Connexion
CPSI partager            
6/20/2011 6:00 PM
​​​​​​​Alicia Cortright et Alison Devine, professionnelles de la lutte contre les infections aux Alberta Health Services à Red Deer, en Alberta, l’appellent nonchalamment leur « sale petit secret ». Pendant la journée Arrêt! Nettoyez-vous les mains, le 5 mai 2011, Mmes Cortright et Devine ont expliqué comment les unités de soins de courte durée de leur établissement avaient amélioré leur conformité à une bonne hygiène des mains. Le secret? Laisser les membres du personnel se concentrer sur une stratégie de lutte contre les infections en laquelle ils croient, car tous les projets de contrôle des infections ramènent à une hygiène des mains optimale. 

En 2008, un groupe d’infirmières travaillant dans l’unité de chirurgie générale de 35 lits au centre hospitalier régional de Red Deer (CHRRD) se sont réunies avec Alison pour une séance de remue-méninges visant à trouver des moyens de réduire la propagation du Staphylococcus aureus résistant à la thicilline (SARM).

« Nous avons décidé d’adopter une approche ouverte et de laisser le processus se développer pour qu’il soit bien adapté au personnel de première ligne », souligne Mme Devine. « Nous nous sommes vite rendu compte que peu importait où nous commencions, tous les projets nous ramenaient à l’hygiène des mains. La solution consistait à aller où ils nous menaient au lieu de partir du point qui nous semblait le plus approprié. »

Depuis lors, les sept unités au CHRRD surveillent la propreté des mains avant et après la prestation de soins aux patients. Dans ces unités, le taux de conformité mensuel au fil du temps a varié de 63 à 94 pour cent; en moyenne, 77 pour cent des prestataires de soins se lavaient les mains avant et après la prestation de soins aux patients. Les résultats mensuels étaient communiqués au personnel de l’unité pour encourager une hygiène des mains optimale. 

« Lorsque les membres du personnel de l’unité voient leurs résultats et constatent qu’ils sont moins qu’optimaux, ils deviennent plus vigilants et sont les premiers à parler d’hygiène des mains avec leurs pairs », dit Mme Cortright. « Notre but est de faire en sorte qu’une hygiène des mains optimale devienne une habitude permanente, et non le projet du mois, et nous sommes en voie de le réaliser.  Pour vous montrer à quel point l’hygiène des mains est intégrée dans la culture, un prestataire de soins a dit : « J’ai constaté que notre conformité avait baissé et j’ai pris soin de me laver les mains pendant les rondes. Très souvent, et de manière très évidente. »

Dans les unités participantes, le taux de SARM acquis en établissement de santé était d’environ 2,94 cas par mois avant le projet, et il est maintenant d’environ 0,53 cas par mois. La première unité n’a pas eu un seul cas d’HA-SARM en plus d’un an, et une autre n’a pas eu un seul cas d’infection iatrogène au Clostridium difficile en 10 mois. 

Mmes Cortright et Devine affirment toutes les deux que le succès de leur projet vient du fait qu’il est conçu et dirigé par le personnel, avec le soutien essentiel des directeurs et cadres supérieurs. Un groupe de travail interprofessionnel a été créé et cinq stratégies ont été mises en œuvre. Ces dernières consistent à :

  1. Se concentrer sur tous les groupes pour augmenter la conformité à une hygiène des mains optimales.
  2. Mettre en œuvre un cadre de marketing social pour influencer les gestes et les comportements.
  3. Identifier des leaders et former un groupe de travail – le groupe de travail du CHRRD inclut des représentants du domaine des soins infirmiers, de la gestion des soins infirmiers et des services environnementaux, ainsi que des assistants et des responsables du contrôle des infections.
  4. Faire de la recherche sur son auditoire cible. Identifier les obstacles à une hygiène des mains optimale en discutant de la question avec des groupes de travail composés de membres du personnel.  Certains obstacles ont vite été éliminés, mais le CHRRD travaille toujours à en éliminer d’autres.
  5. Examiner son infrastructure et simplifier les choses – y compris l’emplacement des éviers et les distributeurs de lotion désinfectante pour les mains à base d’alcool.

Veuillez cliquer ici pour accéder à l’exposé de Mmes Cortright et Devine pendant la journée Arrêt! Nettoyez-vous les mains, que vous pourrez écouter. Vous pouvez aussi communiquer avec Alison Devine à alisondevine@albertahealthservices.ca pour obtenir un exemplaire du cadre du CHRRD, qui comprend 12 étapes pratiques pour s’attaquer à la conformité à une hygiène des mains optimales.​