Connexion
CPSI partager              
5/7/2019 6:00 PM

Chris PowerEn septembre 2017, les membres de Patients pour la sécurité des patients du Canada s'étaient fixé pour objectif de sensibiliser davantage le public et les élus à la sécurité des patients et à leurs partenaires. L'ICSP a sous-traité un sondage IPSOS afin de découvrir la compréhension des Canadiens en matière de sécurité des patients, ainsi que la manière dont ils classent les problèmes par ordre de priorité.

Nous avons également demandé leur expérience en matière d'incidents liés à la sécurité des patients (ISP), définis comme des dommages évitables aux patients entraînant des soins de santé prolongés, une invalidité ou le décès. Nous avons découvert qu'un Canadien sur trois avait vécu personnellement un ISP ou avait un être cher qui en avait un.

Cependant, en ce qui concerne la sécurité des patients, seulement trois Canadiens sur dix déclarent le savoir très bien ou assez bien. Cinq pour cent disent ne jamais en avoir entendu parler. Lorsque nous avons demandé aux Canadiens de classer les problèmes de soins de santé, seulement le tiers des Canadiens ont classé la sécurité des patients parmi leurs trois principales priorités, et moins d'un sur dix l'ont classée première.

La section suivante de l'enquête était important: nous avons posé des questions sur les connaissances relatives à l'impact réel de la sécurité des patients sur les Canadiens.

Nous savons que les incidents liés à la sécurité des patients sont la troisième cause de décès au Canada - mais seulement un sur dix le savait. Seulement un sur dix pensait que la mortalité des patients par suite d'une ISP était proche de la réalité, à savoir une fois toutes les 13 minutes. Enfin, le coût annuel de l'ISP (2,75 milliards de dollars) était supérieur aux prévisions pour 60% des répondants, tandis qu'un sur trois déclare qu'il était beaucoup plus élevé.

Après avoir partagé ces informations, nous avons demandé si ces connaissances avaient modifié les priorités de nos répondants en matière de soins de santé. Après avoir pris connaissance des faits concernant les ISP, il y a eu un changement très important. Soudain, les trois quarts des Canadiens ont classé la sécurité des patients parmi leurs trois principales priorités et un quart l'ont désignée comme le principal problème en matière de soins de santé. Les trois quarts craignaient un incident lié à la sécurité des patients, que ce soit pour eux-mêmes ou pour un être cher.

En conclusion, nous savons que la sensibilisation générale à la sécurité des patients et à ces incidents est faible. Même parmi le tiers des personnes qui ont vécu une ISP, peu de Canadiens sont conscients de l'importance de la question ou de son coût, tant financier que humain. Cependant, lorsqu'on leur présente les faits, les Canadiens accordent une très grande priorité à la sécurité des patients.

Sensibiliser davantage à la sécurité des patients est essentiel, non seulement pour les péages imposés par les ISP en termes d'augmentation des coûts et de pertes en vies humaines, mais également pour les mesures de sécurité prises par les Canadiens. Les Canadiens ne savent pas à quel point la sécurité des patients est un problème grave et une éducation est nécessaire pour réduire l'écart.

Ensemble, et armés de cette information, nous pouvons faire la différence. Vous pouvez en savoir plus sur le rapport ici, y compris les conclusions du rapport et les prochaines étapes, ainsi que sur le rapport complet en détail. Vous pouvez visionner le webinaire de Patients pour la sécurité des patients Canada sur le sujet ici.

Je vous invite à partager vos réflexions sur le rapport en ligne. Veuillez utiliser le hashtag #PatientSafetyRightNow dans tous les médias sociaux que vous partagez. Si vous avez un article sur les préjudices évitables causés aux patients, veuillez le partager avec votre public via les médias sociaux - et utilisez le hashtag.

Des questions? Des commentaires? Écrivez-moi à l'adresse cpower@cpsi-icsp.ca; suivez-moi sur Twitter @ChrisPowerCPSI.

Votre partenaire dévouée en sécurité des patients,

Chris Power