Connexion
CPSI partager              
5/20/2014 6:00 PM

​Une étude de recherche valide l’outil basé sur le web pour double vérification indépendante

Les erreurs de dosage sont le type d’erreur le plus courant en ce qui concerne les médicaments en pédiatrie, les erreurs de surdose l’emportant sur les erreurs de dose insuffisante. La morphine est le médicament à haute surveillance le plus fréquemment administré de manière erronée en raison de distractions, d’interruptions ou de grand stress, qui surviennent communément dans un environnement clinique occupé. Les calculs de médicaments en pédiatrie sont généralement basés sur le poids et les infirmières qui administrent les médicaments s’assurent de l’exactitude et de la justesse de la dose en utilisant le poids du patient. Une double vérification indépendante par laquelle deux infirmières vérifient indépendamment le patient, le médicament, la concentration du médicament, la dose, l’heure et la voie d’administration peut aider à détecter et à éviter les erreurs de médication aux points où les soins sont prodigués. Malgré ces mesures, il continue toutefois à survenir un nombre important d’incidents liés à la sécurité des patients qui sont associés à des médicaments causant des préjudices aux patients en pédiatrie.

Une étude de recherche soutenue et financée par l’Institut canadien pour la sécurité des patients, la Faculté des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa et Sandoz International, intitulée Prévention des erreurs d’administration de médicaments à risque élevé : mise à l’essai d’une double vérification informatisée, examinait l’utilité et la faisabilité d’utiliser un outil basé sur le web, appelé iDoseCheck, pour prévenir les erreurs de dosage de la morphine, comparativement à la double vérification standard faite à l’aide de papier, d’un crayon et d’une calculatrice.  L’iDoseCheck est une calculatrice graphique mise au point pour aider les infirmières à faire un calcul électronique de la dose. L’iDoseCheck aide à vérifier à la fois la dose en mg/kg et le volume de morphine à administrer. L’outil basé sur le web affiche des messages d’erreur stratégiquement placés pour fournir de l’information sur le surdosage ou le sous dosage.

« La double vérification indépendante est souvent une interruption pour la personne qui l’effectue, même si elle vise à vise à détecter et à éviter des erreurs de médication », dit le Dr Jacqueline Ellis, du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) et chef de Prévention des erreurs d’administration de médicaments à risque élevé : mise à l’essai d’une double vérification informatisée.  « Compte tenu du nombre de distractions et d’interruptions pendant notre travail quotidien, des erreurs peuvent se produire et cela arrive. L’iDoseCheck est un outil visuel utile qui aidera à garder nos patients et nos infirmières en sécurité. »

L’iDoseCheck a été mis au point en collaboration par des professionnels en sciences infirmières,  en pharmacie, en technologie de l’information et en génie des facteurs humains. L’application a été testée à l’Université d’Ottawa, au laboratoire de simulation en sciences infirmières, à la conférence annuelle de l’Association canadienne des centres de santé pédiatriques et au CHEO, dans une unité de soins post-opératoires et dans un service des urgences. Les participants à l’étude de recherche incluaient 112 infirmières, 29 étudiants en sciences infirmières, 13 directeurs d’hôpitaux, deux pharmaciens, deux médecins et un physiothérapeute.

« Les participants à l’étude ont trouvé qu’il était facile d’apprendre à se servir de l’iDoseCheck avec une formation minimale », ajoute le Dr Ellis.  « L’iDoseCheck a été préféré à la méthode de calcul standard de la dose à l’aide de papier, d’un crayon et d’une calculatrice et les infirmières étaient confiantes qu’il donnait un résultat exact et leur fournissait une vérification de plus dans le processus de préparation et d’administration  de morphine IV en bolus. »  

Le Dr Ellis fait toutefois une mise en garde, soulignant que l’iDoseCheck ne remplace pas les calculs de médicaments, mais qu’il est plutôt une méthode additionnelle pour vérifier l’exactitude du calcul.  

Dans le moment, l’outil basé sur le web fournit des calculs uniquement pour 2 mg de morphine intraveineuse; cependant, des écrans sont en cours d’élaboration pour inclure  5 et 10 mg de morphine intraveineuse. Des développements plus poussés sont à l’étude, y compris pour 11 autres opioïdes, pour des médications pour intubation en séquence rapide et pour des médicaments en réanimation pédiatrique. Une application mobile sera aussi mise au point pour fournir un soutien au calcul aux points où les soins sont prodigués.

Cliquez sur le lien qui suit pour accéder à un exemplaire du rapport  Prévention des erreurs d’administration de médicaments à risque élevé : mise à l’essai d’une double vérification informatisée ou rendez-vous sur www.securitedespatients/recherche pour en savoir plus long sur cette étude. Pour une démonstration de cet outil basé sur le web, visitez www.idosecheck.com