Connexion
CPSI partager              
11/6/2020 6:00 AM

Virginia Flintoft a été la principale artisane du mouvement pour la sécurité des patients au Canada dès les premières années où elle a collaboré à l'Étude canadienne sur les événements indésirables. Cette femme de terrain a fait de la sécurité des patients son cheval de bataille. Elle est passée experte dans la mesure des résultats.

Virginia FlintoftVirginia Flintoft, connue des gens sous le nom de Ginny, est devenue infirmière parce qu'elle voulait aider les gens. Son dévouement à l'amélioration des soins aux patients a guidé sa carrière pendant plus de cinquante ans.

Ginny avoue avoir eu la chance incroyable de collaborer avec des sommités universitaires dans le domaine des soins cardiovasculaires, de la cardiologie interventionnelle, de la recherche médicale clinique, de la recherche sur les services de santé et de l'amélioration de la sécurité des patients. Or, la plupart des gens se disent incroyablement chanceux d'avoir travaillé avec Ginny! Bientôt retraitée à la fin du mois de novembre, Ginny nous offre trois conseils : saisir les occasions, apprendre les uns des autres, valoriser et transmettre les connaissances de chacun et chacune.

Ginny a obtenu son diplôme en sciences infirmières à l'hôpital Royal Victoria de Montréal, un baccalauréat en sciences infirmières à l'Université de Calgary et une maîtrise en conception, mesure et évaluation (épidémiologie clinique) à l'Université McMaster. Elle a acquis une expérience clinique principalement comme infirmière praticienne en soins cardiovasculaires et en soins intensifs cardiaques et en qualité de coordinatrice de la recherche médicale clinique dans plusieurs établissements de soins de santé du Canada.

Elle a travaillé pendant douze ans en tant que coordinatrice de recherche principale à l'ICES (Institute for Clinical Evaluative Sciences). Elle y a géré des projets de recherche sur les services de santé et apporté son soutien à d'éminents scientifiques, dont les Drs C. David Naylor et Jack V. Tu. À la fin des années 1990, elle a été recrutée par Dr Adalsteinn Brown comme associée de recherche principale à l'Institut des politiques, de la gestion et de l'évaluation de la santé de l'Université de Toronto. L'Institut recherchait une personne douée pour la gestion de projets complexes et possédant une bonne compréhension des mesures et des données pour produire un rapport sur le rendement des hôpitaux de l'Ontario.

Puis, en 2002, les Drs G. Ross Baker et Peter Norton ont sollicité l'intervention de Ginny pour superviser l'Étude canadienne sur les événements indésirables en tant que membre active de leur équipe.

« J'ai collaboré très étroitement avec Virginia pendant plus de vingt ans. Elle a contribué indéniablement à la réussite de diverses initiatives très médiatisées à l'échelle nationale, mais le plus souvent de façon incognito », déclare Ross Baker. « Elle a travaillé plus durement que toutes les autres personnes que je connais. Elle est parmi les dernières à quitter son bureau et se montre toujours disponible pour discuter des problèmes survenus dans le cadre de ce travail. Elle se consacre corps et âme aux objectifs généraux d'amélioration de la sécurité et de la qualité des soins dans l'ensemble du pays. L'on ne saurait sous‑estimer la portée de son action, car elle a été l'une des personnes les plus importantes dans ce travail. »

En 2005, l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) a lancé la campagne Des soins de santé plus sécuritaires maintenant à laquelle Ginny a participé en pilotant l'Équipe responsable des mesures. « Dotée d'un esprit vif et logique, elle fait preuve d'une grande efficacité lorsqu'elle encadre des équipes complexes et réparties et sait interagir avec les gens, quel que soit leur niveau hiérarchique », précise M. Baker. « Respectueuse envers autrui, y compris ses collègues et ses coéquipiers, elle se révèle très convaincante dans ses discussions avec les hauts responsables. Pratiquement tout le monde est d'avis pour dire qu'il est aisé de travailler avec Virginia. Elle possède vraiment de grandes qualités. »

Anne MacLaurin (gestionnaire principale de programme, ICSP) était chef de projet dans le cadre de la campagne Des soins de santé plus sécuritaires maintenant! lorsqu'elle a rencontré Ginny pour la première fois. Elles ont élaboré ensemble des mesures de sécurité des patients. Plus récemment, elles ont collaboré au Cadre de mesure et de surveillance de la sécurité. « Ginny est la personne la plus déterminée et la plus dévouée avec laquelle j'ai eu la chance de travailler », affirme Anne MacLaurin. « Elle excède toujours nos attentes et ne compte ni son temps ni ses efforts. C'est une collègue formidable avec qui il est très agréable de travailler. »

Lorsque Ginny a eu un accident de vélo qui l'a gravement blessée à l'épaule et au genou, elle a demandé à l'ambulancier d'appeler Anne pour lui annoncer qu'elle ne pouvait pas se rendre à la réunion comme prévu. En un rien de temps, Ginny a fait installer son ordinateur dans sa chambre pour travailler depuis son lit d'hôpital. Le lent rétablissement n'a pas dissuadé Ginny! Elle s'est organisée pour obtenir un fauteuil roulant électrique pour assister à la première séance d'apprentissage du Cadre de mesure et de surveillance de la sécurité pour le Canada. « Elle aurait remué ciel et terre pour ne pas manquer ça, commente Anne. Elle fera tout en son pouvoir pour ne rien manquer. C'est une passionnée dotée d'une grande éthique du travail et vouée à la cause. »

Wayne Miller (gestionnaire principale de programme, ICSP) a travaillé avec Ginny au cours des quatre dernières années sur la mise en œuvre de deux projets d'amélioration de la sécurité. « L'analyse de l'expérience canadienne du Cadre de mesure et de surveillance de la sécurité et des projets d'amélioration de la sécurité des médicaments a été une belle occasion d'apprendre aux côtés de Ginny. », révèle Wayne. « Le dynamisme de Ginny et son désir de voir la sécurité des patients progresser ont certainement contribué à faire avancer de nombreuses initiatives importantes. »

De l'avis de Maryanne D'Arpino, directrice principale de l'ICSP, « le dévouement de Ginny, comme infirmière et collègue œuvrant à la qualité et à la sécurité des patients, a été inlassable ». « Peu importe ce sur quoi elle travaillait, nous pouvions toujours compter sur sa perspective plus large et sur les leçons qu'elle avait tirées de ses expériences. Je suis toujours étonnée de voir à quel point son réseau de contacts est vaste. Nous nous surprenons souvent à répondre : « Demandez à Ginny, elle connaît sûrement une personne. »

Alexandru Titeu (gestionnaire de projet, équipe responsable des mesures) partage un bureau avec Ginny depuis dix ans. « Ginny a toujours défendu farouchement la sécurité des patients, fidèle à sa philosophie de toujours être à l'écoute du client ou de la cliente, commente Alex. Une chose que j'ai apprise à ses côtés, c'est qu'il faut aider les gens et leur faciliter les choses. Nous formions une bonne équipe elle et moi. Elle a été une très bonne mentore et professeure. Ginny est une excellente pédagogue; elle ne vous dicte pas comment faire quelque chose; au lieu de cela, elle vous guide sur la façon d'obtenir les résultats. »

Ginny est très reconnaissante pour les merveilleuses possibilités et les souvenirs inoubliables qui ont jalonné sa carrière. Elle souhaite conserver un lien avec le travail qui l'a occupée une bonne partie de sa vie et offrir ses services de consultation lorsque l'occasion se présentera. Entre-temps, elle se réjouit de faire du bénévolat, de passer du temps avec ses petits-enfants et envisage de voyager avec son mari une fois que la pandémie de la COVID-19 sera enrayée.

« Il y a bien longtemps, quelqu'un m'a fait part d'une citation de Patrick Overton », se remémore Ginny. « Quand vous atteignez les confins de la lumière qui vous entoure et que vous devez faire un pas dans l'obscurité de l'inconnu, l'une des deux choses suivantes se produira : soit vous aurez quelque chose de solide sur lequel prendre appui, soit on vous apprendra à voler. Je vais de l'avant en gardant cette pensée en mon cœur, sachant que j'ai vraiment été bénie. »