Connexion

​Institut canadien p​our la s​écurité des patients

L'Institut canadien pour la sécurité des patients (l’ICSP) a plus de 10 ans d'expérience de leadership en matière de sécurité et de mise en œuvre de programmes visant à améliorer la sécurité dans toutes les parties du continuum de soins de santé.

VIREZ en mode sécurité

Améliorer la sécurité des patients et la qualité des soins au Canada exige la participation de tous – VIREZ en mode sécurité vous offre les outils et les ressources dont vous avez besoin pour garder les patients en toute sécurité, peu importe si vous êtes un membre du public, un prestataire ou un leader.
 

 
md-public.png 
md-public.png 

Nos Programmes

​​​​​​

 Dernières nouvelles de l'ICSP

 

 

L’ICSP désigné Centre collaborateur de l’OMS pour la sécurité et l’engagement des patients32978 Avec l'appui du gouvernement du Canada, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a officiellement accordé à l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) la désignation de Centre collaborateur de l'OMS pour la sécurité et l'engagement des patients en vue de mettre en œuvre des activités soutenant les programmes de l'OMS à l'échelle mondiale. L'OMS compte 800 Centres collaborateurs répartis dans 80 pays, dont 31 au Canada. L'ICSP est le seul Centre collaborateur de l'OMS canadien à mettre l'accent à la fois sur la sécurité et sur l'engagement des patients. L'entente de quatre ans (en vigueur de 2017 à 2021) prévoit des actions dans quatre secteurs Prodiguer du soutien et des avis au conseil consultatif mondial de Patients pour la sécurité des patients (PPSP)Participer aux programmes et aux efforts mondiaux consacrés aux systèmes d'apprentissage et de reddition de comptes en matière de sécurité des patientsParticiper à la planification et à l'exécution du troisième Défi mondial sur la sécurité des patients, axé sur la réduction des erreurs médicamenteusesSoutenir les programmes internationaux de sécurité des patients en faisant la promotion de soins plus sécuritaires « L'Institut canadien pour la sécurité des patients collabore depuis longtemps avec le programme international pour la sécurité des patients de l'OMS et joue un rôle moteur dans la création de partenariats de collaboration partout au pays, soutient Chris Power, présidente et directrice générale de l'ICSP. Notre organisation a bénéficié de l'aide de l'OMS et de ses membres pour la conception de produits et de services canadiens, et a indirectement fourni un soutien canadien à des pays en développement et en transition. Nous nous réjouissons de cette occasion de rendre les soins de santé plus sécuritaires en favorisant l'engagement et la sécurité des patients, et ce, autant à l'échelle locale que sur la scène mondiale. » Dans la foulée du soutien bien établi qu'il apporte à Patients pour la sécurité des patients du Canada (PPSPC) depuis 10 ans, l'ICSP offrira son assistance au conseil consultatif mondial de PPSP, notamment en participant à la coordination et à l'administration du conseil consultatif de PPSP de l'OMS et en renforçant les capacités des patients champions et des chefs de file faisant partie du réseau mondial de PPSP. Chaque année que durera l'entente, l'ICSP coordonnera les réunions trimestrielles du conseil consultatif de PPSP et donnera trois webinaires de transposition des connaissances en anglais et en français, de manière à accroître les capacités des champions et des chefs de file de la sécurité des patients dans le Réseau de PPSP. « Le programme de PPSP de l'OMS encourage les patients et les familles à améliorer la sécurité des soins de santé, à renforcer leurs capacités et à devenir des partenaires informés et compétents de leur propre traitement, renchérit Helen Haskell, coprésidente du conseil consultatif de Patients pour la sécurité des patients de l'OMS. Les ateliers de PPSP rassemblent des patients militants, des professionnels de la santé, des dirigeants locaux, des organisations de soins de santé et des décideurs, qui sont appelés à partager leurs connaissances sur le système de santé national et à explorer des mécanismes permettant de favoriser la mobilisation des patients à l'égard de la sécurité. Le travail en association avec l'ICSP, désormais un Centre collaborateur de l'OMS, amène une occasion de mettre en commun notre expérience et notre savoir en matière de sécurité et d'engagement des patients. » Pour étendre la production de rapports, les apprentissages et le partage de leçons apprises à la suite d'un préjudice, l'ICSP compile les Alertes mondiales sur la sécurité des patients, une ressource en ligne contenant un vaste répertoire d'alertes, de conseils et de recommandations provenant des quatre coins de la planète. L'ICSP travaillera à élargir de plus en plus l'utilisation qui en est faite et à augmenter la participation d'organismes internationaux. « Trop souvent, les soins de santé prodigués un peu partout dans le monde entraînent des préjudices évitables, déplore Sir Liam Donaldson, président, Sécurité des patients à l'OMS. Munis d'outils comme les Alertes mondiales sur la sécurité des patients, nous sommes en mesure de diffuser efficacement de l'information sur les risques en matière de sécurité des patients ainsi que des moyens pratiques pour minimiser les risques et prévenir les préjudices. Grâce à des initiatives comme les Centres collaborateurs de l'OMS, les processus de collecte, d'analyse, de communication et de diffusion de l'information et des tendances aux utilisateurs et aux contributeurs potentiels pourront être améliorés. » À titre d'organisme coordonnateur canadien, l'ICSP participe au 3e Défi mondial sur la sécurité des patients, qui porte sur la prévention des erreurs médicamenteuses. Membre du groupe de travail patients-public de l'OMS, l'ISCP met son expertise et son soutien à contribution pour relever le Défi mondial sur la sécurité des médicaments. Maryann Murray, membre de Patients pour la sécurité des patients du Canada, a récemment pris la parole lors de la réunion annuelle de l'Assemblée mondiale de la Santé, où elle a raconté les événements qui ont mené au décès de sa fille et insisté sur les Cinq questions à poser au sujet de vos médicaments, un outil canadien élaboré par des patients et des fournisseurs. Offert en 20 langues, il porte sur les questions à aborder pour assurer la sécurité médicamenteuse. « Le Canada et plusieurs autres pays s'attaquent aujourd'hui à l'amélioration de la sécurité des médicaments. En partageant nos connaissances et nos ressources, nous prenons part à l'élaboration de produits et d'outils universels qui contribueront à réduire considérablement les préjudices liés aux médicaments partout dans le monde », souligne Mme Murray. Pour soutenir les initiatives mondiales de sécurité des patients, L'ICSP fournira des conseils politiques, stratégiques et techniques sur diverses tribunes, y compris lors de consultations et d'événements internationaux et régionaux et au sein de groupes de travail et de comités de l'OMS. Il offrira également des conseils et du soutien pour l'élaboration, l'adaptation, la diffusion et l'évaluation d'outils et de ressources sur la sécurité des patients à l'échelle mondiale. La mobilisation des patients constitue une priorité pour de nombreux organismes canadiens. Dirigé par l'ICSP, le Consortium national sur la sécurité des patients, un groupe composé de plus de 50 organisations, a mis au point le Plan d'action intégré sur la sécurité des patients. L'engagement des patients est l'un des principes directeurs de ce plan d'action commun visant l'amélioration de la sécurité des soins. « L'engagement des patients est une stratégie clé pour promouvoir la couverture universelle des soins de santé, les soins sécuritaires et de qualité, la coordination des services et l'offre de soins axés sur la personne, souligne Neelam Dhingra-Kumar, coordonnatrice, Sécurité des patients et amélioration de la qualité au siège social de l'OMS, à Genève. Le Canada est reconnu comme un chef de file mondial de la sécurité des patients et de la mobilisation des patients, c'est pourquoi nous sommes convaincus que notre collaboration contribuera à améliorer la vie de personnes partout sur la planète. » Pour de plus amples renseignements sur l'appellation de ce nouveau Centre collaborateur de l'OMS, visitez le site web de l'OMS.9/17/2017 6:00:00 AMAvec l'appui du gouvernement du Canada, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a officiellement accordé à l'Institut canadien pour la sécurité des9/16/2017 11:28:59 PM7http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Journée du changement Ontario 201732894 Journée du changement Ontario Améliorer les soins de santé L'organisme Associated Medical Services et Qualité des services de santé Ontario, appuyés par l'Institut canadien pour la sécurité des patients, vous invitent à soutenir les organisations de soins de santé de l'Ontario pendant deux mois cet automne en prévision de la Journée du changement Ontario 2017.​ Qu'est-ce que la Journée du changement? C'est un mouvement mondial grandissant qui aide les personnes qui interviennent directement dans le système de soins de santé à opérer des changements positifs. Comment? En s'engageant, par de petites ou de grandes promesses, à dynamiser le processus de changement que ces intervenants souhaitent mettre en œuvre. Il s'agit de partager ses idées et ses récits sur les médias sociaux, de dialoguer les uns avec les autres et de surmonter les obstacles dans le but ultime d'améliorer les soins de santé aussi bien pour les patients que pour les professionnels de la santé. En ce sens, participez à la Journée du changement Ontario et prenez un engagement pour promouvoir des soins de qualité, empreints de compassion et pour susciter des changements positifs au sein du système de santé. Visitez le changedayontario.ca/fr pour en savoir plus et pour devenir ambassadeur ou ambassadrice de la Journée. Nous rappelons que les promesses d'engagement seront lancées le 12 septembre 2017 et culmineront en une journée de célébrations qui se déroulera le 17 novembre 2017. Change Day Alberta​​​​ http//www.changedayab.ca/ Change Day BC https//changedaybc.ca/Steven Butterworth9/12/2017 2:30:00 PMJournée du changement Ontario : Améliorer les soins de santé L'organisme Associated Medical Services et Qualité des services de santé9/15/2017 7:20:32 PM5http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Jeu de puissance en sécurité des patients : Partenariat pour prévenir la détérioration de l’état de santé du patient32885 Souvent, les signes précurseurs de la détérioration de l'état de santé ne sont pas reconnus, ce qui peut entraîner des résultats dévastateurs. La recherche soutient que les événements critiques touchant les patients sont presque toujours précédés par des signes précurseurs qui se produisent plusieurs heures avant ces événements. L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) et le Healthcare Insurance Reciprocal of Canada (HIROC) affirment continuellement l'importance de la participation des patients à leurs soins de santé. Nous croyons que les voix du patient et de la famille doivent être entendues au chevet et sont essentielles afin de favoriser des résultats de soins sécuritaires. Pour ce qui est de la détérioration de l'état du patient, les membres de la famille constituent une partie essentielle de l'équipe de soins et ces derniers sont souvent les mieux placés pour reconnaître des changements parfois subtils, mais très importants dans l'état de santé de leur proche, qui peuvent indiquer une détérioration. Ils ne savent peut-être pas identifier LA CAUSE de ce qui ne va pas, mais ils sont souvent les premiers à le remarquer lorsque la personne ne « file pas ». L'histoire de Mataya Robin illustre parfaitement ce thème L'ICSP et l'HIROC, déterminés à jouer un rôle essentiel dans l'élimination des préjudices évitables causés par la détérioration de l'état du patient, se sont associés dans le but de constituer une collection d'outils et de ressources sur la détérioration de l'état de santé du patient des plus complètes au Canada, sinon dans le monde. On peut consulter ces éléments gratuitement en recherchant le terme « détérioration de l'état de santé du patient » sur le site de l'ICSP à www.securitedespatients.ca. détérioration de l'état de santé du patient Si un membre de votre famille est actuellement pris en charge par le système de santé, apprenez à reconnaître les signes et symptômes de la détérioration de l'état du patient et à discuter efficacement de vos inquiétudes avec le prestataire de soins de santé. Pour les prestataires et les responsables, sachez reconnaître la détérioration de l'état du patient dans différents contextes de soins et faites la promotion de la participation des patients tout en confiant à ces derniers et aux membres de leur famille la tâche de surveiller l'apparition de signes avant-coureurs de situations anormales grâce à ce qu'ils voient et entendent. Ensemble, nous pouvons réduire les préjudices évitables. Vos partenaires en sécurité des patients, Chris Power Catherine GaultonDirectrice générale CEOInstitut canadien p our la s écurité des patients Healthcare Insurance Reciprocal of Canada9/8/2017 6:00:00 AMSouvent, les signes précurseurs de la détérioration de l'état de santé ne sont pas reconnus, ce qui peut entraîner des résultats dévastateurs. La9/8/2017 6:05:47 PM7http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
#SHIFTTalks Prêter une oreille attentive32892 L’importance d’une communication efficace lors des transferts de patients Quelques heures à peine après son congé des urgences, un bébé de cinq semaines a subi des lésions cérébrales permanentes en raison d’un diagnostic et d’un traitement tardifs de méningite. La cause une communication déficiente et l’absence d’un processus fiable assurant que des analyses additionnelles soient effectuées après le congé du patient. Les cas comme celui-ci nous poussent à nous demander si les mauvaises pratiques de communication lors des changements de quart et des transferts entre fournisseurs de soins sont omniprésentes au point que nous sommes devenus insensibles à leurs répercussions dramatiques sur la sécurité des patients. Malheureusement, même lorsque nous croyons que la communication est bonne, elle peut rapidement prendre des allures de téléphone arabe dans le contexte chaotique et stressant des soins de santé. La transmission de messages, que ce soit entre professionnels de la santé ou d’un établissement ou d’un secteur à un autre, peut être complexe. Une étude indique qu’en moyenne, les fournisseurs de soins subissent de 11 à 15 interruptions par heure. Une autre recherche révèle que seulement 42 % des infirmières sont en mesure de nommer le principal fournisseur de soins de leurs patients et qu’à peine 23 % des médecins peuvent nommer l’infirmière responsable de leurs patients. Selon une étude des plaintes soumises entre 2009 et 2013 réalisée par l’organisation américaine CRICO, la mauvaise communication dans les soins de santé a coûté 1,7 milliard de dollars et a touché près de 2 000 personnes durant cette période. La situation n’est pas plus rose au Canada. L’Étude canadienne sur les événements indésirables a montré que la mauvaise communication lors des transitions entre les soins jouait un rôle déterminant dans les événements indésirables liés à la médication. D’après les plaintes compilées par HIROC (Healthcare Insurance Reciprocal of Canada), les problèmes de communication représentent un fardeau de 305 millions de dollars en frais juridiques médicaux depuis 1987. En contradiction avec ces résultats, le rapport 2015 d’Agrément Canada sur les pratiques organisationnelles requises (POR) a révélé un taux de conformité de 99 % avec la pratique consistant à assurer une communication efficace aux points de transition. Le rapport précise toutefois que les tests de conformité ne portaient pas sur la qualité de l’information transmise. Quelques signes prometteurs annoncent un changement. Certaines études évaluent les pratiques normalisées visant à combler le fossé entre différents styles de communication. On s’intéresse également aux pratiques d’équipe en matière de sécurité, comme des caucus et des comptes rendus réguliers pour améliorer la communication. Enfin, des outils et des ressources comme la plateforme VIREZ en mode sécurité de l’ICSP permettent aux patients et aux familles d’amorcer des discussions avec les fournisseurs de soins lors des transitions. Les dirigeants, quant à eux, doivent prioriser la communication efficace, implanter l’usage de la technologie et créer une culture de la sécurité. Nous devons le faire pour notre personnel, pour notre organisation et pour nos patients, qui mettent leur vie entre nos mains.​ ​Par Joanna Noble, superviseure, Transfert des connaissances, Gestion du risque en soins de santé, HIROC 9/8/2017 6:00:00 AML’importance d’une communication efficace lors des transferts de patients Quelques heures à peine après son congé des urgences, un bébé de cinq9/11/2017 4:41:01 PM14http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Jeux de puissance en sécurité des patients : Rencontre avec le Conseil de la fédération24513 Aujourd'hui, quelqu'un meurt dans un hôpital au Canada toutes les 17 minutes à cause d'un effet indésirable, soit environ 31 000 personnes par an. Nous savons également qu'une visite à l'hôpital sur 18 entraîne un préjudice évitable ou même la mort. Et ce n'est guère mieux dans le milieu communautaire, où jusqu'à 13 pour cent des personnes recevant des soins à domicile subissent un effet indésirable préjudiciable comme une chute ou une erreur médicamenteuse. Selon un rapport de juin 2017 de l'Organisation de coopération et de développement économique, le fardeau économique des effets indésirables dans les hôpitaux canadiens attribuable aux effets indésirables évitables était estimé à 397 millions de dollars en 2009-2010. Le nombre de préjudices est tout simplement inacceptable. L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) espère que le Conseil de la fédération, constitué des premiers ministres des provinces, fera de la promotion de la sécurité des patients une priorité. Alors que les décideurs politiques et les élus se réunissaient à Edmonton lors du Conseil de la fédération du mois dernier afin de prendre des décisions difficiles concernant les priorités de financement, j'étais heureuse d'avoir eu l'occasion de souligner que le travail de l'Institut canadien pour la sécurité des patients est essentiel afin de prévenir des préjudices, de prévoir des réactions appropriées lorsque des préjudices se produisent et d'en tirer des leçons pour les prévenir à l'avenir. Au cours des prochains mois, alors que nous attendons la décision de Santé Canada concernant notre financement futur, nous sommes impatients de collaborer étroitement avec tous les paliers des gouvernements et tous nos intervenants dans la communauté afin que tous les Canadiens puissent avoir accès à des soins de santé sécuritaires. Depuis 2003, l'ICSP est en première ligne, œuvrant avec les prestataires et les organismes de soins de santé afin d'améliorer la sécurité des patients grâce à l'éducation, à la recherche et aux stratégies cliniques fondées sur des données probantes. Au fil des ans, nous avons bénéficié d'un excellent soutien de la part de Santé Canada et des gouvernements fédéral et provincial, mais en réalité, pour aller plus loin, nous avons besoin de ressources additionnelles afin d'assurer que le Canada possède le système de santé le plus sécuritaire au monde. L'ICSP est le seul organisme national exclusivement consacré à la réduction des préjudices évitables et à l'amélioration de la sécurité des soins de santé. Établi à la suite d'un cri de ralliement émis par des individus dévoués travaillant dans le système de santé qui ne pouvaient supporter la survenance d'un autre incident causant un préjudice à un patient, l'ICSP a comme mandat d'assurer un leadership national en travaillant avec les décideurs fédéraux, provinciaux et territoriaux sur la création de ressources et d'outils fondés sur des données probantes, en vue d'éduquer et d'inspirer des soins plus sécuritaires. Afin de poursuivre notre mandat, nous devons obtenir l'appui de l'ensemble du système de santé. Si vous souhaitez ajouter votre voix à notre cause, veuillez me contacter par courriel à cpower@cpsi-icsp.ca pour en savoir plus sur les façons dont vous pouvez nous aider. Je vous remercie. Votre partenaire en sécurité des patients, Chris Power8/3/2017 6:00:00 AMAujourd'hui, quelqu'un meurt dans un hôpital au Canada toutes les 17 minutes à cause d'un effet indésirable, soit environ 31 000 personnes par an.8/3/2017 10:03:50 PM19http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx

 Calendrier des événements

 

 

Nouveauté! Un programme ASPIRE en français de 2 ½ jours 7244Québechttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/advancing-safety-for-patients-in-residency-education/Pages/default.aspx9/25/2017 2:00:00 PM9/27/2017 6:00:00 PMNouveauté! Un programme ASPIRE en français de 2 ½ jours aura lieu du 25 au 27 septembre 2017 à Québec, à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Pour toute information dpc@fmed.ulaval.ca. 7/21/2017 7:42:22 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelier
Pediatric Clinical Deterioration: When things go from bad to worse - Parents & Providers Working Together 33019https://ken.caphc.org/xwiki/bin/view/CAPHC+Presents%21/Pediatric+Clinical+Deterioration%3A+When+things+go+from+bad+to+worse+-+Parents+%26+Providers+Working+Together9/27/2017 3:00:00 PM9/27/2017 4:00:00 PML’institut canadien pour la sécurité des patients est fier d’appuyer cet événement.Ce webinaire est organisé par Canadian Association of Paediatric Health Centres 9/19/2017 4:17:24 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseWebdiffusion
Devenir un formateur en sécurité des patients - Séance: 28 et 29 septembre, 2017 [Toronto, ON] 7204Toronto, ONhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/PatientSafetyEducationProgram/Pages/Session-September-28-29-2017-Toronto-ON-2016-12.aspx9/28/2017 12:00:00 AM9/29/2017 11:59:00 PM​L'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP), en collaboration avec l'Ontario Hospital Association (OHA) sommes ravis d'offrir la séance de formation « Devenir un formateur en sécurité des patients » aux membres des équipes cliniques des organisations de soins de santé.8/14/2017 3:36:21 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelier;Conférence
ISQua : 34e Conférence internationale7246http://isqua.org/Events/london-2017/programme10/1/2017 12:00:00 AM10/4/2017 11:59:00 PML’ISQua est heureuse de s’associer à la Health Foundation pour la tenue de la 34e Conférence internationale sur la qualité et la sécurité des soins de santé, qui se tiendra à Londres du 1er au 4 octobre 2017. Les inscriptions sont maintenant ouvertes, et des rabais sont offerts aux membres de l’ISQua, aux étudiants, aux stagiaires et aux délégués provenant de pays à revenu faible ou moyen-inférieur. 8/23/2017 3:11:12 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseConférence
La contribution de Healthcare Human Factors aux soins de santé au Canada et ailleurs dans le monde – Tout ce que vous avez toujours voulu savoir32889WebExhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Pages/Healthcare-Human-Factors-in-Canada-Everything-you-wanted-to-know.aspx10/4/2017 4:00:00 PM10/4/2017 5:00:00 PMAvez-vous déjà souhaité en savoir plus sur les facteurs humains qui se répercutent sur les soins de santé et la sécurité des patients? Le moment est venu de le faire. Soyez des nôtres le 4 octobre à midi (HE), avec Kathy Momtahan et le Dr Gianni D’Egidio, qui décriront le travail du Réseau canadien sur les facteurs humains dans les soins de santé (Canadian Human Factors in Healthcare Network) et examineront de récentes évaluations des facteurs humains dans l’utilisation de défibrillateurs externes en milieu hospitalier. 9/19/2017 4:22:36 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseWebdiffusion