Connexion
CPSI partager            
5/20/2014 6:00 PM

​​Cet article est le deuxième d'une série en trois parties sur la façon dont Bridgepoint Health a personnalisé le Programme d'éducation en sécurité des patients — Canada (PESP – Canada) pour créer un programme d’éducation à l’interne capable d’amener des améliorations à long terme en matière de sécurité des patients. Cet article se concentre sur les points de vue des participants de Bridgepoint et offre un aperçu de leurs projets de travail visant à faire progresser la sécurité des patients.

Améliorer l'efficacité et l’efficience sur la ligne de front

Pour participer au Programme d'éducation en sécurité des patients de Bridgepoint, les équipes ont identifié des projets en milieu de travail visant à améliorer la sécurité des patients. Les équipes ont ensuite eu l'occasion d'appliquer l'apprentissage et les outils du programme en sécurité des patients à ces projets. Les processus que les équipes ont suivis pour élaborer des stratégies d'amélioration étaient tous semblables dans leur approche. Ils ont mené des sondages auprès du personnel et ont interrogé le personnel pour recueillir des suggestions et commentaires; achevé une variété de vérifications à la fois avant et après la mise en œuvre, et compilé des évaluations de la documentation pour tirer des leçons à des réalisations des autres et identifier les pratiques exemplaires.

Les équipes ont rapidement appris à démarrer à petite échelle et à se concentrer sur un aspect du changement qu'ils voulaient mettre en œuvre. De nombreux projets démarrés par des unités sont depuis devenus de plus grands projets, mais plus important encore, les équipes ont maintenant les connaissances et les outils et se sentent dotées de moyens pour effectuer des changements qui permettront d'améliorer l'efficience et l'efficacité sur la ligne de front. Voici les profils de trois de ces projets en milieu de travail :

Faire appel à un mode de pensée systémique

La salle des médicaments dans l'unité de soins palliatifs ressemblait à un débarras. On y gardait des médicaments et du matériel et on s’en servait aussi pour rédiger les dossiers; c’était encombré et désorganisé. « Nous n'avions pas ce dont le patient avait besoin au moment voulu », explique Danielle Lapointe, infirmière auxiliaire autorisée.

Dans le cadre d'un projet plus vaste, une autre salle a été ouverte, offrant plus d'espace pour les dossiers et les grille-pain, cafetières, micro-ondes, réfrigérateurs; et les collations des patients ont été transférées dans un centre de nutrition nouvellement créé, libérant ainsi de l'espace et permettant de réorganiser la salle des médicaments. L'équipe a ensuite simplifié, normalisé et organisé la salle des médicaments. « Tous les articles ont été nettoyés et ont trouvé une place sur un chariot à médicaments », explique Lapointe. « Nous avons affecté des gens au remplissage des chariots à médicaments sur une base quotidienne pour veiller à ce que tout soit au bon endroit et que tout ce qu'il fallait soit disponible au besoin. »

Lapointe ajoute que la formation du PESP Bridgepoint - Canada lui a donné la capacité d'identifier des risques potentiels pour la sécurité des patients et des actions à prendre. « Ça favorise une approche de pensée systémique qui ne cherche pas à blâmer s’il se passe quelque chose », dit Lapointe. « S’il y a une erreur de médication, nous n'accusons pas la personne, nous examinons plutôt les facteurs qui ont mené à l'erreur. »

Partage des connaissances

Lapointe a reçu un prix Bridgepoint (Good Catch Award) pour avoir identifié un danger potentiel pour la sécurité : un situation où du rince-bouche, des tampons imbibés de chlorhexidine et des écouvillons étaient tous logés dans le même récipient, séparés par une petite cloison en plastique, ce qui aurait pu accidentellement mener à l'utilisation de tampons imbibés de chlorhexidine à la place des écouvillons.

« Ce programme nous a appris à identifier les problèmes, savoir quoi chercher, comment y faire face, et la façon d'instruire les collègues à partager dans l’apprentissage », ajoute Lapointe. « Bridgepoint nous a formés sur la sécurité des patients pour que l'information puisse être partagée dans toute l'installation, de telle sorte que toutes les disciplines des soins de santé puissent partager nos connaissances. »  Dès que Lapointe a signalé le problème des tampons au chlorhexidine, toutes les unités de l'hôpital ont été vérifiées et tous les chariots à médicaments modifiés.

Selon Lapointe, une fois qu’on est formé à penser de façon systémique,  on apprend à faire des changements. De plus le PESP - Canada créé un effet d'entraînement qui est en train de changer la culture de Bridgepoint. « Bridgepoint encourage et prend la sécurité des patients au sérieux », dit Lapointe. « Des programmes comme celui-ci vont loin dans le soutien du personnel de première ligne, qui peut rapidement identifier les problèmes, et cette formation nous donne l'occasion de faire une différence. »

Gagner la confiance de faire un changement

Un autre projet a porté sur la correction d’un problème d’ordonnances manquantes dans un programme neuromusculaire en milieu hospitalier. Des informations ont été recueillies afin de répondre à ces questions : est-ce que le personnel était trop occupé? Était-ce dû à un nombre de dossiers trop important? Est-ce que l'écriture sur les ordonnances était illisible? Un programme éducatif a été instauré et une signalisation affichée dans des endroits différents, y compris la salle des médicaments, les postes de soins infirmiers et les endroits où les dossiers sont vérifiés. Des suivis sont maintenant envoyés par courriel au personnel de l'unité, pour les rappeler et les inciter à vérifier que toutes les ordonnances sont complètes.

Avant l'étude pilote, deux ou trois ordonnances manquaient chaque mois, mais depuis ces interventions l'année dernière, il n’y a eu qu'une seule ordonnance manquante. L'équipe s'est concentrée sur l'éducation continue du personnel et la disponibilité de panneaux de signalisation dans les endroits appropriés pour aider à éliminer les ordonnances manquantes. « Ce n'est pas sorcier, il suffit d'un peu plus d'énergie et d'attention », explique Ken So, ergothérapeute. « La formation que j'ai reçue grâce au programme m'a donné la confiance nécessaire pour améliorer mon environnement de travail et apporter des modifications. J'ai compris que je n'ai pas besoin d'une subvention de recherche énorme, je peux tout simplement mener un sondage, faire quelques vérifications préliminaires et assurer la formation de l'équipe – c’est à petite échelle, utile, efficace et spécifique. »

Appliquer l'apprentissage dans la pratique quotidienne

Le personnel d’une des unités trouvait que le système Cardex était peu utile puisque l'information était souvent désuète et en désordre, ou bien que les cartes ne comportaient pas assez d'espace libre pour écrire. L'équipe a décidé que réorganiser le système Cardex ne serait pas réalisable dans le délai prévu au programme, alors ils ont porté leur attention sur la section allergie de la carte. Une autre équipe de professionnels de la santé est maintenant en train de revoir l’ensemble du système Cardex pour l'unité en question.

Dès que nous avons porté notre attention sur les allergies, une vérification des cartes Cardex a été faite, suivie par une comparaison avec le système de documentation en ligne pour voir s'il y avait des incohérences. Un énorme problème a été découvert, car des allergies documentées sur le Cardex n’étaient pas nécessairement les mêmes que sur le système de documents informatisés, et il s’agissait d’un problème majeur de sécurité des patients. Un autocollant signalant les allergies a été créé et apposé sur chaque carte Cardex. De plus, chacun a eu la responsabilité de mettre à jour la section allergies pour ses propres patients.

« Le programme PESP - Canada de Bridgepoint nous a donné un cadre de travail, des outils faciles à suivre, et une prise de conscience accrue de la sécurité des patients », affirme Maya Nikoloski, infirmière autorisée et infirmière enseignante. « Ça vous donne un objectif de sécurité que vous pouvez appliquer à des initiatives au niveau micro ou macro tant pour des projets à l’échelle de l'unité qu’à l’échelle de l'hôpital. Le programme m’a donné une perspective différente sur la façon d'aborder un projet et ça m’a vraiment permis d'appliquer l'apprentissage dans ma pratique quotidienne. »

Cliquez ici pour consulter le premier article de cette série en trois parties sur la façon dont Bridgepoint Health a personnalisé le Programme d'éducation en sécurité des patients — Canada (PESP – Canada) pour faire progresser la sécurité des patients.

Pour en savoir plus sur le programme PESP - Canada offert par l’Institut canadien pour la sécurité des patients, cliquez ici.