Connexion
CPSI partager              
4/17/2013 6:00 PM

​​​​​Dans la foulée d'un sondage d'Agrément Canada, l'unité des soins intensifs du Thunder Bay Regional Health Sciences Centre (HSC) s’est jointe à la Collaboration sur le delirium et le bilan comparatif des médicaments  Soins de santé plus sécuritaires maintenant!, à la recherche de moyens d’améliorer les pratiques. Le sondage Agrément Canada a reconnu l'unité de soins intensifs comme centre d'excellence du bilan comparatif des médicaments, mais ce fut aussi l'occasion de faire des réglages à ses processus et de collaborer avec des pairs ayant une approche semblable de partout au Canada pour en apprendre davantage sur les outils que d'autres avaient déjà utilisés. La collaboration SSPSM a ouvert des connexions de mentorat avec des experts et a permis d’obtenir leur avis sur l'évolution des pratiques.

Lisa Beck, directrice du programme de traumatologie, de services de soins critiques et d'urgence, et Chad Johnson, membre du personnel infirmier clinique spécialisé en traumatologie, soins intensifs et neurochirurgie, participaient au groupe de travail régional du Thunder Bay HSC pour élaborer des processus de bilan comparatif des médicaments1 pouvant être mis en œuvre dans toutes les unités de soins intensifs de l'hôpital. Un processus solide de bilan comparatif des médicaments à l'admission a été mis en place et le groupe est en train d'affiner le processus utilisé lors du transfert des soins intensifs.

« Une fois que nous avons commencé à instituer le processus de meilleur schéma thérapeutique possible (MSTP), nous avons supposé qu'il y avait des compétences solides de saisie d’historique, mais nous avons identifié des lacunes dans les connaissances de notre personnel », a déclaré Lisa Beck. « Le personnel se fiait à une personne pour faire l’historique complet et le concept d'un MSTP était nouveau pour eux. Nous avons dû rééduquer le personnel sur la prise d’historique et leur enseigner de nouveaux concepts de MSTP et le fait que ce soit un processus 24h/j, de sorte qu'ils soient confiants de faire un meilleur travail de saisie de renseignements sur les médicaments ».

 « Le bilan comparatif des médicaments varie d'une unité à l'autre », indique Tchad Johnson. « Ce qui fonctionne sur une unité peut ne pas fonctionner sur une autre. Il faut rester polyvalent et adapter les processus à chaque service. L’utilisation des outils de vérification et de rétroaction exige de prendre du recul, de regarder ses processus de bilan comparatif des médicaments et de les refaire ou les modifier un peu pour qu'ils fonctionnent. C'est beaucoup de travail et pas facilement réalisable. Nous avons fait de grands progrès et nous gardons l'élan. »

Beck et Johnson ont tous les deux souligné que la collaboration a favorisé le démarrage de leur travail et ils partagent maintenant leurs expériences avec un comité de pilotage travaillant à la mise en œuvre du bilan comparatif des médicaments à l’échelle de l'hôpital.

Surveillez www.soinsplussecuritairesmaintenant.ca pour d'autres articles à venir dans la série sur la Collaboration sur le delirium et le bilan comparatif des médicaments  Soins de santé plus sécuritaires maintenant!.

____________________________

[1]  Le bilan comparatif des médicaments est un processus formel durant lequel les prestataires de soins de santé travaillent ensemble avec les patients et les familles pour assurer un bilan précis et complet des médicaments, communiqué de façon uniforme dans les transitions de soins. Le bilan comparatif des médicaments nécessite un examen systématique et complet de tous les médicaments qu'un patient prend pour s'assurer que les médicaments ajoutés, modifiés ou supprimés sont soigneusement évalués. Il s’agit d’une composante de la gestion des médicaments qui informe les prescripteurs et leur permet de prendre les décisions de prescription les plus cohérentes pour le patient.