Connexion

​Les cathéters doivent être retirés dès qu'ils ne répondent plus à une exigence clinique. Les patients sont ensuite plus à l'aise, et cela réduit leur exposition aux infections et réduit leur temps à l'hôpital (IHI, 2012).

Récits de patients

Ne pas se laisser « prendre » au piège de l'ITUAUS

L'histoire d'une infirmière : mon père est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 39 ans et notre mère a élevé mes frères et sœurs et moi. Nous étions tous proches de maman; cependant, en tant qu'aînée, j'avais une relation spéciale. À 46 ans, elle avait subi un remplacement de la valve mitrale et sa valve aortique avait été remplacée environ 9 ans plus tard. Elle avait survécu à un arrêt cardiaque et à une rupture de l'artère pulmonaire. Quand elle fut hospitalisée pour déshydratation et insuffisance rénale aiguë, nous avons cru qu'elle allait passer du temps à l'hôpital puis quitter l'établissement. Sa fonction rénale s'améliorait grâce aux fluides, et sa décharge était soigneusement contrôlée par une sonde urinaire. Elle avait des antécédents de fibrillation auriculaire et ses ordonnances associées étaient maintenues. Un jour, sa température a atteint 102,8 F et son rythme cardiaque a atteint 130. Elle a développé une septicémie, ce qui a éprouvé davantage son système pulmonaire et cardio-vasculaire. En juin 2001 ma mère est morte de complications liées à une infection urinaire associée au cathéter. Elle avait 61 ans et elle me manque encore (Townsend et al, 2013).