Connexion
CPSI partager              
6/12/2017 6:00 PM

Barbara Sklar (conseillère des patients et des familles), Anna Tupis (directrice des soins ambulatoires et des soins contre le cancer), Katie Anawati (spécialiste de la sécurité des patients et de la gestion des risques), Jennifer Quaglietta (directrice du service de la qualité et de l’expérience patient) et Renée Blomme (gestionnaire de l’expérience patient et des risques de l’entreprise)

L'Hôpital général de North York est le lauréat 2017 du Prix des Champions de la sécurité des patients dans la catégorie des organisations. Présentés annuellement par l'Institut canadien pour la sécurité des patients, SoinsSantéCAN et Patients pour la sécurité des patients du Canada, le Prix des Champions de la sécurité des patients rend hommage aux bénévoles et aux organismes qui font preuve de leadership pour s'assurer que les patients et les familles soient au centre des initiatives de sécurité qui leur sont destinées. Cet éminent prix a été présenté à la Conférence nationale annuelle sur le leadership en santé à Vancouver, le 12 juin 2017.

En septembre 2015, une équipe d'action du Consortium national sur la sécurité des patients publiait les 15 « événements qui ne devraient jamais arriver » dans les soins hospitaliers au Canada, en se fondant sur les événements indésirables qui avaient démontré qu'ils pouvaient être évités de manière fiable. Un événement qui ne devrait jamais arriver peut se décrire comme un incident lié à la sécurité des patients qui mène à de graves préjudices, parfois même à la mort, et qui peut être évité à l'aide de contrôles et de vérifications appropriés.

L'Hôpital général de North York (HGNY) a tôt fait de déployer ses efforts en vue d'éliminer ou de réduire les événements qui ne devraient jamais arriver au sein de son organisation, en formant 15 équipes d'action pour les événements qui ne devraient jamais arriver (ou NEAT pour Never Event Action Team) et ainsi permettre d'identifier, de mesurer et de documenter des stratégies en vue d'atténuer et de réduire la probabilité et la gravité des 15 événements qui ne devraient jamais arriver.  Dans le cadre d'une stratégie de mise en place progressive, amorcée au cours de la Semaine nationale de la sécurité des  patients en octobre 2016, et qui se poursuivra jusqu'en avril 2018, chaque équipe d'intervention travaille à un plan d'action visant à identifier, à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies novatrices de prévention et d'atténuation pour un événement prédéfini qui ne devrait jamais arriver. Cette stratégie progressive permet de tirer des leçons de chacune des interventions et de faire des ajustements en cours de route.

L'une des premières initiatives mises en place consistait en un plan d'action pour élaborer des stratégies de prévention des ulcères de pression. C'était l'occasion idéale de mettre en œuvre une nouvelle approche pour prévenir et soigner les ulcères de pression en vue de consolider le travail qui avait déjà été amorcé depuis avril 2015. De nature exhaustive, ce nouveau modèle de soins était accompagné de de nouvelles initiatives interprofessionnelles de formation du personnel axées sur la participation des patients et des familles aux stratégies de prévention des ulcères de pression, sur l'adaptation des indicateurs et des processus d'évaluation du risque déjà établis et sur la création d'un plan global de prévention des ulcères de pression fondé sur des données probantes.  Ces travaux ont été dirigés par Anna Tupis, directrice des soins ambulatoires et des soins contre le cancer.

Parmi les projets d'amélioration de la qualité associés au nouveau modèle de prestation de soins pour prévenir les ulcères de pression, citons :

  • Un rapport mensuel des tableaux de bord pour faciliter le suivi des plaies identifiées.
  • Un programme éducatif, où 200 infirmières/infirmiers de première ligne et 40 champions en soin des plaies ont reçu une formation approfondie sur la prévention et les soins des ulcères de pression.
  • Un relevé complet des surfaces de lits a permis l'achat de 286 nouvelles surfaces de lits spéciales.
  • Des brochures sur la santé et les ulcères de pression en particulier ont été lancées pour les patients et les familles en collaboration avec le Conseil consultatif des patients et des familles (CCPF).
  • Une rationalisation institutionnelle des produits pour le traitement des plaies afin de mieux faciliter la normalisation du traitement clinique des plaies.

« Cette équipe NEAT dédiée aux ulcères de pression a démontré comment l'HGNY s'efforce d'assurer la sécurité de nos patients, en termes de qualité, par une approche interdisciplinaire des soins », nous dit Anna Tupis. En plus, le travail se poursuit pour continuer à élaborer un algorithme de sélection des matelas, de même que pour effectuer un examen de la documentation clinique contenue dans les formulaires électroniques. Les formulaires électroniques ainsi révisés pourront faciliter les transitions de soins en permettant de partager aisément au congé les résumés des cas d'ulcères de pression et les plans de soins avec les partenaires de la communauté.

« Le premier événement qui ne devrait arriver que nous voulions choisir se devait d'être celui qui avait l'impact le plus important sur l'expérience des patients », précise Jennifer Quaglietta, directrice du service de la qualité et de l'expérience patient. « En étudiant notre système de déclaration des incidents et en collaborant avec le CCPF, nous avons observé que les ulcères de pression de nature nosocomiale constituait un défi auquel nous devions faire face. »

Les ulcères de pression de stades III et IV, ou plaies de lit, peuvent entraîner de sérieuses complications, telles que des infections des os ou du sang (sepsie). L'HGNY a imposé la déclaration de tous les incidents liés aux ulcères de pression de stades III ou IV qui avaient lieu après l'admission à l'hôpital. L'an dernier, un nombre d'incidents à deux chiffres a été enregistré pour les ulcères de pression; cependant, suite à la mise en œuvre de nos stratégies de prévention, aucun ulcère grave n'a été déclaré depuis le premier trimestre de 2017. 

« Nous voulions aborder ce projet de façon à ce qu'il puisse durer. Si nous avions déclenché les 15 projets NEAT en même temps, je ne crois pas que nous aurions pu les gérer de manière à appuyer tous les intervenants », nous dit Renée Blomme, gestionnaire de l'expérience patient et des risques de l'entreprise. « Ce n'est pas un nouveau processus, c'est quelque chose que nos gens connaissent et qui vient renforcer le travail que nos équipes ont déjà accompli dans le cadre de notre Programme de gestion des risques de l'entreprise, où l'on étudie le risque et où l'on détermine des stratégies de prévention et d'atténuation. »

Une structure de gouvernance détaillée a également été mise en œuvre. Chacune des 15 équipes NEAT est dirigée par un gestionnaire de programme, et un médecin copréside l'équipe. De plus, chaque équipe est appuyée par un conseiller désigné des patients et des familles. Le mandat de chaque équipe consiste à piloter la réalisation du projet, à évaluer les stratégies de prévention et d'atténuation, à identifier les lacunes et à élaborer des plans d'action pour s'assurer qu'un protocole ou une norme de soins soit en place afin de prévenir les blessures ou d'atténuer le risque pour les patients. Jennifer Quaglietta, Renée Blomme et Katie Anawati ont formé un secrétariat pour les équipes des projets, afin de s'assurer qu'une structure appropriée soit en place et pour aider les équipes à préparer des rapports à l'intention du Comité de direction et du Comité de promotion de la qualité du conseil d'administration. Étant donné que la qualité et la sécurité sont des priorités stratégiques de l'organisation, le programme est administré sous la direction de Karyn Popovich, vice-présidente des programmes cliniques, de la qualité et de la sécurité et chef de direction des soins infirmiers. Karyn assure un lien essentiel entre le travail du Comité de direction et l'équipe de la haute direction et le Comité de promotion de la qualité du CA. « Nous nous sommes engagés à fournir des soins sécuritaires de qualité à nos patients, et la mise en œuvre des équipes NEAT renforce notre structure de responsabilisation et notre approche proactive face à la sécurité des patients », nous dit Karyn Popovich.

Les responsables des 15 équipes NEAT forment un Comité directeur des NEAT qui se réunit chaque trimestre pour discuter des plans progressifs, des meilleures pratiques et des apprentissages. Le Comité directeur des NEAT fournit des mises à jour au Comité chargé de la qualité des soins de l'HGNY, qui supervise la gestion de la qualité, de la sécurité et du risque dans l'organisation. Le Comité chargé de la qualité des soins se rencontre à chaque mois pour étudier les progrès, émettre des recommandations particulières et appuyer diverses résolutions. Le Comité chargé de la qualité des soins, par l'entremise de Karyn Popovich, fait rapport à l'équipe de la haute direction, qui comprend le PDG, tous les vice-présidents et le président du Comité consultatif médical.

Un tableau de bord des événements qui ne devrait jamais arriver assure un suivi trimestriel sur le nombre de ces événements qui surviennent à l'HGNY. Une ou deux fois par an, un rapport sur les événements qui ne devraient jamais arriver est présenté au Comité de promotion de la qualité du CA, qui assure la supervision de la gouvernance de la qualité, de la sécurité et du risque dans l'organisation.

« Les patients sont au premier plan de tout ce que nous faisons », ajoute Jennifer Quaglietta. « Pour s'assurer que cette initiative demeure centrée sur l'expérience du patient, nous avons intégré les conseillers des patients et des familles à tous les niveaux – au sein de chaque équipe de projet, du principal Comité de direction et du Comité chargé de la qualité des soins. »

L'HGNY a partagé le fruit de son travail avec le Centre commun pour l'innovation en matière de santé transformatrice, un consortium de six hôpitaux de la région du Grand Toronto qui permet d'apprendre des autres, de partager les meilleures pratiques et d'élargir la portée d'un projet.  Il espère aussi diffuser ses travaux à l'échelle provinciale, nationale et internationale d'ici la fin de l'année.

« Nous sommes emballés de recevoir ce Prix et de pouvoir vraiment mettre en valeur le travail exceptionnel qu'accomplit le personnel de l'Hôpital général de North York à chaque jour », nous dit Katie Anawati, spécialiste de la sécurité des patients et de la gestion des risques. « Nous avons une formidable équipe interprofessionnelle et, en tant qu'hôpital communautaire, nous avons approché cette initiative en équipe par une démarche ascendante. »

Félicitations à l'Hôpital général de North York ! Votre approche novatrice face aux événements qui ne devraient jamais arriver est une véritable source d'inspiration.