Connexion

1.    Effectuer une Auto-évaluation de l'utilisation sécuritaire des médicaments

L'Auto-évaluation de l'utilisation sécuritaire des médicaments en milieu hospitalier de l'ISMP Canada peut servir à mieux faire connaître les nombreuses caractéristiques d'un système d'utilisation sécuritaire des médicaments (ISMP Canada, 2016).

Voici quelques exemples de recommandations pour prévenir les erreurs liées aux médicaments :

  • Messages-guides dans les systèmes d'ordonnance électronique (p. ex. avertissements d'allergie et d'interaction médicamenteuse).
  • Disponibilité des sources d'information sur les médicaments et accessibilité à ces sources.
  • Inscription de l'indication du médicament sur l'ordonnance; choix de ne pas utiliser d'abréviations dangereuses ou d'inscriptions numériques.
  • Communication de renseignements pertinents au patient.
  • Utilisation d'un logiciel d'aide à la décision.
  • Utilisation de l'identification automatisée (p. ex. codes à barres).

2.    Mettre en œuvre le bilan comparatif des médicaments

(Des soins de santé plus sécuritaires maintenant!, 2011).

  • Élaborer le meilleur schéma thérapeutique possible (MSTP) précis et détaillé pour les médicaments du patient, comprenant le nom, la dose, la voie d'administration et la fréquence. Pour ce faire, il faut :
    • Un processus systématique d'entrevue avec le patient et sa famille.
    • L'analyse d'au moins une autre source de renseignements fiable.
  • Faire le bilan comparatif des médicaments : utiliser le MSTP pour créer les ordonnances à l'admission ou comparer le MSTP avec les ordonnances à l'admission, au transfert ou au congé; déceler et régler toute différence ou anomalie.
  • Consigner les modifications à apporter aux ordonnances, le cas échéant, et les communiquer au patient, à sa famille ou à son prestataire de soins, ainsi qu'au professionnel de la santé qui le prendre en charge.

À terme, le but est d'instaurer une procédure qui permet de dresser une liste précise pouvant être utilisée par tous les professionnels de la santé pour rédiger les ordonnances lorsque les patients sont admis, transférés au sein de l'établissement et, éventuellement, renvoyés à la maison, de même que pour réduire le risque d'événements indésirables liés à la médication.

3.    Instaurer des processus sécuritaires pour les médicaments de niveau d'alerte élevé

(IHI, 2012)

1.    Quelques façons de prévenir tout préjudice :

  • Élaborer un ensemble de modèles d'ordonnances, de formulaires d'ordonnance pré imprimés et de cheminements cliniques ou de protocoles de soins pour instaurer une démarche uniforme lorsqu'il faut traiter des patients ayant les mêmes problèmes, la même maladie ou les mêmes besoins.
  • Réduire au minimum la variabilité en établissant comme norme l'utilisation de concentrations et de dosages minimaux pour prodiguer des soins sécuritaires.
  • Inclure des rappels et des renseignements sur les paramètres de surveillance appropriés dans les ensembles de modèles d'ordonnances, les protocoles et les feuilles de soins.
  • Envisager d'instaurer des protocoles pour les populations vulnérables, comme les personnes âgées, les enfants et les patients obèses.
  • Utiliser des lettres majuscules sur les étiquettes produites à la pharmacie pour distinguer les noms de médicaments qui peuvent être confondus.

2.    Quelques façons de cerner les erreurs et les préjudices :

  • Inclure des rappels et des renseignements sur les paramètres de surveillance appropriés dans les ensembles de modèles d'ordonnances, les protocoles et les feuilles de soins.
  • Veiller à ce que les données de laboratoire cruciales soient mises à la disposition des personnes qui en ont besoin et qui peuvent prendre des mesures.
  • Instaurer des doubles vérifications indépendantes, lorsque c'est approprié.
  • Informer les patients des symptômes indiquant la présence d'effets secondaires et du moment où ils doivent communiquer avec le prestataire des soins de santé pour avoir de l'aide.

3.    Quelques façons d'atténuer les préjudices :

  • Élaborer des protocoles permettant l'administration d'agents de neutralisation sans avoir à communiquer avec le médecin.
  • Veiller à ce que des antidotes et des agents de neutralisation soient à la portée de  main.
  • Mettre en place des protocoles de secours.

Pour plus de détails sur les modifications à apporter pour améliorer la gestion de certaines catégories de médicaments (soit les anticoagulants, les narcotiques, l'insuline et des sédatifs), il faut consulter le document intitulé How-to Guide: Prevent Harm from High-Alert Medications (IHI, 2012).

4.    Améliorer les processus de base pour commander les médicaments

(IHI, 2016)

Plusieurs pratiques s'avèrent efficaces pour améliorer la sécurité générale des processus liés à la commande des médicaments. L'Institute for Healthcare Improvement (IHI) a dressé une liste des divers éléments à améliorer à ce chapitre. Pour en savoir plus.

5.    Améliorer les processus de base pour distribuer les médicaments

(IHI, 2016)

Plusieurs pratiques s'avèrent efficaces pour améliorer la sécurité générale des liés à la distribution des médicaments. L'IHI a dressé une liste des divers éléments à améliorer à ce chapitre. Pour en savoir plus.

6.    Améliorer les processus de base pour administrer les médicaments

(IHI, 2016)

Plusieurs pratiques s'avèrent efficaces pour améliorer la sécurité générale des processus liés à l'administration des médicaments. L'IHI a dressé une liste des divers éléments à améliorer à ce chapitre. Pour en savoir plus.   

7.    Effectuer des examens cliniques et systématiques

(Voir ci‑dessous pour plus de détails)

Examens cliniques et systématiques, analyse des incidents et accidents

Les occurrences de préjudices sont souvent complexes et comportent de nombreux facteurs. Les organisations doivent :

  1. Mesurer et surveiller les types et la fréquence de ces occurrences.
  2. Utiliser des méthodes d'analyse appropriées pour comprendre les facteurs contributifs.
  3. Identifier et mettre en œuvre des solutions ou des interventions qui sont conçues pour prévenir la récurrence et réduire le risque de préjudice.
  4. Avoir des mécanismes en place pour atténuer les conséquences de préjudices quand ils se produisent.

Pour développer une compréhension plus approfondie des soins prodigués aux patients, les vérifications de dossiers, les analyses d'incidents et les analyses prospectives peuvent être utiles pour identifier les possibilités d'amélioration de la qualité. Des liens vers des ressources clés liées aux méthodes d'analyse sont inclus dans la section des Ressources pour effectuer des analyses d'incidents et prospectives.

Les vérifications de dossiers sont recommandées comme moyen de développer une compréhension plus approfondie des soins prodigués aux patients identifiés par l'indicateur des préjudices à l'hôpital. La vérification de dossiers permet d'identifier des possibilités d'amélioration de la qualité.

Ressources utiles pour effectuer des examens cliniques et systématiques :