Connexion
CPSI partager              
3/18/2020 8:00 AM
(de gauche à droite) Marion Crowe, chef de la direction, AGSPN; Maryanne D’Arpino, directrice principale, Institut canadien pour la sécurité des patients; et Patricia Thomson, présidente, AGSPN
(de gauche à droite) Marion Crowe, chef de la direction, AGSPN; Maryanne D’Arpino, directrice principale, Institut canadien pour la sécurité des patients; et Patricia Thomson, présidente, AGSPN












L'Institut canadien pour la sécurité des patients et l'Association des gestionnaires de santé des Premières Nations (AGSPN) ont signé un protocole d'entente afin d'unir leurs efforts pour promouvoir la santé des Premières Nations. Le protocole d'entente définit des intérêts communs dans la sécurité des clients et des patients, dans l'amélioration du système de santé et dans le renforcement des capacités des dirigeants et des communautés de Premières Nations, dans l'objectif ultime de favoriser la réconciliation et d'améliorer la santé des Premières Nations.

« Ce contexte est stimulant autant pour l'AGSPN que pour l'Institut canadien pour la sécurité des patients, affirme Marion Crowe, directrice générale de l'AGSPN. Au nom du conseil d'administration de l'AGSPN, je suis ravie de la signature de cette entente de partenariat, qui incarne notre relation réciproque et très fructueuse. Nous travaillons de concert pour promouvoir l'équité en matière de santé et l'accès aux services pour les membres des Premières Nations. »

« Nous sommes sincèrement reconnaissants pour cette inspirante occasion de travailler en partenariat, de cheminer aux côtés de l'AGSPN dans le but de favoriser la sécurité des patients et la qualité des soins dans les communautés de Premières Nations, renchérit Maryanne D'Arpino, directrice principale de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. Ce partenariat a pour but de nous procurer une meilleure compréhension de la notion de sécurité des patients et de sa signification pour la population autochtone. Nous entretenons une relation très ouverte et axée sur la collaboration qui nous permet d'apprendre les uns des autres en ce qui concerne la sécurité des patients. »

Les deux partenaires saisiront les occasions futures et conviendront d'initiatives conjointes qu'ils regrouperont dans un plan de travail annuel. Le partenariat met de l'avant la collaboration et la coopération dans trois secteurs clés :

  • Initiatives de partage d'information et d'accroissement des capacités, afin de concevoir et de faire circuler de l'information, des connaissances, des formations et des services d'élaboration qui réduisent les préjudices subis par les gens et qui renforcent la sécurité des soins, au profit des personnes desservies par les deux organisations;
  • Initiatives au niveau du système de santé, afin de consolider les relations entre les communautés de Premières Nations; et
  • Initiatives destinées aux dirigeants du système de santé, afin de favoriser la formation continue des dirigeants du domaine de la santé des Premières Nations et de promouvoir le partage du savoir entre les dirigeants du domaine de la santé partout au Canada.

« Il existe de fortes synergies entre nos organisations, de même que d’excellentes occasions d’accroître les capacités, de manière à prévenir les préjudices, soutient Maryanne D’Arpino. Par exemple, nous pouvons tirer des leçons de notre partenariat avec Services aux Autochtones Canada, qui a permis de renforcer les capacités en gestion d’incidents des professionnels de la santé travaillant dans les communautés du Canada. Continuant sur cette lancée, nous pourrons cette fois mieux déterminer comment les compétences en matière de sécurité des patients peuvent être transposées et intégrées dans les formations professionnelles et dans l’enseignement en santé. »

« Cette occasion de nous associer à des patients autochtones et d’écouter leurs conseils correspond à notre identité, poursuit Mme D’Arpino. Patients pour la sécurité des patients du Canada, un programme de l’Institut canadien pour la sécurité des patients dirigé par les patients, a récemment accueilli Samaria Cardinal parmi ses membres. L’histoire de Mme Cardinal est un outil pour sensibiliser les gens, parallèlement à nos efforts pour déterminer ce que représente la sécurité des patients pour les personnes autochtones. La sécurité des patients et la mobilisation des patients doivent être synonymes, et c’est là-dessus que notre volonté d’améliorer la sécurité des patients sera fondée. »

« C’est le type de synergies que nous espérons dégager de cette entente de partenariat, indique Marion Crowe. De manière générale, le travail avec l’équipe de l’Institut canadien pour la sécurité des patients donnera lieu à des occasions d’améliorer la sécurité des patients que nos communautés n’ont jamais poursuivies auparavant. Toute initiative axée sur la sécurité des patients aura pour effet d’améliorer notre prestation de services. »

L’AGSPN offre des occasions de formation, d’agrément et de perfectionnement professionnel en gestion de la santé des Premières Nations et dessert des personnes qui travaillent ou aspirent à travailler comme gestionnaires de la santé au sein d’organismes de Premières Nations. Chaque année, quelque 350 personnes suivent la formation de gestionnaires agréés de santé des Premières Nations, un nombre qui inclut des partenaires non autochtones de la communauté des Premières Nations (comme des représentants des régies régionales de la santé).

« Ancré dans la communauté et la culture, notre programme est toujours une expérience appréciée de nos alliés non autochtones qui y participent, affirme Marion Crowe. Il nous donne l’occasion d’apprendre les uns des autres et de présenter le fruit de nos travaux des dix dernières années. »

À l’heure actuelle, 225 gestionnaires agréés œuvrent dans des communautés de Premières Nations d’un océan à l’autre. Ils occupent une fonction administrative dans la prestation de services de santé dans leur collectivité, un rôle comparable à celui d’un chef de la direction dans un établissement hospitalier traditionnel. Ils doivent rendre des comptes à leurs bailleurs de fonds, à la communauté et à la population générale des habitants des réserves.

L’AGSPN exerce du leadership dans les activités de gestion de la santé des Premières Nations en élaborant et en faisant la promotion des connaissances, des normes de qualité, des pratiques, de la recherche, de l’agrément, du réseautage et du perfectionnement professionnel, de manière à accroître les capacités de ses membres et des communautés de Premières Nations.

« Le stylo que je tiens m’a été offert en cadeau. Il se veut le gage de notre engagement public et sert d’outil pour sceller notre entente, déclare Maryanne D’Arpino au moment de signer le protocole d’entente au nom de l’ICSP. Il symbolise la culture créée par l’AGSPN, en signe de leadership et de camaraderie véritables. Ce stylo est fait d’érable, un symbole de force. L’écorce d’érable est une plante médicinale, et l’érable nain est considéré comme un remède de vie sacré. Ce cadeau revêt une signification particulière de force et de solidarité entre partenaires. Merci à vous Marion Crowe, Patricia Thomson et l’AGSPN. »