Connexion
CPSI partager              
9/20/2019 9:00 AM
Maryann Murray's photoLa #SuperSHIFTER Maryann Murray a adopté un rôle de plaidoyer dans la promotion de la sécurité médicamenteuse. Son cheminement s'est amorcé en 2002, à la suite du décès de sa fille causé par un incident médicamenteux. C'est alors que Maryann s'est penchée sur le signalement des incidents médicamenteux au Canada. Bien qu'un système de signalement des incidents médicamenteux existe partout à travers le pays depuis le début des années 1960, il est très rare que les réactions indésirables à la prise d'un médicament soient signalées. La Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses, aussi connue sous le nom de la Loi de Vanessa, vient de transformer cette réalité et contribuera à l'amélioration de la sécurité des drogues et des instruments médicaux auxquels les Canadiens ont recours dans le cadre de leurs traitements.  

Parlez-nous de votre travail dans le domaine de la sécurité médicamenteuse?

Mon champ d'intérêt a toujours été la sécurité médicamenteuse. En tant que membre de Patients pour la sécurité des patients du Canada, un programme dirigé par les patients de l'Institut canadien pour la sécurité des patients, je suis impliquée dans la sécurité médicamenteuse à l'échelle globale. L'Institut canadien pour la sécurité des patients constitue l'organisme de coordination du pays dans le cadre du troisième défi mondial pour la sécurité des patients, médicaments sans préjudice (Global Patient Safety Challenge, Medication Without Harm) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ce défi a pour but d'améliorer la sécurité médicamenteuse à l'échelle globale en renforçant les systèmes visant à réduire les erreurs médicamenteuses et les préjudices évitables liés aux médicaments. Le Canada contribue au défi en mettant en œuvre plusieurs mesures, y compris des outils, des campagnes de sensibilisation et des webinaires visant à améliorer la sécurité médicamenteuse.

Au mois de juin 2016, j'ai été invitée à Genève en Suisse pour présenter un discours dans le cadre d'un événement parallèle sur la sécurité des médicaments lié à la réunion annuelle de l'Assemblée mondiale de la santé (AMS) et ainsi représenter le point de vue du patient. J'ai été en mesure d'aborder les Cinq questions à poser au sujet de vos médicaments devant l'assemblée à titre d'exemple d'outil canadien pouvant sauver des vies.

Plus récemment, j'ai été invitée à siéger au comité de direction dont le mandat était de créer un volet éducatif lié à la Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses, ou la Loi de Vanessa.

Que signifie la Loi de Vanessa?

La Loi de Vanessa a pour but d'améliorer la sécurité des drogues et des instruments médicaux au pays en permettant à Santé Canada de mieux recueillir de l'information et de prendre des mesures rapides et appropriées lorsqu'un grave risque de santé est décelé. En renforçant la collection et l'analyse des données, Santé Canada pourra évaluer avec exactitude le nombre d'effets indésirables et d'incidents liés aux instruments médicaux qui surviennent et prendre les mesures nécessaires pour réduire ou éliminer les incidents similaires. Il sera donc plus facile de déterminer les drogues et les instruments médicaux causant davantage de préjudices parmi certains groupes d'âge. Grâce au signalement obligatoire de ces données, Santé Canada sera ainsi doté d'outils d'analyse plus efficaces, ce qui devrait mener à de meilleurs résultats en matière de sécurité des patients.

Quel est votre rôle dans le cadre de la promotion de la Loi de Vanessa?

On m'a invitée à faire partie du groupe de travail en compagnie entre autres de représentants de Santé Canada, de l'Institut canadien pour la sécurité des patients, de l'Institut pour la sécurité des médicaments aux patients du Canada (ISMP Canada) et de l'Organisation de normes en santé dont le mandat était de créer des modules pédagogiques visant à soutenir les professionnels et les établissements de santé dans le cadre de l'identification et du signalement des réactions indésirables graves liées à un médicament et des incidents liés aux instruments médicaux.

Nous avons également créé un module destiné aux patients et au grand public. Nous voulons que les patients et les citoyens comprennent les raisons pour lesquelles le signalement est si important. Lorsque l'on sait que l'hôpital est tenu de signaler les réactions indésirables et les incidents; cela contribue à responsabiliser tous les intervenants. De plus, nous devons informer les patients du fait qu'ils ont le droit de signaler ces incidents, et leur donner les ressources et les moyens pour ce faire. Le module destiné au public explique ce à quoi celui-ci devrait s'attendre des prestataires de soins dans le contexte de l'hôpital et quoi faire en dehors du contexte de l'hôpital.

Quels sont les conseils que vous pouvez offrir aux patients et au public en ce qui a trait au signalement obligatoire?

Je veux que les patients sachent qu'ils ont le droit de poser des questions et de bien comprendre les médicaments ou l'instrument lié à l'intervention qu'ils s'apprêtent à recevoir. Il est essentiel d'encourager les patients à s'impliquer activement dans leurs soins, lorsque possible. Le module pédagogique destiné aux patients contient des conseils pour aider ceux-ci à reconnaître les préjudices liés aux médicaments ou aux instruments médicaux.

Même si les prestataires de soins sont tenus de signaler ce type d'incidents au sein de leur hôpital, nous avons tous un rôle à jouer pour que les patients et les consommateurs puissent être vigilants en ce qui a trait à leurs soins, poser des questions au sujet de leur traitement et s'exprimer s'ils croient que quelque chose ne va pas. Si les patients ou les citoyens se retrouvent en dehors du contexte de l'hôpital, ou si un de leurs proches vit en maison de soins infirmiers; ils peuvent aussi volontairement déclarer ce type d'incident.

À quel endroit les prestataires de soins, les patients et le public peuvent-ils accéder aux modules pédagogiques ou déclarer un incident?

Les modules pédagogiques destinés aux prestataires de soins sont accessibles par le biais du site Web de l'Institut canadien pour la sécurité des patients.

Cliquer ici pour le module destiné au grand public

Cliquer sur ce lien pour déclarer un effet indésirable ou un incident lié à un instrument médical à Santé Canada.