaboration du cadre stratégique. Au dire de Laurie Thompson, directrice générale de l'ISPM, « cela aurait été inestimable pour nos premières démarches, lorsque le contexte était très différent. Pour nous, comme pour les organisations qui démarrent ou actualisent leur programme de sécurité des patients, le cadre se révélera un excellent guide. » Laurie Thompson, Jan Byrd et Renee Misfeldt (coautrices du cadre stratégique de l'ICSP) se sont concertées pour proposer des exemples d'initiatives menées par l'ISPM qui illustrent l'utilisation des cinq leviers politiques du cadre. 1. Législation Le leadership gouvernemental est essentiel à la mise sur pied de mesures de protection visant à réduire les incidents liés à la sécurité des patients dans les soins de santé. L'ISPM évalue la législation dans l'optique de la sécurité des patients. Lors de la dernière révision de la Loi sur les renseignements médicaux personnels, l'ISPM a soulevé des questions relatives à la divulgation d'informations aux patients et à leurs familles, comme celles-ci « Met-on suffisamment l'accent sur l'équilibre entre la protection de la vie privée et le besoin des patients et des familles de recevoir les informations favorisant leur prise de décisions? Les matériels pédagogiques, comme source ponctuelle de renseignements, transmettent-ils des messages positifs sur les principes de soins centrés sur le patient et la famille? » 2. Réglementation Le fait d'intégrer la sécurité des patients dans l'autorégulation professionnelle définit des attentes claires en matière de sécurité des soins aux patients prodigués par les prestataires de soins. Au fil des ans, l'ISPM a collaboré à un certain nombre de projets avec des organismes de réglementation pour renforcer la sécurité des patients. Un de ces projets, intitulé « The Importance And Impact of An Apology An Information Sheet » donne un coup de main aux organismes de réglementation pour promouvoir la présentation d'excuses comme un rouage essentiel de la déclaration des préjudices subis par les patients. Depuis 2016, l'ISPM collabore étroitement avec la Manitoba Alliance of Health Regulatory Colleges dans le cadre d'un nouveau système provincial de déclaration et d'apprentissage en matière de sécurité des patients. La visée? Généraliser les possibilités de création, d'apprentissage et d'amélioration de la sécurité à l'ensemble des disciplines et des sites de soins de santé. 3 Normes L'obtention de l'agrément joue un rôle d'entraînement important pour la sécurité des patients et l'amélioration de la qualité. L'ISPM crée des outils et des ressources à l'intention des organismes de prestation de services qui répondent aux normes d'agrément. En voici des exemples un outil appuyant les politiques visant à éliminer l'utilisation d'abréviations, de désignations de doses et de symboles dangereux; un outil qui renseigne clairement les patients, les familles et les prestataires de soins de santé sur le processus d'incident critique; enfin, un ensemble de ressources intitulées It's Safe to Ask (en anglais seulement) qui favorise la prise en charge par les patients (ou clients) de leur sécurité, l'autoreprésentation et la compétence informationnelle en santé. La série de ressources It's Safe to Ask — initialement sous la direction de Jan Byrd de l'ICSP, en 2005 — a été conçue à la demande des régies régionales de la santé au cours des premières années pour promouvoir l'agrément. 4. Politiques organisationnelles L'amélioration de la sécurité dépend d'une culture organisationnelle qui donne la priorité à la sécurité des patients et la favorise L'ISPM a lancé en 2006 l'éducation à la gouvernance en collaboration avec les dirigeants provinciaux. Les conseils d'administration ont alors évalué leurs besoins'éducationnels sur les pratiques exemplaires en matière de gouvernance pour la sécurité des patients et la qualité. Collaborant avec l'ICSP pour tester l'éducation à la gouvernance, l'ISPM a proposé pendant plusieurs années des programmes adaptés à cette fin. D'ailleurs, leurs évaluations rapportent des répercussions positives sur les pratiques de gouvernance. 5. Participation du public Dès ses débuts, l'ISPM s'est engagé à mobiliser le public. Outre la création d'une gamme d'outils et de ressources d'autoreprésentation, les nombreuses publications sur les médias sociaux, les présentations publiques et les séances d'information animées par des bénévoles, l'ISPM a organisé neuf forums publics dans le cadre d'une série intitulée We listen, We learn, We evolve (« Nous écoutons, nous apprenons, nous évoluons »). Ces forums permettent aux patients, à leurs familles et au public de se rencontrer et de discuter des questions et des préoccupations que soulève la sécurité des patients. Pouvez-vous situer votre travail dans le cadre des 5 leviers politiques que nous avons définis? Veuillez nous faire part de vos commentaires par courriel jbyrd@cpsi-icsp.ca. 12/10/2020 3:00:00 PM Un entretien entre l'Institut pour la sécurité des patients du Manitoba (ISPM) et l'ICSP L'Institut pour la sécurité des patients du Manitoba12/10/2020 4:41:33 PM104https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Le Partage de connaissances de l’Atlantique suscite l’énergie et l’enthousiasme pour la qualité des soins et la sécurité des patients37701Portraits de leaders12/1/2020 5:08:36 PM<img alt="Leslie Ann Rowsell" height="130" src="/en/NewsAlerts/News/PublishingImages/2020/Leslie%20Ann%20Rowsell%20Thumbnail%202020-12-01.jpg" width="140" style="BORDER&#58;0px solid;" /> C'est la #SuperSHIFTER Leslie Ann Rowsell qui a présidé Le Partage de connaissances de l'Atlantique, tenu à St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador, en octobre 2019. Le Partage de connaissances de l'Atlantique rassemble des professionnels de la santé des quatre provinces de l'Atlantique dans le but de faire connaître les tendances novatrices et émergentes en matière de sécurité des patients et d'amélioration de la qualité des soins. Que pouvez-vous nous dire au sujet du Partage de connaissances de l'Atlantique? Le Partage de connaissances de l'Atlantique est une occasion formidable pour les Canadiens de l'Atlantique de se réunir pour discuter de leur travail en matière de sécurité des patients et de qualité des soins. Nous offrons la possibilité aux gens de présenter leur travail et ce qu'ils font dans leurs régions respectives. Afin de stimuler les échanges, les différents projets sont présentés en rafale, environ cinq minutes chacun, et les participants exposent des affiches et des scénarimages. Cela permet également aux personnes qui travaillent dans ce domaine de rencontrer divers fournisseurs et commanditaires, favorise la conversation et permet aux participants de découvrir des choses qu'ils ne voient pas forcément tous les jours. En bref, le Partage de connaissances de l'Atlantique est une excellente occasion de réseautage qui permet à des personnes aux intérêts similaires d'établir des liens, d'élargir leurs connaissances et de ramener ce savoir dans leur milieu de travail. Parlez-nous de votre expérience en tant que présidente de l'événement. C'était très plaisant de présider un événement aussi exceptionnel. Je n'ai pas participé à la planification de nombreuses conférences sur la santé, j'étais donc un novice à ce stade du travail. En 2015, j'ai été approchée par notre vice-président, Soutiens cliniques et le Directeur de la qualité, des risques et de la sécurité des patients, qui étaient responsables de la qualité à Eastern Health, pour être la représentante provinciale au sein du comité de planification de ces conférences. J'ai participé aux conférences de 2015 et 2017 avant d'assumer la présidence de la conférence tenue à Terre-Neuve-et-Labrador en 2019. Tous les membres du comité de planification travaillent à temps plein, et la planification de la conférence vient s'ajouter à notre travail habituel. Elle nécessite l'aide de tous dans toutes les provinces de l'Atlantique afin de garantir une représentation adéquate de chaque province participant à l'événement, ainsi que pour les scénarimages et les présentations en rafale. Mais le Partage de connaissances de l'Atlantique a également besoin de l'engagement des organisations pour permettre aux gens d'assister à la conférence. C'est un véritable travail d'équipe que de mettre sur pied un tel événement. Au début, nous pensions qu'il serait peut-être difficile d'attirer des participants, car les déplacements en avion sont coûteux, et il n'est pas facile de se rendre dans notre province en voiture à cette période de l'année. La réponse a été très positive, et nous avons finalement maximisé la capacité de la salle et dû refuser des participants. Qu'est-ce qui fait l'unicité du Partage de connaissances de l'Atlantique? Le Partage de connaissances de l'Atlantique est conçu par des Canadiens de l'Atlantique, pour le Canada atlantique. Comme notre géographie est assez restreinte, nous apportons une perspective locale, les membres du comité de planification représentant les quatre provinces. Nous choisissons le thème et concevons l'ordre du jour. Nous disposons d'une grande flexibilité en ce qui concerne nos présentateurs et la manière dont nous dépensons l'argent qui nous est confié pour gérer l'événement. Comme toutes les provinces apportent leur contribution, l'ordre du jour est très pertinent et adapté à chaque personne présente dans la salle. Le Partage de connaissances de l'Atlantique a été un succès parce que nous avons pu travailler ensemble et nouer des liens. Nous avons pu contribuer à réduire les coûts afin que les gens puissent se permettre de venir, et avons fait de cet événement un rendez-vous important qui a lieu tous les deux ans. Quels ont été selon vous les moments forts du Partage de connaissances de l'Atlantique 2019? Jeffrey Braithwaite était l'un de nos principaux orateurs, et il a impressionné le public par ses connaissances sur la sécurité des patients. Sa présentation était si riche en contenu que je me suis intéressée à son travail sur l'amélioration des systèmes, et je le suis maintenant sur Twitter. Pour encourager la résilience, Braithwaite suggère De regarder ce qui va bien, pas seulement ce qui va mal; Lorsque quelque chose va mal, de commencer par comprendre comment cela va (normalement) bien; D'examiner les événements fréquents, et pas seulement ceux qui sont graves; De se montrer proactif en matière de sécurité – essayer d'anticiper les événements et les développements; et D'être rigoureux et efficace (principe ETTO – un compromis entre rigueur et efficacité) Marlies van Dijk d'AHS Design Lab a fait une présentation percutante démontrant que les plus grandes possibilités de transformation des soins de santé ne résident pas dans les stratégies ou les processus, mais bien dans les façons de voir les choses. Madame van Dijk a insisté sur l'importance de connaître son équipe et de travailler en réseau pour développer ses propres ressources et points forts. En établissant des liens avec les personnes qui vous font progresser et en qui vous avez confiance, en faisant du remue-méninges et en travaillant avec elles, c'est ainsi que vous trouverez vos alliés! L'équipe d'Hacking Health de l'Eastern Health a également fait une présentation intéressante sur son travail de lutte contre le taux de personnes qui ne se présentent pas à un rendez-vous. Le mouvement Hacking Health favorise l'innovation collaborative en mobilisant des groupes d'acteurs clés pour créer des solutions aux défis des soins de santé. Hacking Health est un état d'esprit, et non un ensemble de compétences. Où pouvons-nous trouver des informations complémentaires ? Les présentations de l'ALE 2019 sont accessibles sur le site de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. Cliquez ici pour accéder aux présentations. Si vous avez des questions sur le Partage de connaissances de l'Atlantique, contactez-moi à cette adresse LeslieAnnRowsell@EasternHealth.ca. 12/1/2020 7:00:00 AMC'est la #SuperSHIFTER Leslie Ann Rowsell qui a présidé Le Partage de connaissances de l'Atlantique , tenu à St. John's, Terre- 12/2/2020 8:26:19 PM649https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
La FCASS et l’ICSP saluent l’investissement de 6,4 millions de dollars du gouvernement du Canada dans la préparation et la réponse à la pandémie pour les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnages âgées3770712/1/2020 11:06:07 PM "Hier, la vice-première ministre et ministre des Finances, l'honorable Chrystia Freeland, a publié le document Soutenir les Canadiens et lutter contre la COVID‑19 Énoncé économique de l'automne de 2020. Nous nous réjouissons de l'investissement de 6,4 millions de dollars que fait le gouvernement du Canada pour élargir l'initiative SLD+ et pandémie apprendre ensemble, qui aide les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées à renforcer leur préparation à la pandémie et leur capacité d'intervention. Ce financement supplémentaire fait partie de l'engagement à soutenir les provinces et les territoires dans la protection des établissements de soins de longue durée et de soutien. Il permettra à l'initiative d'appuyer environ 1 000 équipes de soins aux personnes âgées en milieu collectif de partout au pays. Ces équipes, grâce au programme SLD+, sont en mesure d'échanger rapidement et d'apprendre les unes des autres, de se préparer à de futures éclosions et de travailler à atténuer les répercussions de la pandémie par de l'accompagnement, du financement, de l'apprentissage en ligne et du soutien entre pairs. Nous devons à celles et ceux touchés par les premières éclosions de COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées d'apprendre de leur expérience et des leçons difficiles qui en ont été tirées. Ces établissements ont tous pour objectif de protéger leurs résidents et leur personnel, et le programme SLD+ les aide à joindre leurs efforts rapidement et efficacement. Le programme SLD+ se concentre sur six pratiques prometteuses pour renforcer la préparation à la pandémie et la capacité d'intervention préparation; prévention; effectifs; réponse à la pandémie et capacité de mobilisation; planification des soins COVID et non COVID; et présence des familles. Le programme SLD+ est offert par le nouvel organisme issu de la fusion de l'ICSP et de la FCASS avec l'appui de ses partenaires, le BC Patient Safety and Quality Council, l'Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et l'ACMTS, ainsi que le soutien financier de la Fondation AMC. Si votre équipe procure des soins à des personnes âgées en milieu collectif et qu'elle s'intéresse au programme SLD+, vous trouverez plus de détails ici. Vous pouvez aussi envoyer un courriel à l'adresse LTC-SLD@cfhi-fcass.ca." Jennifer Zelmer Présidente-directrice générale Le nouvel organisme issu de la fusion de la FCASS et de l'ICSP travaille avec des partenaires pour faire connaître des innovations éprouvées et des pratiques exemplaires en matière de sécurité des patients et de qualité des services de santé. En collaborant avec des patients et d'autres partenaires, nous pouvons améliorer durablement l'expérience des patients, la vie professionnelle des prestataires de soins de santé, l'utilisation des ressources et la santé de toutes et tous au Canada. La FCASS est un organisme sans but lucratif financé par Santé Canada. Visitez le fcass-cfhi.ca et le patientsafetyinstitute.ca pour en savoir plus. Les opinions exprimées dans le présent document ne représentent pas nécessairement celles de Santé Canada. 12/1/2020 7:00:00 AM"Hier, la vice-première ministre et ministre des Finances, l'honorable Chrystia Freeland, a publié le document Soutenir les Canadiens et12/2/2020 2:35:08 PM100https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
La chronique de Jennifer Zelmer : Adaptation et fusion 29162Nouvelles sur la sécurité des patients11/18/2020 9:09:08 PM<img alt="" src="/en/NewsAlerts/News/PublishingImages/Jennifer%20Zelmer.png?Width=140" width="140" style="BORDER&#58;0px solid;" /> ​L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) et la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé (FCASS) ont récemment fusionné. La directrice générale de l'ICSP, Chris Power, a pris sa retraite, et la directrice générale de la FCASS, Jennifer Zelmer, a été nommée présidente-directrice générale du nouvel organisme issu de cette fusion. Dans ce blogue mensuel, Jennifer nous fait part de ses réflexions sur le thème du magazine numérique de ce mois-ci. De nombreuses régions du pays sont confrontées à une nouvelle vague de COVID-19. C'est une période difficile, qui nous oblige tous à faire appel à notre propre résilience, ainsi qu'à celle de nos communautés, de nos institutions et de nos systèmes de santé. Notre capacité à nous adapter au changement est mise à l'épreuve. Nous sommes reconnaissants envers tous ceux et celles qui travaillent à assurer la santé de tous, au Canada et dans le monde entier, et nous tenons à saluer les approches novatrices qu'adoptent les systèmes de santé et les travailleurs de la santé pour répondre aux besoins des personnes qu'ils desservent. En retour, nous travaillons sans relâche pour soutenir leurs efforts, en nous appuyant sur les leçons durement acquises en cette période de pandémie. La sécurité dans les soins de longue durée est devenue une problématique importante. Pour y faire face, nous avons lancé SLD+ et pandémie apprendre ensemble, qui soutient déjà des centaines de foyers pour personnes âgées et de centres de soins de longue durée à mesure qu'ils renforcent leur préparation et leur réponse à la pandémie. Nous invitons d'autres personnes à nous rejoindre, à élaborer un plan d'action et à accéder aux ressources et aux outils, aux services d'encadrement et à une communauté de pratique à l'échelle nationale. Les équipes qui se joignent à ce programme avant le 18 décembre peuvent recevoir jusqu'à 10 000 $ pour accélérer la mise en œuvre de six pratiques prometteuses. Des recommandations pour des politiques visant à soutenir la réintégration en toute sécurité des partenaires de soins essentiels dans les établissements de santé pendant la pandémie sont également à venir. Elles ont été élaborées en partenariat avec des patients, des familles, des soignants, des décideurs politiques, des administrateurs et des prestataires de soins de santé. Cette approche globale équilibre les risques, tout en intégrant les principes des soins centrés sur le patient et la famille et des soins dispensés en partenariat. Nous avons organisé un webinaire pour présenter ces recommandations et nous publierons un rapport la semaine prochaine. Pendant la pandémie et au-delà, nous devons également continuer à travailler sur un large éventail de défis liés à la sécurité des patients. Nous avons été ravis de nous associer à un si grand nombre de personnes déterminées à le faire lors de la récente Semaine nationale de la sécurité des patients (SNSP). Au cours de cette semaine, notre engagement dans les médias sociaux et nos messages d'intérêt public ont touché des millions de personnes grâce à la campagne #VaincreLeSilence et aux conseils pour se protéger dans le cadre des #SoinsVirtuels, ainsi qu'au webinaire « À quoi ressemblent les soins virtuels idéaux? ». Au cours du Congrès de clôture des projets d'amélioration de la sécurité de la SNSP, des équipes de tout le pays se sont réunies pour partager leurs succès et collaborer en établissant des liens avec des experts en transmission des connaissances, en amélioration de la qualité, en engagement des patients et en résilience. Je vous invite à regarder la vidéo des faits saillants pour savoir ce qui a suscité tant d'intérêt et vous renseigner sur les différents projets de 18 mois. Et la semaine s'est terminée par le lancement réussi du Cadre canadien sur la qualité des soins et la sécurité des patients, en collaboration avec nos partenaires de l'Organisation de normes en santé. Approuvé par l'honorable Patty Hajdu, ministre fédérale de la Santé, ce Cadre propose une orientation commune vers cinq objectifs durables des soins centrés sur les personnes, sécuritaires, accessibles, appropriés et intégrés. Enfin, j'aimerais vous parler également des progrès que nous avons réalisés grâce à la fusion de l'Institut canadien pour la sécurité des patients et de la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé. La pandémie a mis en évidence l'importance des systèmes de santé et, plus particulièrement, l'amélioration de la qualité et de la sécurité. La création d'un organisme unique voué à la qualité et à la sécurité et doté d'une capacité accrue pour améliorer les soins de santé de tous les Canadiens semble encore plus pertinente aujourd'hui que lorsque nous nous sommes engagés dans cette fusion. La SNSP a débuté par l'annonce de la composition de notre nouveau CA, de notre équipe de direction, ainsi que de ma propre nomination en tant que présidente-directrice générale. Nous restons déterminés à mener à bien nos plans et programmes actuels tout en nous engageant avec les différents intervenants à élaborer notre nouvelle stratégie et notre plan pour l'année à venir. L'engagement envers les partenariats, qui était fondamental tant pour l'ICSP que la FCASS, se poursuivra au sein du nouvel organisme. Il s'agira notamment d'établir des partenariats avec les patients, les familles et les soignants, et de respecter la position des Premières nations, des Inuits et des Métis pour améliorer la sécurité culturelle dans les systèmes de santé. Nous sommes impatients de vous présenter notre nouvel organisme au cours des prochains mois et d'explorer avec vous les moyens de collaborer pour améliorer la qualité des soins de santé et la sécurité des patients. Portez-vous bien, prenez soin de vous et restez prudents, Jennifer Zelmer 11/18/2020 9:00:00 PM L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) et la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé (FCASS) ont récemment12/1/2020 4:55:11 PM74https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Comme nous tous, #pensezsanténumérique 29417Nouvelles sur la sécurité des patients11/18/2020 9:21:29 PM La Semaine de la santé numérique (du 16 au 22 novembre 2020) est une célébration annuelle qui vise à montrer comment la santé numérique transforme la prestation des soins partout au Canada à mesure que notre réseau de la santé passe au numérique. Dans les turbulences de l'année 2020, notre résilience et notre esprit d'innovation ont été à l'honneur. L'adoption d'outils de santé numériques — depuis les consultations virtuelles jusqu'aux nouvelles applis, en passant par l'accès de tous à leur information médicale personnelle — s'est accélérée. Résultat des gens de partout au pays ont désormais accès aux soins dont ils ont besoin, et le rôle que joue la santé numérique dans l'amélioration de notre avenir ne fait que grandir. Trouvez nos précieuses ressources destinées aux patients et aux fournisseurs de soins pour améliorer les rendez-vous de soins virtuels. Nous sommes fiers d'être partenaires d'Inforoute Santé du Canada pour la Semaine de la santé numérique 2020, au cours de laquelle nous célébrons ses progrès et affichons notre soutien envers la santé Joignez-vous à la conversation durant la Semaine de la santé numérique et faites connaître votre histoire. #pensezsanténumérique 11/18/2020 9:00:00 PMLa Semaine de la santé numérique (du 16 au 22 novembre 2020) est une célébration annuelle qui vise à montrer comment la santé numérique transforme11/18/2020 10:29:13 PM97https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Manipuler avec soin : faire notre part pour préserver les antimicrobiens29079Nouvelles sur la sécurité des patients11/16/2020 9:13:58 PM​Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens, du 18 au 24 novembre Antimicrobiens Substances telles que les antibiotiques, antiviraux, antifongiques et antiparasitaires, utilisées pour stopper ou inhiber la croissance microbienne. En cette situation de pandémie, le monde entier a concentré son attention sur la santé, la maladie et la mortalité ainsi que le poids du confinement sur nos existences. Nous avons dû, par la force des choses, revoir nos schèmes de pensée habituels sur notre santé et celle des membres de notre famille et de notre communauté. Pandémie oblige, nous devons sans cesse nous rappeler que le fait d'être en santé, malgré toute son importance, n'est sans doute pas suffisant. Nous sommes assaillis de points de vue discordants sur la prévention, l'immunité, la vaccination, le contrôle des infections, l'importance de la protection de la santé publique par rapport à la sauvegarde de l'économie et l'adéquation entre les mesures prises et les mesures requises pour protéger les Canadiens, particulièrement les plus vulnérables. Alors que de nombreuses personnes suivent fidèlement l'abondante presse sur le sujet, d'autres se disent saturés d'un trop-plein d'informations et de conseils non sollicités. La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens se déroule du 18 au 24 novembre. Bien que nous soyons, avec raison, absorbés par l'évolution de la pandémie de COVID-19, nous ne pouvons négliger l'enjeu de la résistance aux antimicrobiens et ses conséquences, surtout à ce moment-ci, où davantage de Canadiens se retrouvent à l'hôpital dû à la COVID-19. Malheureusement, certains patients atteints du virus SARS-CoV-2 peuvent nécessiter une hospitalisation prolongée. En outre, cette autre menace les guette, soient les infections bactériennes ou fongiques qui sont résistantes à l'antibiothérapie de première intention. Des organismes pathogènes résistants et tenaces se sont développés, à la faveur d'une utilisation abusive ou excessive à long terme des médicaments antimicrobiens chez les humains et les animaux ainsi que dans les végétaux, les aliments, la nourriture pour animaux et l'environnement. Ces organismes résistants aux antibiotiques peuvent se propager dans les milieux de soins et mettre à risque les patients recevant des soins standard, telle une dialyse, une chirurgie ou une césarienne. Les médicaments antimicrobiens sont grandement appréciés, mais leur utilisation est parfois inappropriée. Dre Hanan Balkhy, sous-directrice générale chargée de la résistance aux antimicrobiens de l'OMS, souligne l'importance d'administrer le bon médicament, à la bonne personne, au bon moment. « Jamais on ne prescrirait un antihypertenseur ou une thérapie anticancer à un patient qui n'a pas reçu un diagnostic d'hypertension ou de cancer. Pourtant, l'on prescrit des antibiotiques (parfois sans raison le justifiant) dans un élan de sollicitude ou d'empathie », déplore-t-elle. Les prescriptions non nécessaires, le partage d'antibiotiques avec d'autres et la prise incomplète des antibiotiques prescrits contribuent à réduire l'efficacité des antimicrobiens. Regarnir les tablettes avec des antimicrobiens de substitution résulte de processus de recherche complexes et de longue haleine. En tant que société, nous n'avons pas le loisir d'attendre ni de compter sur une production accélérée de nouveaux médicaments pour chaque agent pathogène résistant. Toutefois, nous avons la capacité de prévenir les infections, ou du moins essayer. En ce contexte de pandémie, nous pouvons faire notre part en nous conformant volontiers aux pratiques exemplaires en matière d'hygiène des mains, de distanciation, de port du masque, de désinfection, de diagnostic, de traçage des contacts et de « pas de sortie si maladie » (les 7 mesures). Si, en tant que patient ou proche aidant, nous devons pénétrer dans un établissement de soins de longue durée, nous avons le devoir de nous protéger et de protéger nos êtres chers. En plus de vous conformer aux 7 mesures recommandées, n'hésitez pas à rappeler aux professionnels de la santé de se nettoyer les mains et de les remercier pour ce qu'ils font; si l'environnement ne vous semble pas dans un bon état de propreté ou si des instruments, tels qu'un thermomètre ou un stéthoscope, n'ont pas été désinfectés entre les patients, mentionnez-le jusqu'à ce que la situation soit corrigée; si vous devez enfiler, et retirer après usage, une blouse, un masque et des gants (ÉPI), assurez-vous d'obtenir les directives et le soutien dont vous avez besoin pour le faire de façon sécuritaire. Les saines habitudes de vie et la prévention des maladies revêtent plus d'importance que jamais. Nous sommes les premiers responsables de notre santé et de nos comportements, et le système de santé est le premier responsable de l'utilisation appropriée des antimicrobiens et de la propreté de l'environnement de soins. Unissons-nous pour prévenir les infections. Soyons unis pour préserver les antimicrobiens. Par Kim Neudorf Nous remercions AMMI Canada pour les mises à jour de ce comte. 11/16/2020 9:00:00 PMSemaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens, du 18 au 24 novembre Antimicrobiens : Substances telles que les antibiotiques,11/18/2020 6:02:17 PM147https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Un hommage à la #SuperSHIFTER Virginia Flintoft : une experte des indicateurs de mesure29082Portraits de leaders11/6/2020 8:23:29 PM ​Virginia Flintoft a été la principale artisane du mouvement pour la sécurité des patients au Canada dès les premières années où elle a collaboré à l'Étude canadienne sur les événements indésirables. Cette femme de terrain a fait de la sécurité des patients son cheval de bataille. Elle est passée experte dans la mesure des résultats. Virginia Flintoft, connue des gens sous le nom de Ginny, est devenue infirmière parce qu'elle voulait aider les gens. Son dévouement à l'amélioration des soins aux patients a guidé sa carrière pendant plus de cinquante ans. Ginny avoue avoir eu la chance incroyable de collaborer avec des sommités universitaires dans le domaine des soins cardiovasculaires, de la cardiologie interventionnelle, de la recherche médicale clinique, de la recherche sur les services de santé et de l'amélioration de la sécurité des patients. Or, la plupart des gens se disent incroyablement chanceux d'avoir travaillé avec Ginny! Bientôt retraitée à la fin du mois de novembre, Ginny nous offre trois conseils saisir les occasions, apprendre les uns des autres, valoriser et transmettre les connaissances de chacun et chacune. Ginny a obtenu son diplôme en sciences infirmières à l'hôpital Royal Victoria de Montréal, un baccalauréat en sciences infirmières à l'Université de Calgary et une maîtrise en conception, mesure et évaluation (épidémiologie clinique) à l'Université McMaster. Elle a acquis une expérience clinique principalement comme infirmière praticienne en soins cardiovasculaires et en soins intensifs cardiaques et en qualité de coordinatrice de la recherche médicale clinique dans plusieurs établissements de soins de santé du Canada. Elle a travaillé pendant douze ans en tant que coordinatrice de recherche principale à l'ICES (Institute for Clinical Evaluative Sciences). Elle y a géré des projets de recherche sur les services de santé et apporté son soutien à d'éminents scientifiques, dont les Drs C. David Naylor et Jack V. Tu. À la fin des années 1990, elle a été recrutée par Dr Adalsteinn Brown comme associée de recherche principale à l'Institut des politiques, de la gestion et de l'évaluation de la santé de l'Université de Toronto. L'Institut recherchait une personne douée pour la gestion de projets complexes et possédant une bonne compréhension des mesures et des données pour produire un rapport sur le rendement des hôpitaux de l'Ontario. Puis, en 2002, les Drs G. Ross Baker et Peter Norton ont sollicité l'intervention de Ginny pour superviser l'Étude canadienne sur les événements indésirables en tant que membre active de leur équipe. « J'ai collaboré très étroitement avec Virginia pendant plus de vingt ans. Elle a contribué indéniablement à la réussite de diverses initiatives très médiatisées à l'échelle nationale, mais le plus souvent de façon incognito », déclare Ross Baker. « Elle a travaillé plus durement que toutes les autres personnes que je connais. Elle est parmi les dernières à quitter son bureau et se montre toujours disponible pour discuter des problèmes survenus dans le cadre de ce travail. Elle se consacre corps et âme aux objectifs généraux d'amélioration de la sécurité et de la qualité des soins dans l'ensemble du pays. L'on ne saurait sous‑estimer la portée de son action, car elle a été l'une des personnes les plus importantes dans ce travail. » En 2005, l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) a lancé la campagne Des soins de santé plus sécuritaires maintenant à laquelle Ginny a participé en pilotant l'Équipe responsable des mesures. « Dotée d'un esprit vif et logique, elle fait preuve d'une grande efficacité lorsqu'elle encadre des équipes complexes et réparties et sait interagir avec les gens, quel que soit leur niveau hiérarchique », précise M. Baker. « Respectueuse envers autrui, y compris ses collègues et ses coéquipiers, elle se révèle très convaincante dans ses discussions avec les hauts responsables. Pratiquement tout le monde est d'avis pour dire qu'il est aisé de travailler avec Virginia. Elle possède vraiment de grandes qualités. » Anne MacLaurin (gestionnaire principale de programme, ICSP) était chef de projet dans le cadre de la campagne Des soins de santé plus sécuritaires maintenant! lorsqu'elle a rencontré Ginny pour la première fois. Elles ont élaboré ensemble des mesures de sécurité des patients. Plus récemment, elles ont collaboré au Cadre de mesure et de surveillance de la sécurité. « Ginny est la personne la plus déterminée et la plus dévouée avec laquelle j'ai eu la chance de travailler », affirme Anne MacLaurin. « Elle excède toujours nos attentes et ne compte ni son temps ni ses efforts. C'est une collègue formidable avec qui il est très agréable de travailler. » Lorsque Ginny a eu un accident de vélo qui l'a gravement blessée à l'épaule et au genou, elle a demandé à l'ambulancier d'appeler Anne pour lui annoncer qu'elle ne pouvait pas se rendre à la réunion comme prévu. En un rien de temps, Ginny a fait installer son ordinateur dans sa chambre pour travailler depuis son lit d'hôpital. Le lent rétablissement n'a pas dissuadé Ginny! Elle s'est organisée pour obtenir un fauteuil roulant électrique pour assister à la première séance d'apprentissage du Cadre de mesure et de surveillance de la sécurité pour le Canada. « Elle aurait remué ciel et terre pour ne pas manquer ça, commente Anne. Elle fera tout en son pouvoir pour ne rien manquer. C'est une passionnée dotée d'une grande éthique du travail et vouée à la cause. » Wayne Miller (gestionnaire principale de programme, ICSP) a travaillé avec Ginny au cours des quatre dernières années sur la mise en œuvre de deux projets d'amélioration de la sécurité. « L'analyse de l'expérience canadienne du Cadre de mesure et de surveillance de la sécurité et des projets d'amélioration de la sécurité des médicaments a été une belle occasion d'apprendre aux côtés de Ginny. », révèle Wayne. « Le dynamisme de Ginny et son désir de voir la sécurité des patients progresser ont certainement contribué à faire avancer de nombreuses initiatives importantes. » De l'avis de Maryanne D'Arpino, directrice principale de l'ICSP, « le dévouement de Ginny, comme infirmière et collègue œuvrant à la qualité et à la sécurité des patients, a été inlassable ». « Peu importe ce sur quoi elle travaillait, nous pouvions toujours compter sur sa perspective plus large et sur les leçons qu'elle avait tirées de ses expériences. Je suis toujours étonnée de voir à quel point son réseau de contacts est vaste. Nous nous surprenons souvent à répondre « Demandez à Ginny, elle connaît sûrement une personne. » Alexandru Titeu (gestionnaire de projet, équipe responsable des mesures) partage un bureau avec Ginny depuis dix ans. « Ginny a toujours défendu farouchement la sécurité des patients, fidèle à sa philosophie de toujours être à l'écoute du client ou de la cliente, commente Alex. Une chose que j'ai apprise à ses côtés, c'est qu'il faut aider les gens et leur faciliter les choses. Nous formions une bonne équipe elle et moi. Elle a été une très bonne mentore et professeure. Ginny est une excellente pédagogue; elle ne vous dicte pas comment faire quelque chose; au lieu de cela, elle vous guide sur la façon d'obtenir les résultats. » Ginny est très reconnaissante pour les merveilleuses possibilités et les souvenirs inoubliables qui ont jalonné sa carrière. Elle souhaite conserver un lien avec le travail qui l'a occupée une bonne partie de sa vie et offrir ses services de consultation lorsque l'occasion se présentera. Entre-temps, elle se réjouit de faire du bénévolat, de passer du temps avec ses petits-enfants et envisage de voyager avec son mari une fois que la pandémie de la COVID-19 sera enrayée. « Il y a bien longtemps, quelqu'un m'a fait part d'une citation de Patrick Overton », se remémore Ginny. « Quand vous atteignez les confins de la lumière qui vous entoure et que vous devez faire un pas dans l'obscurité de l'inconnu, l'une des deux choses suivantes se produira soit vous aurez quelque chose de solide sur lequel prendre appui, soit on vous apprendra à voler. Je vais de l'avant en gardant cette pensée en mon cœur, sachant que j'ai vraiment été bénie. » 11/6/2020 8:00:00 PM Virginia Flintoft a été la principale artisane du mouvement pour la sécurité des patients au Canada dès les premières années où elle a11/6/2020 8:39:12 PM141https://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx