Connexion

​Institut canadien p​our la s​écurité des patients

L'Institut canadien pour la sécurité des patients (l’ICSP) a plus de 10 ans d'expérience de leadership en matière de sécurité et de mise en œuvre de programmes visant à améliorer la sécurité dans toutes les parties du continuum de soins de santé.

VIREZ en mode sécurité

Améliorer la sécurité des patients et la qualité des soins au Canada exige la participation de tous – VIREZ en mode sécurité vous offre les outils et les ressources dont vous avez besoin pour garder les patients en toute sécurité, peu importe si vous êtes un membre du public, un prestataire ou un leader.
 

 
md-public.png 
md-public.png 

Nos Programmes

​​​​​​

 Dernières nouvelles de l'ICSP

 

 

Vos médicaments font-ils bon ménage?33726 Êtes-vous à risque de subir des préjudices causés par vos médicaments? Si vous - ou des personnes que vous aimez - avez plus de 65 ans, le risque de subir des complications liées aux médicaments sur ordonnance, en vente libre, naturels ou aux produits récréatifs augmente. En 2016, une personne âgée canadienne sur 143 a été hospitalisée en raison d'interactions médicamenteuses préjudiciables. Deux personnes âgées sur trois prennent au moins cinq médicaments d'ordonnance différents alors qu’une sur quatre en prend au moins 10! Plus d'une personne âgée sur trois prend au moins un médicament potentiellement inapproprié, pouvant entraîner des risques pour la santé, notamment des chutes, des fractures, des hospitalisations et la mort. Johanna Trimble avec le député Mark Strahl (Chilliwack-Hope), Allison Kooijman (Patients pour la sécurité des patients du Canada) et Ioana Popescu (Institut canadien pour la sécurité des patients) Johanna Trimble, membre de Patients pour la sécurité des patients du Canada (PPSPC), a vu sa belle-mère Fervid, en bonne santé et âgée de 87 ans, subir un déclin cognitif rapide, incluant le délirium, des hallucinations et son incapacité à reconnaître les membres de la famille. Cela s'est produit après que des médicaments contre la douleur et un antidépresseur récemment prescrits aient été administrés sans que sa famille ne soit prévenue. Il a fallu des mois pour convaincre le personnel médical de réévaluer ses médicaments. Grâce à la famille, les médicaments de Fervid furent interrompus et elle récupéra complètement ses facultés cognitives. Cela a permis à sa famille de passer quatre bonnes années de plus en sa compagnie. Cependant, l’effet indésirable du médicament l’avait alitée pendant des mois. Fervid était confinée à un fauteuil roulant et ne pouvait pas reprendre sa vie autonome. Elle avait également subi des traitements répétés aux antibiotiques pour des infections présumées des voies urinaires qui étaient probablement dues à des effets indésirables liées à aux médicaments en question. Elle a également contracté C. difficile, une infection diarrhéique résistante aux antibiotiques pour laquelle des antibiotiques plus puissants ont été administrés, affectant négativement son état de santé et causant son décès. Depuis cette époque, Johanna participe à plusieurs groupes de patients pour défendre les droits des patients âgés dans le système de santé. « Chaque année, 50 % des médicaments sont pris incorrectement et on estime que 37 % des personnes âgées dans neuf provinces reçoivent une ordonnance pour un médicament qui ne devrait pas être pris par cette population », souligne Chris Power, directrice générale de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. « Notre objectif pour la Semaine nationale de la sécurité des patients de cette année était d'encourager les patients et les prestataires de soins de santé à discuter ouvertement des risques liés aux médicaments. » Le problème ne se limite pas aux médicaments sur ordonnance. Dans le cadre d’un sondage récent mené par PPSPC, 30 % des personnes interrogées ont indiqué avoir incorrectement acheté un produit de santé naturel, un médicament homéopathique ou un médicament en vente libre, et voyaient la nécessité d’avoir des informations claires et du lettrage de plus grande taille sur l’étiquette. « Les consommateurs veulent savoir ce que contiennent les produits qu'ils achètent », a déclaré Maryann Murray, de PPSPC. « Comme pour les produits alimentaires, toutes les étiquettes doivent être rédigées en langage clair, doivent répertorier tous les ingrédients et être imprimées avec du lettrage de taille lisible. » Durant la Semaine nationale de la sécurité des patients, PPSPC a déposé une pétition électronique à la Chambre des communes en faveur d'un étiquetage uniforme en langage clair. La pétition demande au ministre de la Santé de veiller à ce que les règlements concernant les médicaments sans ordonnance et les produits de santé naturels continuent de répondre à ces préoccupations importantes des patients. Cliquez ici pour signer cette pétition (jusqu’au 31 janvier 2019). Au même moment, 13 patients de partout au Canada se sont rendus à Ottawa pour rencontrer 31 députés et sénateurs. Ils ont parlé de leurs expériences personnelles de préjudices et ont sollicité le soutien des politiciens pour rendre le système de santé canadien plus sécuritaire. Nous remercions les représentants suivants pour le temps qu’ils ont consacré à nos efforts et leur engagement Le député Dean Allison (parti conservateur), Niagara-Ouest (Ont.) Le député Mel Arnold (parti conservateur), North Okanagan-Shuswap (C.-B.) Le député Daniel Blaikie (NPD), Elmwood-Transcona (Man.) La députée Celina Caesar-Chavannes (parti libéral), Whitby (Ont.) Le député Bill Casey (parti libéral), Cumberland-Colchester (N.-É.), président du Comité permanent de la santé Le député Shaun Chen (parti libéral), Scarborough-Nord (Ont.) Le député Don Davies (NPD), Vancouver Kingsway (C.-B.), vice-président du Comité permanent de la santé Le député Kerry Diotte (parti conservateur), Edmonton Griesbach (Alb.) Le député Terry Duguid (parti libéral), Winnipeg-Sud (MB) La députée Julie Dzerowicz (parti libéral), Davenport (Ont.) L'hon. Diane Finley, députée (parti conservateur), Haldimand-Norfolk (Ont.) La députée Marilyn Gladu (parti conservateur), Sarnia-Lambton (Ont.), vice-présidente du Comité permanent de la santé Le député Raj Grewal (parti libéral), Brampton-Est (Ont.) Le député Kent Hehr (parti libéral), Calgary Centre (Alb.) Le député Robert Kitchen (parti conservateur), Souris-Moose Mountain (Sask.) L'hon. Kellie Leitch, députée (parti conservateur), Simcoe-Grey (Ont.) La députée Elizabeth May (parti vert), Saanich-Gulf Islands (C.-B.) Le député Ron McKinnon (parti libéral), Coquitlam-Port Coquitlam (C.-B.) Le député Marco Mendocino (parti libéral), Eglinton-Lawrence (Ont.) Le député Geoff Regan (parti libéral), Halifax-Ouest (N.-É.) Le député Raj Saini (parti libéral), Kitchener Centre (Ont.) La députée Sonia Sidhu (parti libéral), Brampton-Sud (Ont.) Le député Mark Strahl (parti conservateur), Chilliwack-Hope (C.-B.) Le député David Tilson (parti conservateur), Dufferin-Caledon (Ont.) Dave Van Kesteren (parti conservateur), député, Chatham-Kent-Leamington (Ont.) La sénatrice Frances Lankin, Ontario La sénatrice Elizabeth Marshall, Terre-Neuve et Labrador La sénatrice Lucie Moncion, Ontario Le sénateur Jim Munson, Ontario La sénatrice Kim Pate, Ontario Le sénateur Mohamed-Iqbal Ravalia, Terre-Neuve et Labrador Chacun de ces représentants, ainsi que tous ceux qui ont participé à la Semaine nationale de la sécurité des patients, ont été informés de moyens à utiliser pour augmenter leur sécurité et la sécurité de leurs proches. Faites évaluer vos médicaments par un médecin, une infirmière ou un pharmacien si vous ou l’un de vos proches Avez plus de 65 ans; Prenez 5 médicaments ou plus; Avez récemment reçu votre congé de l'hôpital; Avez des préoccupations concernant les effets secondaires. Utilisez les 5 questions à poser à propos de vos médicaments lors de rendez-vous avec un médecin, une infirmière ou un pharmacien; en rentrant à domicile après un séjour à l'hôpital ou lorsqu’un prestataire de soins à domicile leur rend visite. Pour réduire le risque de subir des préjudices liés aux médicaments, tenez compte des 5 conseils suivants 1. CONNAISSANCE dressez une liste de tous vos médicaments sur ordonnance, en vente libre, naturels et à usage récréatif, et apportez-la à vos rendez-vous médicaux afin de réduire le risque de subir des interactions médicamenteuses dangereuses. 2. VÉRIFIEZ que vous prenez tous vos médicaments correctement en consultant un pharmacien, un médecin ou une infirmière. 3. DEMANDEZ une évaluation de TOUS vos médicaments lorsqu’un médecin ou une infirmière démarre, cesse ou modifie l’un de vos médicaments. 4. Demandez au pharmacien D’ÉVALUER VOS MÉDICAMENTS chaque fois que vous démarrez ou renouvelez une ordonnance, ou chaque fois qu’on ajoute, supprime ou modifie des médicaments en vente libre ou des suppléments. 5. CONSULTEZ votre médecin ou un professionnel de la santé avant de CESSER OU DE MODIFIER tout médicament. Pour en savoir plus sur la sécurité des médicaments, téléchargez les outils suivants à l’adresse questionnezecoutezparlez-en.ca Quand devriez-vous faire évaluer vos médicaments? Quelles sont les 5 questions à poser à propos de vos médicaments? Remplissez votre liste de médicaments - pour votre sécurité! Pétition en faveur d'un étiquetage uniforme en langage clair Signez le pétiton 12/11/2018 9:00:00 PMÊtes-vous à risque de subir des préjudices causés par vos médicaments? Si vous - ou des personnes que vous aimez - avez plus de 65 ans, le risque de12/11/2018 10:56:07 PM24http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Jeu de puissance en sécurité des patients : Les trois choses que j'ai apprises cette année25665 ​Le mois dernier, nous avons célébré certaines des réalisations remarquables que nous et nos partenaires avons accomplies cette année. En les partageant, j'ai réfléchi aux leçons que j'ai apprises. Il est si facile de se laisser entraîner dans la routine quotidienne des réunions, des présentations et de la planification qu'il peut être difficile de s'arrêter pour réfléchir aux progrès que nous avons réalisés ensemble. Nous avons été extrêmement emballés par les succès que nous avons remportés cette année dans le cadre de la Semaine nationale de la sécurité des patients. Non seulement avons-nous déployé un programme qui intéressait notre auditoire principal de leaders et de fournisseurs de soins de santé, mais nous avons également interagi avec le public comme nous ne l'avions jamais fait auparavant. Nos outils favorisant l'utilisation sécuritaire des médicaments ont été téléchargés par des gens de partout au pays et dans le monde. En nous tournant vers l'extérieur du système de santé, nous diffusons les messages sur la sécurité des médicaments et des patients plus efficacement que jamais. La leçon ici est qu'il ne faut pas avoir peur d'essayer quelque chose de nouveau. Si nous n'avions pas décidé de toucher de nouveaux auditoires au sein du grand public, nous n'aurions pas été en mesure de diffuser nos messages jusqu'à maintenant, et encore moins de fournir à tant de gens les outils dont ils ont besoin pour assurer leur sécurité. L’ICSP fournit depuis longtemps à ses partenaires du secteur de la santé des messages et des outils sur la sécurité des patients, mais nous pouvons faire encore mieux si nous essayons de nouvelles façons de rejoindre des millions de patients canadiens et leurs familles, qui veulent savoir comment assurer leur sécurité dans notre système de santé. Le deuxième succès que nous avons célébré cette année a été l'introduction du premier des quatre projets d'amélioration de la sécurité La mesure et la surveillance de la sécurité. Le projet est en cours, avec la participation d'équipes de partout au Canada, et nous partagerons certaines de leurs histoires dans un prochain numéro de notre magazine numérique. Les trois autres projets d'amélioration de la sécurité – le travail d'équipe et la communication, la sécurité des médicaments et la récupération améliorée après une chirurgie – seront lancés le mois prochain, et nous vous invitons à vous inscrire ici pour les connaître dès qu'ils seront annoncés! La leçon que nous avons apprise à l'ICSP cette année a été de nous concentrer sur ce que nous faisons le mieux. Nous sommes un petit groupe de passionnés. Avec l'appui de nos partenaires, nous avons la tâche colossale d'améliorer les résultats en matière de sécurité des patients pour un système national de soins de santé réunissant des milliers de personnes dans des centaines de lieux différents. Lorsque nous nous concentrons sur l'expertise qui nous est propre, nous pouvons commencer à apporter des améliorations à la sécurité des patients... maintenant! Et enfin, nous avons célébré notre partenariat avec Santé Canada. Bien que nous soyons très fiers d'avoir contribué à la tenue d'un événement de mobilisation communautaire à Halifax sur la mise en œuvre d’un régime national d'assurance-médicaments, nous travaillons également en étroite collaboration avec les autres organisations pancanadiennes de santé (OPS) et les ministères de la Santé partout au pays pour faire de la sécurité des patients une priorité. J'ai rencontré des ministres et des sous-ministres de la plupart des provinces et territoires du Canada. J'ai discuté de la façon de travailler avec d'autres organismes de santé. Et j’ai veillé à ce que chaque réunion se termine par un engagement visant à faire de la sécurité des patients l'un des éléments les plus importants de notre système de santé. La leçon ici est évidente, et probablement la plus importante si nous travaillons avec nos partenaires, nous pouvons accomplir de grandes choses. En nous unissant à Santé Canada et aux ministères régionaux de la Santé, nous pouvons nous assurer que la sécurité des patients devienne une priorité partout au pays. En travaillant avec d'autres OPS, nous pouvons créer des synergies pour atteindre nos objectifs ensemble. En collaborant avec Patients pour la sécurité des patients du Canada, d'autres associations de patients et des groupes d'amélioration de la qualité partout au pays, nous pouvons aider les patients et leurs familles à jouer un rôle actif dans leurs expériences en soins de santé. Tout cela contribuera à l'amélioration globale de notre santé et de notre système de santé à long terme. Essayer de nouvelles approches. Se concentrer sur nos forces. Travailler ensemble. Tirer ces trois leçons a été la clé de nos plans pour assurer le succès de 2019, année où nous avons l'intention de rendre les systèmes de santé canadiens plus sûrs pour tous les patients aujourd'hui, demain et dans les années à venir. Joyeuses Fêtes à vous et aux vôtres, soyez prudents, et je vous reviendrai en cette nouvelle année. Des questions? Des commentaires? Ma boîte de réception est toujours ouverte à cpower@cpsi-icsp.ca, et vous pouvez me suivre sur Twitter @ChrisPowerCPSI. Avec vous pour la sécurité des patients, Chris Power 12/11/2018 8:00:00 PM Le mois dernier, nous avons célébré certaines des réalisations remarquables que nous et nos partenaires avons accomplies cette année. En les12/11/2018 8:45:53 PM12http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Mesurer les préjudices à l’hôpital en vue d’améliorer les soins et les résultats des patients 33709 ​Les patients s'attendent à ce que les soins hospitaliers soient sécuritaires, et pour la plupart des gens, ils le sont. Cependant, une étude récente montre que des patients avaient subi des préjudices potentiellement évitables lors de 138 000 séjours à l'hôpital, soit environ 1 hospitalisation sur 18 (excluant les hospitalisations au Québec). Les principales conclusions du rapport intitulé Mesure des préjudices subis par les patients dans les hôpitaux canadiens, publié par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) et l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP), soulignent que les déséquilibres électrolytiques et hydriques, les infections des voies urinaires, le délirium, l'anémie/hémorragie et la pneumonie étaient les cinq types de préjudices les plus fréquents, représentant 51 % de tous incidents préjudiciables. On a par ailleurs estimé que les patients ayant subi un préjudice avaient passé plus d'un demi-million de jours supplémentaires à l'hôpital, l'équivalent de plus de 1 600 lits par jour ou de quatre grands hôpitaux occupés pleinement pendant un an. Les coûts hospitaliers associés (excluant les honoraires des médecins, les soins de suivi et les réadmissions) s'élèveraient à environ 685 millions de dollars. La mesure des préjudices à l'hôpital identifie les hospitalisations en soins de courte durée durant lesquelles au moins un événement préjudiciable non intentionnel s'est produit (pendant le séjour à l'hôpital) et qui aurait pu potentiellement être évité si des pratiques éprouvées fondées sur des données probantes avaient été mises en œuvre. La mesure comprend 31 groupes cliniques répartis en quatre catégories. La mesure des préjudices à l'hôpital vient compléter d'autres informations sur la sécurité des patients mises à la disposition des hôpitaux, notamment les rapports d'incidents liés à la sécurité des patients, les sondages sur l'expérience des patients, les examens ou vérifications de dossiers, les données liées à la lutte contre les infections, les outils généraux de repérage et les indicateurs de processus d'amélioration de la qualité clinique. Ensemble, ces informations peuvent orienter et optimiser les stratégies d'amélioration. L'Institut canadien pour la sécurité des patients a mis au point la ressource d'amélioration pour les préjudices à l'hôpital en complément de la mesure des préjudices à l'hôpital de l'ICIS. Elle relie la mesure à l'amélioration en fournissant des pratiques fondées sur des données probantes qui appuient les efforts d'amélioration de la sécurité des patients. Accessible en ligne, la ressource d'amélioration est une compilation de pratiques fondées sur des données probantes liées à chacun des 31 groupes cliniques de la mesure des préjudices à l'hôpital et visant à favoriser des changements qui rendront les soins plus sécuritaires. Grâce à des travaux de recherche approfondis et des consultations avec des cliniciens, experts et leaders en amélioration de la qualité des soins et en sécurité des patients, la ressource d'amélioration vise à rendre facilement accessibles des informations sur l'amélioration de la sécurité des patients afin que les équipes de soins passent moins de temps à rechercher des informations et davantage de temps à optimiser les soins. La ressource d'amélioration comprend un résumé des pratiques fondées sur des données probantes qui réduisent le risque de préjudice, ainsi que des indicateurs de résultats et de processus recommandés. Par exemple, les pratiques fondées sur des données probantes pour le délirium comprennent la création d'un protocole standardisé pour la prévention ou la gestion du délirium, incluant l'identification et le traitement des causes sous-jacentes; la mise en œuvre de stratégies non pharmacologiques comme la mobilité précoce, de stratégies environnementales comme l'accès à la lumière du jour; et la réévaluation quotidienne de la sédation. Pour les événements liés aux médicaments, des données probantes recommandent la réalisation d'une auto-évaluation de la sécurité des médicaments à l'échelle de l'organisation; la mise en œuvre de processus de bilan comparatif des médicaments et de sécurité des médicaments de niveau d'alerte élevé; et l'amélioration des processus de base pour la commande, la distribution et l'administration des médicaments. La ressource comprend également des récits de patients, des exemples de réussite, des normes et des pratiques organisationnelles requises associées à chaque groupe clinique. La ressource d'amélioration est un outil dynamique que l'Institut canadien pour la sécurité des patients continuera de mettre à jour à mesure que de nouveaux outils et de nouvelles approches fondés sur des données probantes sont développés et que d'autres pratiques fondées sur des données probantes émergent. Le projet sur les préjudices à l'hôpital vise à fournir aux dirigeants du système de santé une meilleure information sur la sécurité des patients et à soutenir les efforts d'amélioration de la sécurité des patients. Armés de pratiques fondées sur des données probantes compilées grâce à des efforts de recherche continus et unis par la collaboration, les cliniciens, le personnel des hôpitaux et les patients peuvent tous jouer un rôle dans l'amélioration de la sécurité dans les hôpitaux canadiens. Pour en savoir plus, visitez www.cihi.ca/fr ou www.securitedespatients.ca. 12/4/2018 8:00:00 PMLes patients s'attendent à ce que les soins hospitaliers soient sécuritaires, et pour la plupart des gens, ils le sont. Cependant, une étude récente12/7/2018 3:29:59 PM55http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Renforcer les capacités en matière de qualité et de sécurité des patients dans le Canada atlantique33700 ​Les #SuperSHIFTERS Debbie Molloy et Colin Stevenson sont les coprésidents de la Collaboration sur la qualité des soins et la sécurité des patients de l'Atlantique. La collaboration facilite l'échange de connaissances et fournit des conseils et des recommandations aux sous-ministres de la Santé des provinces de l'Atlantique afin de faire progresser l'amélioration de la qualité et la sécurité des patients à l’échelle du Canada atlantique. (Colin Stevenson et Debbie Molloy)Quel est le rôle de la Collaboration sur la qualité des soins et la sécurité des patients de l'Atlantique? La Collaboration sur la qualité des soins et la sécurité des patients de l'Atlantique (CQSSPA) est une collaboration à l’échelle du système de santé des quatre provinces de l’Atlantique le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard. L'objectif et le rôle de la CQSSPA sont de nous aider à faire progresser les connaissances et les initiatives en matière de sécurité des patients dans nos juridictions - à renforcer les capacités, à favoriser les relations et à partager des informations, des connaissances et des compétences. La collaboration fut créée par les ministères de la Santé des quatre provinces de l'Atlantique en 2010 pour nous aider à échanger et à partager des connaissances. Le comité directeur est composé de 13 membres, incluant trois représentants de chacune des quatre provinces de l'Atlantique (deux du système de santé et un du ministère provincial de la Santé) et un membre local de Patients pour la sécurité des patients du Canada qui siège à titre de représentant des patients et des familles. Notre partenariat avec l'Institut canadien pour la sécurité des patients est fort. L’ICSP assure le secrétariat et fournit du soutien et de la continuité à la CQSSPA. Le mandat de la CQSSPA est soutenu par une subvention biennale fournie par les quatre ministères de la Santé provinciaux.Quelles sont quelques-unes des stratégies clés que la collaboration a mises en œuvre? Notre événement phare est d'accueillir le Partage de connaissances de l'Atlantique (PCA). La conférence est organisée aux deux ans dans l’une des quatre provinces de l’Atlantique grâce au soutien de tous les membres de la collaboration. Grâce à la participation de l'ICSP, nous bénéficions des perspectives nationales et internationales sur les progrès et les améliorations en matière de sécurité et de soins. Le PCA nous donne l'occasion de discuter de ce qui se passe dans chaque province et de reconnaître et souligner les initiatives en matière de sécurité des patients dans l'ensemble du Canada atlantique. Le prochain PCA aura lieu à St. John's, Terre-Neuve les 8 et 9 octobre 2019. Il s’agira de notre cinquième conférence et nous invitons toutes personnes intéressées à y assister pour en apprendre davantage sur ce que nous faisons. Au niveau pancanadien, la CQSSPA était une partenaire active et engagée du Consortium national sur la sécurité des patients et du Plan d'action intégré de la sécurité des patients, et était représentée à la table du Consortium et au sein des équipes d'action pour chacun de ses axes prioritaires. Dans le cadre de la collaboration, les membres du Canada atlantique ont également activement soutenu les mesures du Plan d’action sur la sécurité chirurgicale et ont contribué à l’évaluation du Consortium et du Plan d’action intégré sur la sécurité des patients. La collaboration a investi dans la formation en matière de sécurité des patients et de qualité des soins. Nous avons offert et organisé une formation en compétences de gestion des incidents, un Cours canadien pour les coordonnateurs de la sécurité des patients en ligne et en personne, une formation en matière de divulgation d'événements indésirables, et lancé le programme TeamSTEPPS Canada™, qui vise à améliorer le travail d'équipe et les communications. En investissant dans ces types de formation, nous avons pu faire progresser le niveau de compétence d’un grand nombre de personnes dans chacune de nos provinces respectives. Ces accomplissements n’auraient pas été possibles si les quatre régions avaient agi séparément. Pour ce qui est des ressources documentaires, la collaboration a participé à l’élaboration d’un cadre de participation des patients en partenariat avec l’Institut canadien pour la sécurité des patients et Qualité des services de santé Ontario. Le Guide canadien de l’engagement des patients en matière de sécurité a d'abord été lancé au PCA de l'Île-du-Prince-Édouard en 2017. Plus tôt cette année, la collaboration a aidé à réviser le guide. Cette vaste ressource est basée sur les données probantes et des pratiques exemplaires et vise à aider les patients et leurs familles, les partenaires patients, les prestataires et les dirigeants à collaborer plus efficacement pour améliorer la sécurité des patients. L’une de nos priorités actuelles consiste à soutenir une collaboration virtuelle de 12 mois sur la participation des patients à la sécurité des patients et à l’amélioration de la qualité. Dans le passé, nos collaborations se déroulaient en personne et nous profitons donc de l’occasion pour essayer quelque chose de nouveau. La collaboration virtuelle a été lancée en septembre 2018 et comporte 17 équipes des quatre provinces de l'Atlantique participantes. Au cours de la prochaine année, ces équipes recevront des conseils sur la manière d'améliorer la participation des patients, d'apprendre de nouvelles stratégies et de travailler ensemble en tant que communauté élargie afin d’assurer que nous sommes au sommet de nos capacités en matière de participation des patients.Qu'est-ce qui rend la collaboration unique et innovante? Les provinces de l'Atlantique ont adopté une approche multiprovinciale pour établir des relations et rechercher des possibilités de collaboration à des initiatives en matière de sécurité des patients. Cela nous distingue au Canada. Nous collaborons pour établir des priorités et mettre en commun nos ressources afin d’obtenir des résultats pouvant être utilisés dans l’ensemble du Canada atlantique. À notre connaissance, aucun autre regroupement de régions n’a connu une telle réussite dans le cadre d’un partenariat interprovincial. Le succès de la collaboration repose sur le fait qu’ensemble, nous avons pu explorer bien plus de possibilités que si nous avions tous travaillé de manière indépendante. Nous avons abordé des priorités ensemble et même si on est chacun à un jalon différent sur ce cheminement, nous avons des priorités importantes en commun sur lesquelles nous pouvons travailler. Cette solide collaboration facilite le partage d’idées et l’apprentissage dans l’ensemble du Canada atlantique. Cela s’est avéré pertinent et efficace tout en assurant une certaine normalisation à l’échelle des régions. Notre organisation de travail et notre valeur reposent sur le fait que des représentants des quatre ministères provinciaux de la Santé sont assis à la même table que la direction de l’exploitation du système, en vue de tenir des discussions et établir des priorités. Nous sommes assis à la même table pour partager des informations et pour développer une approche qui nous guidera sur le chemin de la sécurité des patients.Quels sont les enseignements clés ou points saillants que vous retenez? Debbie pour moi personnellement, acquérir une compréhension approfondie de la sécurité des patients et de l'amélioration de la qualité des soins a été très utile. Participer à la collaboration a aussi permis une réflexion et un apprentissage différents à l’égard des manières d'engager les patients et de la valeur de la présence du patient et du client à la table. Colin dans le secteur de la santé et dans d’autres domaines, il est important que nous soyons alignés dans plus d'une province. Nous avons pu identifier des domaines vraiment remarquables sur lesquels nous concentrer, cibler nos ressources pour les développer ensemble et les utiliser dans les quatre provinces de l'Atlantique. Il est rare de constater une telle réussite pour un travail qui ignore les frontières provinciales. Ce fut une révélation pour moi. Nous avons constaté des progrès et nous continuons tous à être engagés envers le travail que nous réalisons ensemble dans les provinces de l'Atlantique.La collaboration est-elle un modèle que d'autres pourraient utiliser? En fin de compte, il faut trouver un terrain d’entente, un but vers lequel toutes les parties souhaitent avancer ensemble. Nous avons pu exploiter l'expertise et les connaissances de l'ICSP, qui nous ont grandement aidées. Nos provinces ne sont pas grandes et parfois, on peut se sentir isolés. On ne peut pas toujours se tourner vers d'autres régions en pensant retrouver quelqu'un qui vous ressemble. Nous sommes reconnaissants d’avoir cette solidarité au sein de la collaboration. Le fait que nous avons un partenaire pancanadien qui possède les connaissances et les processus pour soutenir et rassembler les gens constitue un avantage énorme. Notre partenariat avec l’Institut canadien pour la sécurité des patients a été couronné de succès. Quand les gens collaborent sans aide, la route peut être ardue, mais si on fait appel à un partenaire qui nous aide à identifier des occasions, le parcours est d’autant plus facile à naviguer.Où est-ce que nos lecteurs peuvent aller pour en savoir plus? Nous sommes heureux de proposer notre expertise à l'échelle nationale! Contactez-nous Colin.Stevenson@nshealth.ca Debbie.molloy@easternhealth.ca Colin Stevenson a plus de 20 ans d’expérience en gestion et en leadership dans le domaine de la santé. Il a travaillé dans les secteurs privé et public dans les domaines du conseil en gestion d’installations, des soins de longue durée, de la gestion des autorités sanitaires et de la gestion de projets et de la transformation. En tant que vice-président de la qualité et de la performance du système de santé de la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse, Colin est chargé de diriger l'élaboration et la mise en œuvre de plans stratégiques et de buts et objectifs visant à soutenir la prestation de programmes et de services de santé intégrés à l'échelle provinciale. Il doit aussi s'assurer que des structures, systèmes et processus sont en place pour permettre à la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse d'obtenir les meilleurs résultats en matière de programmes et de services de soins de santé en mettant l'accent sur la qualité, le rendement et la sécurité des patients. Colin est diplômé du programme d’administration de la santé de l’Université Dalhousie et cadre agréé Certified Health Executive (CHE) du Collège canadien des leaders en santé. Debbie Molloy est une professionnelle des ressources humaines possédant 20 ans d'expérience dans les secteurs de la santé, de l'énergie et de l'hôtellerie. Elle a travaillé dans les secteurs public et privé et apporte une vaste compréhension des défis et des opportunités auxquels est confronté le système de santé actuel. Son parcours lui a permis de développer une expertise dans les domaines de l'efficacité organisationnelle, de la gestion des talents et des relations avec les employés. Au-delà des ressources humaines, elle possède également une solide expérience en amélioration de la qualité et en sécurité des patients. À la Régie de Santé de l'est, Debbie était responsable de plusieurs programmes, notamment les ressources humaines, la qualité, la sécurité des patients et la gestion des risques, la prévention et le contrôle des infections, la santé au travail, les services de protection et le centre d’études en soins infirmiers. Debbie est titulaire d'un baccalauréat en commerce (coop) et d'une maîtrise en éducation (études postsecondaires) de l'Université Memorial. 11/27/2018 4:00:00 PM Les #SuperSHIFTERS Debbie Molloy et Colin Stevenson sont les coprésidents de la Collaboration sur la qualité des soins et la sécurité des patients11/28/2018 4:03:36 PM29http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx
Jeux de puissance en sécurité des patients : la saison des Fêtes33474 Normalement, je communique mes vœux pour la saison des Fêtes dans mon message de décembre. Lorsque les congés approchent et que le mercure baisse, il est logique de partager des pensées chaleureuses liées à la famille et au foyer durant le dernier mois de l'année. Toutefois, l'Institut canadien pour la sécurité des patients a tellement de choses à célébrer ce mois-ci que je n'ai pas pu m'empêcher de partager ce sentiment avec vous un peu plus tôt que d’habitude! J'espère que vous serez d'accord… Tout d'abord, j'aimerais remercier et féliciter tous les participants de la Semaine nationale de la sécurité des patients de cette année. Comme vous le verrez dans l'article de ce mois-ci, des gens de partout au pays et du monde entier ont répondu à l’appel. Je crois que nous avons bien réussi à communiquer que les médicaments ne font PAS tous bon ménage et à encourager des discussions sur la sécurité des médicaments entre les patients et leurs prestataires de soins de santé. Je suis particulièrement fière des membres de Patients pour la sécurité des patients Canada, que j'ai rejoints à Ottawa afin de les encourager avant leurs réunions avec les députés et les sénateurs. Il y a eu tellement d'activités dans le cadre de la SNSP - celles que notre équipe de l’ICSP a organisées et d’autres qui furent organisées ailleurs au pays - que j’aurais du mal à vous les décrire toutes! Pour en savoir plus sur la campagne de cette année, lisez cet article et remerciez tous les participants d’y avoir participé. Nos succès dans le cadre de la Semaine nationale de la sécurité des patients représentent une partie majeure du travail exceptionnel que nous avons accompli le mois dernier. Nous avons non seulement tenu la première réunion du projet de dix-huit mois sur la mesure et la surveillance de la sécurité, mais avons également organisé une nouvelle séance de maître-formateur TeamSTEPPS en collaboration avec nos partenaires d'Alberta Health Services. Je suis fière de voir progresser ces deux projets, car ils soutiennent notre mission d'inspirer et de faire progresser une culture vouée à l'amélioration continue qui favorise des soins de santé plus sécuritaires. Enfin, je voulais partager une autre réussite avec vous au nom de l'ICSP. Santé Canada nous a invités à organiser une séance de discussion publique à Halifax pour le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. Plus de 80 résidents de la Nouvelle-Écosse et des Maritimes y ont assisté. Des patients, des soignants, des universitaires, des étudiants et des prestataires se sont exprimés au sujet de l'assurance-médicaments. Plusieurs conférenciers ont souligné l’importance de la sécurité des médicaments et la nécessité d’améliorer l’information des patients, le bilan comparatif des médicaments, la survenance de la polypharmacie et la valeur d’un système de surveillance national. L'ICSP a déjà soumis un document au Conseil et nous transmettrons un résumé de cet événement à Santé Canada. Comme vous pouvez le constater, je suis extrêmement fière des progrès réalisés à l’égard de notre nouvelle stratégie - La sécurité des patients, maintenant! - et je vous invite à raconter comment vous et votre établissement agissez en vue de rendre le système de santé canadien le plus sécuritaire au monde! En fait, vous pouvez nous aider dès maintenant en signant une pétition que nous avons organisée aidez à soutenir les lignes directrices de Santé Canada en matière d'étiquetage des médicaments en vente libre et des suppléments naturels. En moins de cinq minutes, vous pouvez affirmer votre appui de l’exigence d’étiquettes en langage clair pour les produits pouvant présenter un risque pour les Canadiens et nous aider à atteindre notre objectif de sécurité des patients… dès maintenant! Des questions? Des commentaires? Ma boîte de messagerie est ouverte pour vous en tout temps à cpower@cpsi-icsp.ca et vous pouvez me suivre sur Twitter @ChrisPowerCPSI. Votre partenaire en sécurité des patients, Chris Power 11/20/2018 7:00:00 AMNormalement, je communique mes vœux pour la saison des Fêtes dans mon message de décembre. Lorsque les congés approchent et que le mercure baisse, il11/20/2018 6:05:06 PM13http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/NewsAlerts/News/Pages/Forms/newfrench_default.aspxhtmlFalseaspx

 Calendrier des événements

 

 

Date limite du tarif lève-tôt : Cours canadien pour les coordonnateurs de la sécurité des patients4779Ottawa, ONhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/psoc/Pages/default.aspx12/31/2018 3:00:00 PM12/31/2018 6:00:00 PMLe Cours canadien pour les coordinateurs de la sécurité des patients est conçu et livré conjointement par l’Institut canadien de la sécurité des patients et SoinsSantéCAN, avec l’apport d’experts de partout au Canada et à l’étranger.11/20/2018 5:20:11 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelierFalse
Date limite pour la présentation des candidatures - FORCES : Programme de formation pour cadres33703https://www.fcass-cfhi.ca/WhatWeDo/extra/application2/12/2019 6:00:00 PM2/12/2019 7:00:00 PMLe programme FORCES de formation pour cadres est un programme axé sur le travail d’équipe qui offre des bourses pour l’amélioration de la qualité (AQ) et le leadership à des participants de partout au Canada. Cet événement est organisé par FCASS 11/29/2018 5:34:49 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelierFalse
Programme de formation du maître TeamSTEPPS Canada 33715Douglas College, New Westminster Campus 700 avenue royal, New Westminster, BChttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/TeamSTEPPS/Pages/TeamSTEPPS-Master-Trainer-Training-Course---2018-12-04.aspx2/20/2019 3:00:00 PM2/21/2019 11:30:00 PMUn cours de formation TeamSTEPPS Canada™ s’en vient dans la région de Vancouver en février 2019! Ce cours vous aidera à améliorer la collaboration au sein des équipes, les résultats cliniques et la sécurité des patients dans votre organisation. Vous apprendrez en quoi consistent les outils TeamSTEPPS® et comment vous pourrez les utiliser pour faire une différence dans votre milieu de travail.12/5/2018 7:22:20 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelierFalse
Date limite du prix préinscription repoussée : Cours canadien pour les coordonnateurs de la sécurité des patients33232Ottawa, ONhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/psoc/Pages/default.aspx3/8/2019 3:00:00 PM3/8/2019 9:00:00 PMLe Cours canadien pour les coordinateurs de la sécurité des patients est conçu et livré conjointement par l’Institut canadien de la sécurité des patients et SoinsSantéCAN, avec l’apport d’experts de partout au Canada et à l’étranger.11/20/2018 5:23:16 PM3http://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelierFalse
Date limite d'inscription : Cours canadien pour les coordonnateurs de la sécurité des patients 33234Ottawa, ONhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/education/psoc/Pages/default.aspx4/30/2019 2:00:00 PM4/30/2019 8:00:00 PMLe Cours canadien pour les coordinateurs de la sécurité des patients est conçu et livré conjointement par l’Institut canadien de la sécurité des patients et SoinsSantéCAN, avec l’apport d’experts de partout au Canada et à l’étranger.11/20/2018 5:27:14 PMhttp://www.patientsafetyinstitute.ca/fr/Events/Lists/Events/calendar.aspxFalseAtelierFalse