Connexion
CPSI partager              
Fournisseur; Leader; Public
12/11/2018 7:00 AM


Êtes-vous à risque de subir des préjudices causés par vos médicaments? Si vous - ou des personnes que vous aimez - avez plus de 65 ans, le risque de subir des complications liées aux médicaments sur ordonnance, en vente libre, naturels ou aux produits récréatifs augmente.

En 2016, une personne âgée canadienne sur 143 a été hospitalisée en raison d'interactions médicamenteuses préjudiciables. Deux personnes âgées sur trois prennent au moins cinq médicaments d'ordonnance différents alors qu’une sur quatre en prend au moins 10! Plus d'une personne âgée sur trois prend au moins un médicament potentiellement inapproprié, pouvant entraîner des risques pour la santé, notamment des chutes, des fractures, des hospitalisations et la mort. 


Johanna Trimble avec le député Mark Strahl (Chilliwack-Hope), Allison Kooijman (Patients pour la sécurité des patients du Canada) et Ioana Popescu (Institut canadien pour la sécurité des patients) 

Johanna Trimble, membre de Patients pour la sécurité des patients du Canada (PPSPC), a vu sa belle-mère Fervid, en bonne santé et âgée de 87 ans, subir un déclin cognitif rapide, incluant le délirium, des hallucinations et son incapacité à reconnaître les membres de la famille. Cela s'est produit après que des médicaments contre la douleur et un antidépresseur récemment prescrits aient été administrés sans que sa famille ne soit prévenue. Il a fallu des mois pour convaincre le personnel médical de réévaluer ses médicaments.

Grâce à la famille, les médicaments de Fervid furent interrompus et elle récupéra complètement ses facultés cognitives. Cela a permis à sa famille de passer quatre bonnes années de plus en sa compagnie. Cependant, l’effet indésirable du médicament l’avait alitée pendant des mois. Fervid était confinée à un fauteuil roulant et ne pouvait pas reprendre sa vie autonome. Elle avait également subi des traitements répétés aux antibiotiques pour des infections présumées des voies urinaires qui étaient probablement dues à des effets indésirables liées à aux médicaments en question. Elle a également contracté C. difficile, une infection diarrhéique résistante aux antibiotiques pour laquelle des antibiotiques plus puissants ont été administrés, affectant négativement son état de santé et causant son décès. Depuis cette époque, Johanna participe à plusieurs groupes de patients pour défendre les droits des patients âgés dans le système de santé.


« Chaque année, 50 % des médicaments sont pris incorrectement et on estime que 37 % des personnes âgées dans neuf provinces reçoivent une ordonnance pour un médicament qui ne devrait pas être pris par cette population », souligne Chris Power, directrice générale de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. « Notre objectif pour la Semaine nationale de la sécurité des patients de cette année était d'encourager les patients et les prestataires de soins de santé à discuter ouvertement des risques liés aux médicaments. »

Le problème ne se limite pas aux médicaments sur ordonnance. Dans le cadre d’un sondage récent mené par PPSPC, 30 % des personnes interrogées ont indiqué avoir incorrectement acheté un produit de santé naturel, un médicament homéopathique ou un médicament en vente libre, et voyaient la nécessité d’avoir des informations claires et du lettrage de plus grande taille sur l’étiquette.

« Les consommateurs veulent savoir ce que contiennent les produits qu'ils achètent », a déclaré Maryann Murray, de PPSPC. « Comme pour les produits alimentaires, toutes les étiquettes doivent être rédigées en langage clair, doivent répertorier tous les ingrédients et être imprimées avec du lettrage de taille lisible. »

Durant la Semaine nationale de la sécurité des patients, PPSPC a déposé une pétition électronique à la Chambre des communes en faveur d'un étiquetage uniforme en langage clair. La pétition demande au ministre de la Santé de veiller à ce que les règlements concernant les médicaments sans ordonnance et les produits de santé naturels continuent de répondre à ces préoccupations importantes des patients. Cliquez ici pour signer cette pétition (jusqu’au 31 janvier 2019).

Au même moment, 13 patients de partout au Canada se sont rendus à Ottawa pour rencontrer 31 députés et sénateurs. Ils ont parlé de leurs expériences personnelles de préjudices et ont sollicité le soutien des politiciens pour rendre le système de santé canadien plus sécuritaire. 

Nous remercions les représentants suivants pour le temps qu’ils ont consacré à nos efforts et leur engagement :

  • Le député Dean Allison (parti conservateur), Niagara-Ouest (Ont.)
  • Le député Mel Arnold (parti conservateur), North Okanagan-Shuswap (C.-B.)
  • Le député Daniel Blaikie (NPD), Elmwood-Transcona (Man.)
  • La députée Celina Caesar-Chavannes (parti libéral), Whitby (Ont.)
  • Le député Bill Casey (parti libéral), Cumberland-Colchester (N.-É.), président du Comité permanent de la santé
  • Le député Shaun Chen (parti libéral), Scarborough-Nord (Ont.)
  • Le député Don Davies (NPD), Vancouver Kingsway (C.-B.), vice-président du Comité permanent de la santé
  • Le député Kerry Diotte (parti conservateur), Edmonton Griesbach (Alb.)
  • Le député Terry Duguid (parti libéral), Winnipeg-Sud (MB)
  • La députée Julie Dzerowicz (parti libéral), Davenport (Ont.)
  • L'hon. Diane Finley, députée (parti conservateur), Haldimand-Norfolk (Ont.)
  • La députée Marilyn Gladu (parti conservateur), Sarnia-Lambton (Ont.), vice-présidente du Comité permanent de la santé
  • Le député Raj Grewal (parti libéral), Brampton-Est (Ont.)
  • Le député Kent Hehr (parti libéral), Calgary Centre (Alb.)
  • Le député Robert Kitchen (parti conservateur), Souris-Moose Mountain (Sask.)
  • L'hon. Kellie Leitch, députée (parti conservateur), Simcoe-Grey (Ont.)
  • La députée Elizabeth May (parti vert), Saanich-Gulf Islands (C.-B.)
  • Le député Ron McKinnon (parti libéral), Coquitlam-Port Coquitlam (C.-B.)
  • Le député Marco Mendocino (parti libéral), Eglinton-Lawrence (Ont.)
  • Le député Geoff Regan (parti libéral), Halifax-Ouest (N.-É.)
  • Le député Raj Saini (parti libéral), Kitchener Centre (Ont.)
  • La députée Sonia Sidhu (parti libéral), Brampton-Sud (Ont.)
  • Le député Mark Strahl (parti conservateur), Chilliwack-Hope (C.-B.)
  • Le député David Tilson (parti conservateur), Dufferin-Caledon (Ont.)
  • Dave Van Kesteren (parti conservateur), député, Chatham-Kent-Leamington (Ont.)
  • La sénatrice Frances Lankin, Ontario
  • La sénatrice Elizabeth Marshall, Terre-Neuve et Labrador
  • La sénatrice Lucie Moncion, Ontario
  • Le sénateur Jim Munson, Ontario
  • La sénatrice Kim Pate, Ontario
  • Le sénateur Mohamed-Iqbal Ravalia, Terre-Neuve et Labrador

Chacun de ces représentants, ainsi que tous ceux qui ont participé à la Semaine nationale de la sécurité des patients, ont été informés de moyens à utiliser pour augmenter leur sécurité et la sécurité de leurs proches. Faites évaluer vos médicaments par un médecin, une infirmière ou un pharmacien si vous ou l’un de vos proches :

  • Avez plus de 65 ans;
  • Prenez 5 médicaments ou plus;
  • Avez récemment reçu votre congé de l'hôpital;
  • Avez des préoccupations concernant les effets secondaires.

Utilisez les 5 questions à poser à propos de vos médicaments lors de rendez-vous avec un médecin, une infirmière ou un pharmacien; en rentrant à domicile après un séjour à l'hôpital ou lorsqu’un prestataire de soins à domicile leur rend visite.

Pour réduire le risque de subir des préjudices liés aux médicaments, tenez compte des 5 conseils suivants :

1. CONNAISSANCE :  dressez une liste de tous vos médicaments sur ordonnance, en vente libre, naturels et à usage récréatif, et apportez-la à vos rendez-vous médicaux afin de réduire le risque de subir des interactions médicamenteuses dangereuses.

2. VÉRIFIEZ que vous prenez tous vos médicaments correctement en consultant un pharmacien, un médecin ou une infirmière.

3. DEMANDEZ une évaluation de TOUS vos médicaments lorsqu’un médecin ou une infirmière démarre, cesse ou modifie l’un de vos médicaments.

4. Demandez au pharmacien D’ÉVALUER VOS MÉDICAMENTS chaque fois que vous démarrez ou renouvelez une ordonnance, ou chaque fois qu’on ajoute, supprime ou modifie des médicaments en vente libre ou des suppléments.

5. CONSULTEZ votre médecin ou un professionnel de la santé avant de CESSER OU DE MODIFIER tout médicament.

Pour en savoir plus sur la sécurité des médicaments, téléchargez les outils suivants à l’adresse questionnezecoutezparlez-en.ca

Pétition en faveur d'un étiquetage uniforme en langage clair :