Connexion
CPSI partager            
5/20/2014 6:00 PM

​​​​​Près d’un million de Canadiens se présentent à l’urgence chaque année pour des problèmes cardiaques. Beaucoup sont traités et ressortent de l’hôpital rapidement, mais lorsque des complications surviennent, les conséquences peuvent être graves et dévastatrices.

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont octroyé une subvention de recherche de 428 829 $ aux chercheurs de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa (IRHO) afin de trouver des solutions d’amélioration susceptibles de réduire les risques de complication associés aux soins chez les patients cardiaques. La recherche intitulée Adverse Events among Patients Discharged with Sentinel Cardiovascular Emergency Department Diagnoses, qui s’échelonnera sur une période de trois ans, examinera les causes courantes de complications survenant chez les patients de l’urgence atteints de maladie cardiovasculaire, dont l’œdème pulmonaire (insuffisance cardiaque), l’arythmie cardiaque (fibrillation auriculaire) et la perte de connaissance (syncope). L’étude vise à cerner quels sont les facteurs liés au système et aux patients qui contribuent à augmenter le nombre de complications évitables chez les patients atteints âgés de 50 ans et plus.

L’étude suivra 6 500 patients au sein de 10 unités d’urgence canadiennes, dont l’Hôpital d’Ottawa (les campus Civic et Général), l’Hôpital général de Kingston, l’Hôpital Mont-Sinaï (Toronto), les hôpitaux Foothills, Peter Lougheed et Rockyview (Calgary), l’Hôpital de l’Université de l’Alberta (Edmonton), le Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (Enfant-Jésus, ville de Québec) et l’Hôpital du Sacré-Cœur (Montréal). À l’aide des données sur les dossiers de santé et d’entrevues téléphoniques, des équipes de médecins urgentistes passeront en revue les dossiers des patients qui, subséquemment à leur visite à l’urgence, sont décédés, ont été admis à l’hôpital, ont revisité l’urgence, ont consulté leur médecin traitant ou se sont sentis plus mal en point 14 jours après leur première visite à l’urgence.  Ces équipes d’experts  tenteront de déterminer les complications reliées aux soins reçus lors de la première visite à l’urgence. 

« L’étude brossera le portrait du continuum de soins relatif aux problèmes cardiovasculaires. Différentes stratégies seront examinées, telles que l’aiguillage immédiat vers un spécialiste par le truchement de cliniques d’aiguillage rapide, afin de connaître les effets de celles-ci sur la prévention des incidents préjudiciables, déclare Dr Lisa Calder, urgentiste (Hôpital d’Ottawa), scientifique associée du programme d’épidémiologie clinique (IRHO) et chercheure principale de l’étude. Ceci est un pas important vers une réduction des complications liées aux soins prodigués aux personnes souffrant de problèmes cardiovasculaires. »

« L’Institut canadien pour la sécurité des patients félicite Dr Calder pour cette remarquable initiative de recherche qui constitue un jalon important dans l’avancement de la sécurité des patients, souligne le directeur général de l’ICSP, monsieur Hugh MacLeod. C’est une grande nouvelle pour la sécurité des patients et nous applaudissons les efforts de Dr Calder et de son équipe qui travaillent à améliorer les résultats au bénéfice des personnes souffrant de problèmes cardiaques. »