Connexion
CPSI partager              
5/27/2019 6:00 PM

Abisaac SaragaAu mois d'avril 2019, le #SuperSHIFTER Abisaac Saraga célébrait son 10e anniversaire au sein de l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) en tant que gestionnaire du site Web et des médias sociaux. Abisaac affirme qu'il est un livre ouvert, mais voici ce que peu de gens savent à son sujet : il est fanatique de comédies romantiques, il jouait du violon dans l'orchestre de son école secondaire et il est un bloqueur très talentueux à la balle lente. Si vous entendez des éclats de rire retentir à travers les corridors; vous savez qu'Abisaac est au bureau. Il s'agit d'un gestionnaire de médias sociaux primé dont les talents ayant réussi à propulser les campagnes de médias sociaux de l'ICSP vers de nouveaux sommets ont été célébrés.

Qu'est-ce qui vous a appelé à vous joindre à l'Institut canadien pour la sécurité des patients?

J'ai travaillé autant du côté du secteur à but non lucratif que du côté du secteur privé, et à mon avis j'allais tirer davantage de satisfaction au sein du secteur à but non lucratif. Travailler à une cause que je ne connaissais pas très bien et ensuite voir l'importance et l'urgence des efforts déployés m'a profondément attiré vers l'Institut canadien pour la sécurité des patients.

Quel est votre rôle au sein de l'Institut canadien pour la sécurité des patients? Quels sont les aspects qui vous plaisent le plus?

L'essentiel de mes tâches, et l'aspect le plus complexe de mon rôle consistent à faciliter l'accès à des outils et à des ressources visant à améliorer la sécurité du système de santé. Mes efforts ont pour but de permettre aux gens qui cherchent à éviter les préjudices, améliorer les procédés, ou trouver une ressource, un cadre de référence, un guide, une trousse à outils ou une liste de vérification, d'avoir accès aux informations dont ils ont besoin par l'entremise de notre site Web, soit en les publiant ou en trouvant des moyens de les promouvoir par le biais des médias sociaux.

Nous sommes un petit organisme et nous avons eu la chance de grandir au sein de notre rôle. Lorsque je suis entré en fonction, l'ICSP n'avait aucune présence sur les médias sociaux et j'ai été en mesure de créer l'empreinte numérique de l'organisme.

Parlez-nous de vos débuts dans l'univers Web et des médias sociaux?

Environ un mois avant mon mariage, ma femme a reçu un diagnostic de maladie cœliaque. C'est alors que j'ai amorcé mon aventure dans l'univers des médias sociaux. Nous avons fondé un blogue et créé un site Web appelé Gluten Free Edmonton. J'ai ainsi été propulsé dans le monde des médias sociaux et je suis devenu un petit influenceur dans la région d'Edmonton. J'ai reçu beaucoup de commentaires positifs à propos de l'utilité des informations que je publiais de la part de la communauté sans gluten de la région.

Je tire d'un bagage intéressant combinant mon expertise en marketing, mes aptitudes techniques et mes connaissances du domaine de l'internet dans l'exercice de mes fonctions au sein de l'ICSP.

Décrivez-nous votre journée de travail typique.

Bien que je passe la plupart de mes journées devant mon ordinateur à travailler à l'élaboration du site Web et de stratégies visant à diffuser les efforts de l'ICSP, je trouve le temps de bien équilibrer ma routine quotidienne et m'offrir des moments de bien-être. Je commence la journée par un smoothie, je fais une promenade durant l'heure du dîner et une autre courte marche plus tard en après-midi. J'invite tout le monde à marcher avec moi. Je crois qu'il est important de prendre des pauses de bien-être au courant de la journée et je suis heureux que l'ICSP soutienne ce genre d'approche. Je ne mange pas mon lunch à mon bureau, car j'y passe déjà 90 % de mon temps et j'attends toujours ce changement de décor avec hâte. Mes collègues et moi nous engageons souvent dans des discussions pendant l'heure du midi à défendre nos restaurants préférés, à échanger des idées de recette ou à parler de nos activités de loisir du week-end, ce qui fait changement des discussions liées au travail.

Décrivez-nous l'ampleur de l'influence de l'ICSP sur l'évolution de votre carrière professionnelle?

L'ICSP soutient réellement le développement professionnel et vous encourage à grandir. Nous sommes dotés de plans de rendement selon lesquels nous pouvons cibler ce que nous voulons apprendre cette année et ce que nous devons faire pour améliorer notre contribution l'année prochaine. J'ai eu la chance d'apprendre dans le cadre de programmes fantastiques, ce qui m'a permis de pousser mes talents de marketing, de communication et de leadership encore plus loin. Je viens tout juste d'achever un programme de perfectionnement du leadership conçu pour les cadres à l'Université de l'Alberta. Au mois de juin prochain, je vais participer au cours canadien pour les coordinateurs de la sécurité des patients et je suis très heureux d'approfondir mes connaissances en matière de sécurité des patients par le biais de ce programme.

Quelle est la chose la plus importante que vous avez apprise au sujet de la sécurité des patients?

De prime abord, la sécurité des patients était une notion que je tenais pour acquise. Maintenant, j'essaie de réfléchir davantage aux avenues selon lesquelles je distribue l'information. Je ne possède pas de formation en matière de soins de santé, donc découvrir que les préjudices aux patients constituent une réelle problématique au sein du système de santé est la chose la plus importante que j'ai apprise.

Certains des objectifs de l'ICSP sont très ambitieux, et j'aime la direction que nous suivons. Nous nous concentrons maintenant sur la participation du public à nos efforts de sensibilisation à la crise de sécurité, car les préjudices aux patients représentent la troisième cause de décès en importance au Canada. Nous voulons que le public soit conscient de cette problématique complexe et nous avons pour but de créer une nouvelle voix qui saura y répondre.

Quel est le moment dont vous êtes le plus fier au cours de votre carrière au sein de l'ICSP?

Sans aucun doute, il s'agit de la création de notre site Web actuel. Ce fut un long processus bien réfléchi dans le cadre duquel nous avons à la fois suscité la participation d'intervenants internes et externes. Nous avons collaboré avec des concepteurs d'interface, des développeurs, des graphistes et des auteurs pour faire du site Web ce qu'il est. Nous avons reçu un prix de la part de l'Association internationale des professionnels de la communication (IABC) pour nos efforts et je suis très fier de cette reconnaissance.

Qu'espérez-vous en matière d'amélioration de la sécurité des patients et de la qualité des soins?

Je me fie à notre stratégie, LA SÉCURITÉ DES PATIENTS MAINTENANT! J'espère que la sécurité des patients deviendra une priorité. Présentement, les gens à l'interne y sont sensibles à l'échelle du système, mais il est temps de faire appel au public. Une fois que nous aurons suscité la participation du public, j'espère que nous pourrons attiser un feu inspirant les citoyens à se mobiliser pour la cause et à réclamer le déploiement d'un système de santé plus sécuritaire.

L'Institut canadien pour la sécurité des patients est incroyablement chanceux de compter Abisaac Saraga parmi les membres de son personnel. Tous les jours, il dépasse les attentes dans la mise en œuvre de son approche de la sécurité des patients. Il est un homme de cœur qui répond à ses responsabilités avec empathie et comprend véritablement le côté humain des choses lorsqu'il est question de faire avancer la sécurité des soins.