Connexion
CPSI partager              
10/18/2016 6:00 PM

Aux États-Unis, de grands progrès ont été réalisés dans en sécurité des médicaments là où des stratégies ont été mises en œuvre pour prévenir les erreurs. Par exemple, la cessation de l'utilisation des abréviations dangereuses et l'identification des médicaments à risque élevé qui sont les plus susceptibles de blesser quelqu'un lorsqu'ils sont utilisés incorrectement.

Plus de 90 pour cent des hôpitaux fonctionnent avec des code-barres et utilisent la prescription informatisée et les code-barres au chevet lorsque les ordonnances du médecin sont informatisées. Lorsque la pharmacie distribue le médicament, il est marqué avec un code à barres. Si le médicament incorrect est scanné, il y a une alerte. L'infirmière ou le pharmacien à la distribution et l'infirmière lors de l'administration sont avisés que quelque chose est incorrect, notamment, le mauvais médicament ou la mauvaise dose pour ce patient. L'utilisation du scanneur de codes à barres au chevet garantit que le bon médicament est donné au bon patient, au bon moment.

« Nous avons obtenu de très bons résultats avec les fabricants et les organismes de réglementation en ce qui concerne la compréhension que les noms, l'étiquetage et l'emballage des médicaments sont importants », indique Michael Cohen, président de l'Institut pour l'utilisation sécuritaire des médicaments (ISMP). « À l'avenir, nous devons améliorer la disponibilité des produits pharmaceutiques prêts à l'emploi, comme des seringues ou des solutions intraveineuses prémélangées, pour une utilisation institutionnelle dans les hôpitaux de soins de courte durée. Cette mesure traiterait déjà un grand nombre des erreurs que nous voyons dans nos programmes de déclaration aux États-Unis, au Canada et dans d'autres endroits aussi. »

La technologie est répandue partout aux États-Unis, où les pompes à perfusion sont des pompes intelligentes utilisées dans presque tous les hôpitaux. Les pompes intelligentes contiennent une bibliothèque de médicaments et les concentrations qui sont disponibles pour utilisation à l'hôpital. Lorsqu'un patient a besoin d'une perfusion, l'infirmière vérifiera l'étiquette pour confirmer que c'est le bon médicament, puis y attachera la tubulure IV et l'accrochera sur un poteau IV, branchera l'IV à une pompe et appuiera sur un bouton pour démarrer la perfusion, le débit de perfusion est sélectionné. En fonction de la concentration de la solution, la bibliothèque sait quelle quantité du médicament est dans chaque ml de solution. Si une augmentation ou une diminution de dix fois est accidentellement prescrite à titre d'exemple, une alerte est générée. Dans certains cas, il y a un arrêt complet du système et on ne peut plus annuler ou infuser quoi que ce soit sans faire de vérifications.

L'ISMP a reçu un appui financier de la US Food Drug Administration (FDA) pour développer un outil d'auto-évaluation pour les médicaments à haut risque. L'outil comprend des stratégies de prévention pour chaque produit pharmaceutique qui permettront aux hôpitaux d'évaluer où ils mettent en œuvre chacune des stratégies. Ils seront en mesure de se comparer à chacun des hôpitaux participant à une variété de catégories démographiques à travers le pays.

« Il y a de nombreux paramètres qui peuvent causer des problèmes avec les médicaments, mais nous avons fait un bon travail pour les identifier et appliquer des stratégies de prévention », explique Michael Cohen. « Nous ne sommes pas parfaits. Parfois, le système ne fonctionne pas et les erreurs se glissent ».

Michael Cohen, ainsi que David U et le Dr Michael Hamilton de l'ISMP Canada, sont membres du World Health Organization (WHO) Global Patient Safety Challenge on Medication Safety, Medicines Working Ce groupe propose des solutions qui traitent de nombreux obstacles auxquels le monde est confronté aujourd'hui pour assurer la sécurité des pratiques de médication. Ce projet sera lancé au cours du premier trimestre 2017.