Connexion

​Institut canadien p​our la s​écurité des patients

L'Institut canadien pour la sécurité des patients (l’ICSP) a plus de 10 ans d'expérience de leadership en matière de sécurité et de mise en œuvre de programmes visant à améliorer la sécurité dans toutes les parties du continuum de soins de santé.

VIREZ en mode sécurité

Améliorer la sécurité des patients et la qualité des soins au Canada exige la participation de tous – VIREZ en mode sécurité vous offre les outils et les ressources dont vous avez besoin pour garder les patients en toute sécurité, peu importe si vous êtes un membre du public, un prestataire ou un leader.
 

 
md-public.png 
md-public.png 

Nos Programmes

​​​​​​

 Dernières nouvelles de l'ICSP

 

 

#SuperSHIFTERS Une entrevue avec Celia Laur – L’amélioration des soins nutritionnels dans les hôpitaux canadiens33344 Celia Laur est doctorante à l'Université de Waterloo, membre de la Faculté de la transmission des connaissances et de la science de la mise en œuvre de l'ICSP, et membre clé du projet de mise en œuvre More-2-Eat (M2E) qui vise l'amélioration des soins nutritionnels dans les hôpitaux canadiens. Celia, pourriez-vous nous glisser un mot sur votre projet? La nutrition est un facteur important pour le rétablissement des patients hospitalisés, ce qui en fait conséquemment un enjeu de la sécurité des patients. Le projet M2E consiste à travailler avec les hôpitaux afin qu'ils améliorent leur service nutritionnel, par exemple en mettant en place un processus de dépistage et d'évaluation nutritionnelle afin que les patients plus à risque soient vus par un ou une diététiste et reçoivent une alimentation appropriée durant leur hospitalisation. Au cours du projet, cinq établissements hospitaliers canadiens ont travaillé avec des chercheurs de l'Université de Waterloo pour améliorer le service nutritionnel sur une de leurs unités pendant une année. Tous les cinq sites font maintenant du dépistage nutritionnel et leurs diététistes utilisent un schème d'évaluation normalisé qui leur permet de trier les patients et de consacrer plus de temps à ceux qui en ont le plus besoin. Certains hôpitaux ont également mis en place des mesures pour réduire les obstacles à la prise d'aliments, telles que le dépêchement de bénévoles auprès des patients à l'heure des repas afin de s'assurer que les patients ont accès à leur repas et qu'ils ont ce dont ils ont besoin sur le plateau. D'autres hôpitaux se sont attachés à faire un suivi de la quantité d'aliments ingérée afin de déterminer les raisons d'une alimentation insuffisante et d'apporter des changements favorisant une consommation accrue d'aliments. En somme, le projet M2E a aidé les hôpitaux à combler les besoins nutritionnels de leurs patients, et il encourage d'autres hôpitaux à emboîter le pas. Le M2E est dirigé par la professeure Heather Keller, rattachée à l'Université de Waterloo et titulaire de la chaire de recherche Schlegel sur la nutrition et le vieillissement. Mme Keller copréside le groupe de travail canadien sur la malnutrition, qui a mené une vaste étude mettant en relief la prévalence de la malnutrition et les obstacles à la prise d'aliments dans les établissements hospitaliers canadiens. Qu'est-ce qui vous a motivée à explorer le sujet de la malnutrition en particulier? Actuellement, 45 % des gens qui passent 2 jours ou plus dans un hôpital canadien sont aux prises avec un problème de malnutrition, et de ce pourcentage, les deux-tiers quittent l'hôpital encore sous-alimentés [1]. Tous les patients, sous-alimentés ou non, devraient recevoir des soins nutritionnels appropriés pour favoriser leur guérison; il s'agit d'un enjeu important de la sécurité des patients. Il a été démontré que la malnutrition à elle seule est responsable de taux de mortalité accrus, d'hospitalisations prolongées et de plus grandes probabilités de réadmission, augmentant l'affluence et, ultimement, les coûts du système de santé [1-3]. Au Canada, le coût des soins au patient hospitalisé qui est sous-alimenté excède d'environ 2 000 $ celui des soins au patient bien nourri. [2] L'alimentation occupe une grande partie de nos vies, et celle qui nous est fournie à l'hôpital peut avoir une incidence sur notre guérison les soins nutritionnels jouent un rôle crucial pendant le séjour à l'hôpital. En quoi cette approche est-elle innovatrice? La question de la malnutrition en milieu hospitalier a été soulevée pendant de nombreuses années, mais peu d'efforts ont été consacrés à régler le problème. Des projets pilotes ont été menés, mais peu d'entre eux ont abordé la question dans une perspective d'ensemble ou ont cerné le besoin d'un changement de culture nutritionnelle au sein des établissements. Le projet M2E s'est penché spécifiquement sur ce qui devrait arriver, sous l'éclairage de la recherche et de l'opinion d'experts, et a ensuite fait équipe avec les hôpitaux pour changer les choses et soutenir les soins nutritionnels aux patients, poursuivant un objectif plus global d'améliorer la culture nutritionnelle de l'hôpital. Quel enseignement en particulier avez-vous tiré de votre collaboration à ce projet? Améliorer les soins nutritionnels dans les hôpitaux est possible. Grâce à More-2-Eat, les cinq sites dépistent au moins 70 % des patients à l'admission et 100 % des patients identifiés comme gravement sous-alimentés reçoivent l'attention appropriée [4]. Au cours de l'année, le recours à des stratégies nutritionnelles pour les patients sous-alimentés ou à risque (diètes riches en nutriments, suppléments alimentaires oraux, préférences alimentaires, etc.) a augmenté de 31 % à 61 % pendant l'année. Selon un sondage effectué auprès des membres du personnel, 70 % d'entre eux ont noté un changement positif en soins nutritionnels sur leur unité [5]. Des entrevues avec le personnel et les directions d'hôpital ont sondé les réflexions du personnel sur les façons d'améliorer les soins nutritionnels [6]. Des résultats sont sur le point d'être dévoilés sur l'impact sur la durée de l'hospitalisation, les obstacles à la prise de nourriture, les façons de maintenir le changement, et plus encore. Est-ce que d'autres peuvent exploiter ce programme? Peuvent-ils reproduire votre succès? Oui. Nous encourageons fortement les autres à apprendre de l'expérience des hôpitaux du M2E et à devenir des champions dans leur propre établissement. Tout le monde peut s'impliquer. Les 5 sites participant au projet M2E ont amorcé leur travail en mettant en place les composantes de la Démarche intégrée de soins nutritionnels en contexte de soins aigus [Integrated Nutrition Pathway for Acute Care (INPAC)], une méthode normalisée de dépistage des patients à risque, de prévention, de traitement et de surveillance de la malnutrition [7]. Ce guide adaptatif est spécifiquement conçu pour répondre aux besoins des hôpitaux ou des unités au bénéfice des patients. En cours d'exécution du projet M2E, ce que nous avons appris sur le « quoi » et le « comment » de l'implantation de la démarche INPAC se trouve dans une trousse d'outils en ligne accessible à tous. Il existe également une communauté courriel en ligne à laquelle n'importe qui peut se joindre, où des personnes de partout au Canada discutent de ce qu'elles font dans leur établissement, tout en cherchant conseil auprès d'autres personnes engagées dans le même processus. Le changement est possible et nous vous encourageons à vous impliquer. Où peut-on trouver de plus amples renseignements? Pour plus d'information, vous pouvez consulter la trousse d'outils à http//m2e.nutritioncareincanada.ca/ Pour plus d'information sur le Groupe de travail canadien sur la malnutrition, veuillez consulter le site http//nutritioncareincanada.ca/ More-2-Eat est financé par le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées. Références (1) Allard JP, Keller H, Jeejeebhoy KN, Laporte M, Duerksen D, Gramlich L, Payette H, Bernier P, Vesnaver E, Davidson B, Terterina A, Lou W. Malnutrition at hospital admission contributors and effect on length of stay. Une étude de cohorte prospective du Groupe de travail canadien sur la malnutrition. J Parenter Enteral Nutrition 2016;40(4)doi 10.1177/0148607114567902. (2) Curtis LJ, Bernier P, Jeejeebhoy K, Allard J, Duerksen D, Gramlich L, et al. Costs of hospital malnutrition. Clinical Nutrition, septembre 2016. (3) Pamela L Ramage-Morin, Heather Gilmour, Michelle Rotermann. Risque nutritionnel, hospitalisation et mortalité chez les Canadiens âgés de 65 ans et plus vivant dans la collectivité. Rapports sur la santé 2017, 1er sept.; 28(9)17. (4) Keller H, Valaitis R, McNicholl T, Laur C, Xu Y, Dubin J, et al. Successful Multi-Site Implementation of Nutrition Risk Screening and Assessment Triage in Medical Inpatients The More-2-Eat Study. Résumé de conférence, Conférence ESPEN 2017. (5) Laur CV, Keller HH, Curtis L, Douglas P, Murphy J, Ray S. Comparing Hospital Staff Nutrition Knowledge, Attitudes, and Practices Before and 1 Year After Improving Nutrition Care Results From the More-2-Eat Implementation Project. JPEN J Parenter Enteral Nutr 2017. (6) Laur CV, Valaitis R, Bell J, Keller HH. Changing nutrition care practices in hospital a thematic analysis of hospital staff perspectives. Tiré du journal BMC Health Services Research 2017;17(498). (7) Keller HH, McCullough J, Davidson B, Vesnaver E, Laporte M, Gramlich L, Allard J, Bernier P, Duerksen D, Jeejeebhoy K. The Integrated Nutrition Pathway for Acute Care (INPAC) Building consensus with a modified Delphi. Nutr J 2015;19(14)63.12/15/2017 7:00:00 AMCelia Laur est doctorante à l'Université de Waterloo, membre de la Faculté de la transmission des connaissances et de la science de la mise en œuvre12/14/2017 11:02:45 PM5http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Jeu de puissance en sécurité des patients – rétrospective 201733312 Il est revenu le temps de l'année… comme 2017 a passé vite! Mais c'est ainsi quand la passion pour ce que l'on fait nous habite et que des gens au même diapason partage cette passion. Étant donné que l'année tire à sa fin, c'est l'occasion de revisiter la liste de vérification 2017 de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. Constamment hisser la barre pour l'amélioration de la qualité et la progression de l'agenda de la sécurité des patients? Coché! Une collaboration sans précédent avec les patients et les partenaires? Coché! Un plan stratégique de nouvelle mouture et de grand impact assurant un futur prometteur pour la sécurité des patients au Canada? Coché! Voici succinctement pourquoi l'année 2017 a connu un succès si retentissant et pourquoi l'ICSP est positionné comme jamais pour faire avancer la cause des soins de santé plus sécuritaires au sein du système de santé Parution du rapport intitulé « Le bien-fondé d'investir dans la sécurité des patients » (De gauche à droite) Robert Vandervelde, L'ICSP | Michael Higgins, Alberta Prime Time Présentant les données les plus récentes sur les préjudices subis en contexte de soins, ce rapport rend compte avec force détails des répercussions des incidents liés à la sécurité des patients et de la pression considérable qu'ils exercent sur le budget de la santé. Énoncé de position conjoint sur l'utilisation de la liste de vérification d'une chirurgie sécuritaire En collaboration avec Alberta Health Services (AHS), la Société canadienne des anesthésiologistes (SCA), et l'Association des infirmières et infirmiers de salle d'opération du Canada (AIISOC), l'ICSP a publié un énoncé de position conjoint préconisant l'utilisation d'une liste de vérification d'une chirurgie sécuritaire à la grandeur du pays. Une célébration du Consortium Après maintes années de collaboration, les membres du Consortium national sur la sécurité des patients se sont rassemblés encore une fois pour célébrer les fruits de leur labeur. Voyez par vous-même ce que la passion pour la sécurité des patients signifie pour cet aéropage de gens exceptionnels.Les ministres de la Santé fédérales font de la sécurité des patients une priorité Tant l'ancienne ministre de la Santé Jane Philpott que sa successeure Mme Ginette Petitpas ont exprimé leur soutien lors de deux de nos événements clés de l'année la journée Arrêt! Nettoyez-vous les mains et la Semaine nationale de la sécurité des patients. Nous remercions le ministère de la Santé pour son appui et son intérêt soutenu envers la sécurité des patients. La série des #SuperSHIFTERS et des #SHIFTtalksLorsque nous avons lancé le programme VIREZ en mode sécurité, nous nous sommes engagés à brosser le portrait des personnes et des organisations qui incarnent avec brio le grand objectif de VIREZ en mode sécurité comprendre COMMENT améliorer la culture, le travail d'équipe et la qualité. Lisez chaque mois un nouvel affichage de la série des #SuperSHIFTERS et des #SHIFTtalks.Centre collaborateur de l'OMS (De gauche à droite) Dr Jonas Gonseth-Garcia, Conseiller, qualité dans les systèmes et services de santé de l’Organisation panaméricaine de la santé / Organisation mondiale de la santé, Helen Haskell, coprésidente du conseil consultatif de Patients pour la sécurité des patients de l'Organisation mondiale de la santé, et Chris Power, directrice générale de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. L'Organisation mondiale de la santé a officiellement accordé à l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) la désignation de Centre collaborateur de l'OMS pour la sécurité et l'engagement des patients en vue de mettre en œuvre des activités soutenant les programmes de l'OMS à l'échelle mondiale. Cette désignation et la confiance de l'OMS en nos capacités nous comblent d'enthousiasme. Nous anticipons avec bonheur de représenter le Canada sur la scène mondiale! Bien entendu, ceci n'est que la pointe de l'iceberg. Notre site Web foisonne en occasions propices à l'amélioration de la qualité et de la sécurité des patients. Et de votre côté? Quels sont les faits saillants de l'année? Quels sont les événements mémorables qui ont marqué l'année 2017 et qu'est-ce qui se profile à l'horizon de 2018? Comme toujours, vous pouvez me joindre directement à cpower@cpsi-icsp.ca ou sur Twitter @ChrisPowerCPSI. Cordialement, Votre partenaire dévouée en sécurité des patients. Chris Power Directrice générale, Institut canadien pour la sécurité des patients12/7/2017 7:00:00 AMIl est revenu le temps de l'année… comme 2017 a passé vite! Mais c'est ainsi quand la passion pour ce que l'on fait nous habite et que des gens au12/8/2017 5:34:04 PM38http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
#SHIFTTalks Le travail d’équipe, ça change tout33301 Lorsque j'ai commencé à travailler pour le Health Quality Council of Alberta (HQCA) en 2015, mon directeur m'a remis entre les mains une gigantesque reliure de 3 po à anneaux en D – une brique! Je l'avoue, je me suis sentie un peu intimidée. La première pensée qui m'est venue est « dois-je lire tout ce qu'il y a là-dedans? » La reliure contenait de la documentation sur un projet impliquant TeamSTEPPS – un programme de formation sur le travail d'équipe en milieu de santé, qui promeut une approche normalisée de soins aux patients fondée sur l'esprit d'équipe. La prestation du programme TeamSTEPPS est effectuée par l'Agency for Healthcare Research and Quality (AHRQ) à partir des États-Unis. En dépit du premier sentiment qui m'a envahie, ma seconde réaction a été oui, je suis prête à plonger! J'ai épluché la documentation et j'ai consulté le site Web de l'AHRQ pour mieux comprendre en quoi consiste TeamSTEPPS. Je me suis vite rendue compte que même si je ne connaissais pas la marque « TeamSTEPPS », j'utilisais les outils préconisés par ce programme depuis des années. La première fois que j'ai été exposée à TeamSTEPPS remonte à très loin, lorsque j'ai suivi un cours pour devenir répondante médicale d'urgence et que j'ai été initiée au programme SBAR (Situation Background Assessment Recommendation), un outil de communication mnémonique normalisé qui permet de relayer l'information d'un intervenant à l'autre de façon concise et rapide. Je ne réalisais pas à l'époque à quel point c'était important. J'étais jeune et, disons-le franchement, plutôt naïve. À mesure que j'avançais dans ma carrière, je comprenais de plus en plus la puissance de cet élément fondamental qui m'avait été enseigné il y a longtemps. J'ai remarqué que les professionnels de la santé fonctionnent souvent en silos, chacun parlant le langage opaque de sa profession, qu'ils soient en soins infirmiers, techniciens de laboratoire ou médecins. . . vous voyez l'idée. Le problème est que la communication interprofessions est brouillée; il est certain que nous ne parlons pas tous le même langage. Mais le problème a ceci de plus GRAVE encore c'est dangereux pour les patients. La communication est l'UNE parmi bien d'autres compétences du travail d'équipe qu'aborde TeamSTEPPS. Le leadership, le suivi situationnel et le soutien mutuel sont tout aussi importants pour un travail d'équipe efficace et des résultats pour les patients qui soient positifs. Télescopons te temps jusqu'en 2016. J'ai reçu un courriel de notre directeur principal qui nous invitait à porter attention au travail de l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP), qui commençait à utiliser TeamSTEPPS. J'étais ravie de voir que quelqu'un d'autre avait entrepris d'implanter le programme de formation TeamSTEPPS au Canada. Nous avons immédiatement pris contact avec l'ICSP et poursuivons notre fructueux travail d'équipe visant à « canadianiser » le contenu de TeamSTEPPS, ensemble, en tant qu'équipe (vous voyez que nous le mettons en pratique). Plusieurs tristes témoignages donnent à penser que s'il y avait eu un meilleur travail d'équipe, le résultat pour le patient aurait été différent. Bien sûr, présumer de ce qui aurait pu se produire relève de la pure hypothèse, mais, dans tous ces récits tragiques de patients, il y a des moments charnières où il est clair qu'un meilleur travail d'équipe aurait pu améliorer la situation. Oui. Le travail d'équipe, ça change tout! Par Rhonda Shea BSc MA MLT Lead, Collaborative Learning &EducationHealth Quality Council of Alberta 12/5/2017 7:00:00 AMLorsque j'ai commencé à travailler pour le Health Quality Council of Alberta (HQCA) en 2015, mon directeur m'a remis entre les mains une12/5/2017 10:37:34 PM39http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
#SuperSHIFTERS Question et réponse avec Patrick Nellis33208 Êtes-vous prêt pour votre chirurgie? Sachez où vous renseigner et apprenez comment assurer votre sécurité et donner le ton à votre expérience de soins! Patrick Nellis a créé le programme innovant Ready for My Surgery visant l'engagement des patients chirurgicaux. Son livre intitulé Ready for My Surgery Be Informed, Stay Safe and Take Control During Your Journey Through Surgery, doit paraître en novembre 2017. Pourquoi avez-vous écrit ce livre? J'ai mis du temps à me rendre à l'évidence que nous manquions désespérément de ce type de ressource. Pendant presque toute ma carrière clinique, j'ai travaillé comme asistant en anesthésie au sein de deux grands hôpitaux universitaires du centre-ville de Toronto. Je faisais partie d'une équipe qui prodiguait des soins anesthésiques à des patients subissant des interventions chirurgicales variées. Je cumulais également les fonctions de formateur, dispensant de l'enseignement tant à des professionnels de la santé au chevet des patients qu'aux étudiants en salles de classe. Dans le cadre de mon travail, j'ai eu l'occasion de beaucoup voyager et de visiter des hôpitaux d'un bout à l'autre du Canada. J'ai eu le privilège de passer des semaines consécutives dans les blocs opératoires de ces différents établissements, ce qui m'a permis d'observer les soins donnés aux patients partout au pays et de tirer des conclusions d'ensemble, entre autres celle-ci les patients chirurgicaux se sentent généralement dépourvus devant ce qui leur arrive et ce qui se passe autour d'eux, et ne savent pas qu'ils peuvent jouer un rôle dans les soins qu'ils reçoivent. Cette constatation m'a poussé à partager ce que je sais avec les patients afin que leur expérience prenne une tournure plus positive. Je voulais mettre à la disposition des gens de tous les milieux une ressource qui pourrait atténuer les sentiments de peur et d'anxiété que la chirurgie provoque la plupart du temps. Les inconnues ne manquent pas – à partir de la salle d'opération et de l'intervention elle-même, jusqu'à la gestion de la douleur et à la gestion au retour à la maison. Mon livre Ready For My Surgery Be Informed, Stay Safe and Take Control During Your Journey Through Surgery ne vise pas seulement à réduire l'anxiété des patients, mais également à leur donner les connaissances et les outils pour être mieux préparés et être parties prenantes de leurs soins. D'ailleurs, la recherche tend de plus en plus à démontrer que cela a des effets positifs sur les résultats des patients et améliore de façon appréciable leur expérience. À qui votre livre s'adresse-t-il plus particulièrement? J'ai écrit ce livre pour les patients et leur famille. Il ne porte pas seulement sur la chirurgie, qui ne constitue qu'une partie de leur expérience. Le livre tente de cerner tous les aspects des soins, y compris le rétablissement, le congé de l'hôpital et la préparation du retour à la maison. Souvent les patients redoutent davantage la chirurgie, alors que parfois c'est l'après-chirurgie qui est le plus grand défi. Le contenu se divise en trois grandes sections l'avant-chirurgie, le jour de l'intervention et le rétablissement. Chacun des chapitres contient des conseils avisés, des appels à l'action et des histoires de patients. Une liste de vérification exhaustive reprend l'essentiel du livre, un outil pratique à garder avec soi et à utiliser dans tout le processus. Selon moi, les familles et les aidants naturels méritent autant d'attention – les soins de santé peuvent être particulièrement exigeants et leur rôle ne devrait pas être sous-estimé. Je crois que le livre aidera les praticiens et les étudiants en santé à mieux comprendre ce que vivent les patients et à développer de l'empathie à leur endroit. Il propose des outils qu'ils peuvent partager avec les patients. De fait, certains des outils sont déjà utilisés par des professionnels de la santé qui ont collaboré à la révision du livre. Comment avez-vous élaboré ce livre? L'une des choses que j'ai compris très tôt en rédigeant le livre est que je devais connecter avec le lecteur. Je voulais partager un peu de mon histoire en tant que professionnel du milieu et donner au lecteur une idée juste de ce qui l'attend. J'espérais que mon livre soit davantage perçu comme une conversation personnelle plutôt qu'une brochure clinique. Finalement, je me suis retrouvé à écrire le livre deux fois. Écrire un livre est tout sauf facile! En fin de compte, le premier jet a servi à coucher mes idées sur papier. Ensuite, j'ai travaillé et retravaillé pour trouver mon style en tant qu'auteur et établir un lien avec le lecteur. Au fil de l'écriture, je me rendais compte à quel point il y avait des choses à dire et à quel point il me fallait creuser encore le sujet. Je voulais que ce livre soit motivant et utile et qu'il suscite l'engagement des patients et les incite à passer à l'action. J'y ai mentionné certaines importantes initiatives mises en œuvre au pays, telles que l'infographie des Cinq questions à poser à propos de vos médicaments produite par l'ICSP et d'autres, des conseils sur la prévention des infections et des outils pour cesser le tabagisme. En somme, le livre se veut une ressource pour susciter l'engagement et donner aux patients le sentiment d'une meilleure emprise sur leur vécu. Qu'avez-vous surtout appris en écrivant ce livre? À un moment donné, il m'est apparu clairement que même si le livre pouvait être une ressource valable, il ne suffisait pas en lui-même. Je voulais que les gens s'engagent beaucoup plus tôt dans le processus, et leur expliquer pourquoi ils devaient s'impliquer dans leur traitement. Je voulais les guider au travers de tout le continuum de soins, à partir du jour où la date de leur chirurgie est fixée jusqu'à leur rétablissement complet. Nous savons que d'éduquer les patients sur l'importance de leur participation active dans leurs soins fait une différence; cela peut améliorer leurs résultats post-chirurgie et diminuer les probabilités de réadmission. Certains patients m'ont dit qu'il était important de ne pas inonder les gens d'information, mais plutôt de leur transmettre peu de renseignements à la fois, au fur et à mesure de leur pertinence en cours de traitement. Sous cet éclairage, j'ai développé les grandes lignes de mon projet. Comme je maîtrise assez bien les outils numériques modernes de communication et de contenu, je m'en suis servi pour construire ce qui allait devenir un programme pour l'engagement des patients chirurgicaux. Le livre est un élément pivot de ce programme, mais n'en constitue qu'une partie seulement. La prestation du programme se veut personnelle, numérique, accessible et abordable. Je veux toucher le plus grand nombre de patients possible, alors j'ai travaillé fort pour réduire les obstacles et rendre l'information facilement accessible à tous. Mon nouveau site Web, www.readyformysurgery.com, est la plaque tournante du programme. La majorité des gens ne souhaitent pas subir une chirurgie, mais ils souhaitent de bons résultats. Finalement, j'ai compris que je n'étais pas le seul à penser que nous pourrions porter l'expérience et l'engagement des patients à un autre niveau. Un engagement significatif des patients ne se fait pas à sens unique. Ce qui est important pour les patients devrait l'être également pour l'équipe de soins, et vice-versa. Pour moi, cette conception va au-delà des soins centrés sur le patient. Il ne s'agit pas de simplement focaliser sur le patient, mais de le faire participer en tant que partenaire de ses soins. La meilleure analogie que je puisse trouver est de considérer le patient comme un membre à part entière de l'équipe soignante. En d'autres mots, tant que le patient n'est pas entré dans la salle d'opération au jour J de la chirurgie, l'équipe n'est pas complète. Une équipe fonctionne au mieux de sa capacité quand chacun de ses membres comprend son rôle et le remplit. En regardant les choses sous cet angle, il apparaît clairement à quel point le rôle du patient est important. Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu en écrivant le livre? N'essaie pas de bâtir quelque chose seul dans ton coin. Ce conseil m'a incité à partager mon livre tôt dans le processus même s'il n'était pas parfait. J'ai compris que plus tu mets de gens au parfum et plus tu reçois de commentaires tôt dans ta démarche, mieux c'est. J'ai pris contact avec des anesthésistes, des inhalothérapeutes et des membres du personnel infirmier, de même qu'avec l'Institut canadien pour la sécurité des patients et plusieurs patients, y compris de l'organisme Patients pour la sécurité des patients du Canada, afin de leur faire lire les versions brouillons. J'ai tenu compte de toute cette rétroaction pour modifier des passages et améliorer le contenu. Ce fut sans doute l'un des aspects les plus intéressants et les plus utiles du projet, permettant d'établir de nouveaux liens avec d'autres personnes qui consacrent également de nombreux efforts pour améliorer le vécu des patients. Il y a définitivement un mouvement qui émerge. Un autre judicieux conseil qui m'a été donné est celui d'être patient et persévérant. Introduire une nouvelle idée et amener les gens à voir sa valeur prennent du temps. Le livre à lui seul a exigé huit ou neuf versions préliminaires. C'est excitant d'avoir maintenant une version bêta à partager. Le programme Ready for My Surgery est maintenant prêt pour un déploiement pilote. Une fois que j'aurai recueilli de plus amples commentaires des patients, des prestataires de soins et des organisations telles que l'ICSP et le PPSPC, le livre et le programme passeront à l'étape de la finalisation. Cette aventure a été fascinante pour moi, et j'ai très hâte de voir les répercussions qu'aura le programme sur les patients, les familles et tous ceux qui veulent leur bien. Où pouvons-nous trouver plus d'information? Je ne demande pas mieux que de clavarder avec toute personne qui s'intéresse à l'engagement des patients ou qui pense que ce programme pourrait être utile à ses patients ou à son organisation. N'hésitez pas à visiter mon site Web au www.readyformysurgery.com ou à m'envoyer un courriel à Patrick.Nellis@readyformysurgery.com Nous remercions chaleureusement Patrick Nellis pour nous avoir entretenu sur son nouveau livre, Ready for my Surgery Be Informed, Stay Safe and Take Control During Your Journey Through Surgery, qui est actuellement en production. Joignez-vous à nous le mois prochain pour faire connaissance avec notre prochain #SuperSHIFTer …11/16/2017 7:00:00 AMÊtes-vous prêt pour votre chirurgie? Sachez où vous renseigner et apprenez comment assurer votre sécurité et donner le ton à votre expérience de11/14/2017 11:08:12 PM17http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Enhanced Recovery Canada : une collaboration visant à améliorer la sécurité des chirurgies33211 Enhanced Recovery Canada (ERC) est en bonne position pour améliorer la sécurité des chirurgies partout au pays. Depuis la création du groupe plus tôt cette année, une charte de projet, une structure de gouvernance et un énoncé de position ont été mis au point et un financement stable a été obtenu. Enhanced Recovery Canada a récemment consulté un certain nombre de partenaires de l'industrie et un montant de plus de 500 000 $ a été engagé sur cinq ans pour financer les travaux du projet. Un plan a été mis au point pour le projet Récupération améliorée après la chirurgie (RAAC). Les membres qui appuient les six groupes de travail sur les lignes directrices sont déterminés. Ces groupes de travail sur les lignes directrices mettront au point des cheminements cliniques qui reposent sur six principes de base fondés sur des données probantes de RAAC l'engagement des patients, la nutrition, la mobilité, la gestion périopératoire des fluides, la gestion multimodale de la douleur et les meilleures pratiques chirurgicales fondées sur des données probantes. Le premier cheminement clinique en cours d'élaboration appuiera la chirurgie colorectale. Un spécialiste de la gestion des connaissances de l'unité des ressources sur les lignes directrices (GURU) d'Alberta Health Services a été engagé pour aider les groupes de travail sur les lignes directrices dans la collecte des données probantes existantes et la détermination de toute lacune qui faudra peut-être combler. Les cheminements colorectaux seront lancés lors de la conférence de la Société canadienne des anesthésiologistes en juin 2018. Les travaux s'étendront ensuite à d'autres types de chirurgie, intégrant les cheminements colorectaux qui peuvent être appliqués de façon plus générale. Les membres de Enhanced Recovery Canada cherchent à accroître la visibilité du projet. Des exposés ont été présentés dans un certain nombre de conférences et les membres mettront en valeur leurs activités lors de quelques événements qui auront lieu en 2018. De plus, une entrevue vidéo en six parties réalisée par Récupération améliorée après la chirurgie avec le Dr Henrik Kehlet est maintenant disponible sur la page Web d'ERC de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. Cliquez ici pour visionner la série de vidéos. « Je suis très heureuse de l'élan maintenu par nos groupes partenaires. La passion et l'intérêt de nos partenaires de l'industrie sont très évidents », affirme Carla Williams, responsable de l'amélioration de la sécurité des patients, Institut canadien pour la sécurité des patients. Nous menons beaucoup de dossiers de front pour assurer la durabilité à long terme de Enhanced Recovery Canada ». Visitez le www.securitedespatients.ca pour en savoir plus au sujet de Récupération améliorée après la chirurgie et de Enhanced Recovery Canada.11/15/2017 7:00:00 AMEnhanced Recovery Canada  (ERC) est en bonne position pour améliorer la sécurité des chirurgies partout au pays. Depuis la création du groupe11/14/2017 11:11:57 PM23http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx

 Calendrier des événements

 

 

« Sécurité des médicaments – Penser mondialement, agir localement » - série webinaire mondiale conçue et animée par des patients partenaires 33252Webexhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Pages/Safe-Medication-Think-Global-Act-Local-2017-12-18.aspx12/18/2017 3:00:00 PM12/18/2017 4:00:00 PML'utilisation non sécuritaire des médicaments est la cause première d'incidents préjudiciables dans les systèmes de santé partout dans le monde, la plupart d'entre eux pouvant être évités. Ces incidents médicamenteux surviennent à la faveur de systèmes d'administration des médicaments déficients ou de facteurs humains propices à l'erreur, tels que la fatigue, de piètres conditions environnementales ou le manque de personnel, qui compromettent la sécurité des pratiques de prescription, de transcription, de distribution, d'administration et de suivi; de graves conséquences peuvent en résulter, dont l'invalidité et même la mort.11/28/2017 5:06:53 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseWebdiffusion
Date limite du tarif lève-tôt : Cours canadien pour les coordonnateurs de la sécurité des patients33317Ottawahttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/psoc/pages/default.aspx12/31/2017 12:00:00 AM12/31/2017 11:59:00 PMLe Cours canadien pour les coordinateurs de la sécurité des patients est conçu et livré conjointement par l’Institut canadien de la sécurité des patients et SoinsSantéCAN, avec l’apport d’experts de partout au Canada et à l’étranger.12/11/2017 8:59:52 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelier
La réduction des taux d’infection grâce à une conception optimale des soins de santé : comment modeler l’environnement pour influencer positivement les résultats des patients 33325WebExhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Pages/Reducing-infection-rates-through-optimal-healthcare-design-2018-01.aspx1/16/2018 9:00:00 PM1/16/2018 10:00:00 PMVous pensez que les facteurs humains n'ont pas d'impact sur les résultats cliniques, comme les taux d'infection? Détrompez-vous! Selon L'Organisation mondiale de la santé (2017), les infections nosocomiales sont les plus fréquents des événements indésirables survenant dans le cadre de la prestation de soins, et aucune institution ni aucun pays n'ont réglé le problème à ce jour. De plus, la résistance aux antibiotiques soulève de plus en plus d'inquiétude, mettant en évidence l'urgence de mettre en œuvre des stratégies efficaces de prévention et de contrôle des infections (PCI).12/13/2017 8:16:25 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseWebdiffusion
Date limite d'inscription : Devenir un formateur en sécurité des patients [EDMONTON]7216Edmonton, ABhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/PatientSafetyEducationProgram/Pages/PSEP-Edmonton-2018-02.aspx1/24/2018 12:00:00 AM1/24/2018 11:59:00 PML'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP), en collaboration avec l'université MacEwan, sommes ravis d'offrir le cours de formation « Devenir un formateur en sécurité des patients », un programme complet d'éducation sur la sécurité des patients de 2 jours à impact élevé sera offert à Edmonton (Alberta). 10/23/2017 7:54:48 PM4http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelier
Acquérir un pouvoir d’influence : Comment promouvoir la mesure des préjudices et des événements qui ne devraient jamais arriver dans les soins hospitaliers 33342WebExhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/events/pages/learning-from-leadership-how-to-champion-the-hospital-harm-measure-and-never-events-2018-01-25.aspx1/25/2018 7:00:00 PM1/25/2018 8:00:00 PMVous vous demandez peut-être comment utiliser la mesure des préjudices à l'hôpital et la mesure des événements qui ne devraient jamais arriver pour faire progresser votre plan de sécurité des patients? Participez à notre webinaire de 60 minutes le jeudi 25 janvier, à 14h00 HE12/14/2017 10:40:21 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseWebdiffusion