Connexion
CPSI partager            
12/14/2016 2:00 AM

​Après avoir assisté au programme Promouvoir la sécurité des patients dans la formation des résidents (PSPFR/ASPIRE) au Collège royal il y a deux ans, la Dre Sarah Stevens, une anesthésiste pédiatrique au Centre de santé IWK à Halifax, Nouvelle-Écosse, s'est mise à pense que même si son groupe périopératoire fonctionnait bien comme équipe, l'examen de la morbidité et de la mortalité pourrait être amélioré si l'approche de l'examen des cas était plus pédagogique.

« Ce qu'on a fait, c'est qu'on a analysé quelques thèmes qui avaient soulevé beaucoup de discussions » explique la Dre Stevens. « L'un des premiers sujets abordés était de réviser l'effet des infections des voies respiratoires supérieures sur les enfants et pourquoi les anesthésistes n'aiment pas endormir les bébés qui ont une infection respiratoire aiguë. Les discussions pédagogiques sur la sécurité des patients présentaient un cadre pour une présentation conjointe des cas entre les services de chirurgie et d'anesthésie, une discussion des résultats et l'examen de la littérature. Les discussions pédagogiques ont fait participer toute l'équipe périopératoire (anesthésistes pédiatriques, spécialistes de la chirurgie pédiatrique, infirmières de salle opératoire et de soins aigus et assistants en anesthésie). Les commentaires et les questions du public étaient encouragés et le format a été bien reçu. On a fourni aux participants la littérature fondée sur les données probantes concernant le processus de prise de décision et la décision de poursuivre ou non un cas de chirurgie pédiatrique élective lorsqu'ils sont confrontés à une infection respiratoire aiguë. C'était très instructif pour les infirmières d'unités de soins post-anesthésie et de salle opératoire, qui se sont également senties beaucoup plus instruites sur le sujet. »

Une équipe interdisciplinaire a été formée pour planifier des discussions pédagogiques trimestrielles sur la sécurité des patients. L'équipe comprend Kathy MacDonald, une infirmière enseignante qui est infirmière de salle opératoire pour enfants et qui supervise également les revues de morbidité périopératoires; une anesthésiste (la Dre Stevens); et un chirurgien, le Dr R. Romao, chirurgien pédiatrique et urologue. Jusqu'à présent, six discussions de terrain ont eu lieu - 45 minutes étaient allouées pour la présentation suivie de 15 minutes de discussion active. La participation à chacune des discussions a attiré de 25 à 55 professionnels de la santé.

Les discussions pédagogiques sur la sécurité des patients sont également utilisées comme moyen de fournir une formation formelle sur l'amélioration de la qualité et la sécurité des patients aux boursiers et aux résidents cliniques, qui sont encouragés à présenter des cas qu'ils ont traités dans un environnement d'apprentissage sécuritaire.

Quand un jeune patient était atteint d'une embolie pulmonaire après la chirurgie, l'équipe a utilisé ce cas et a invité les infirmières de première ligne à assister aux discussions périopératoires pour en apprendre davantage sur les risques du patient. En raison d'un protocole de dépistage de cas, un arbre de décision a été développé par une équipe multidisciplinaire pour décider lesquels des enfants devraient recevoir une thromboprophylaxie et pour déterminer le type de thromboprophylaxie à administrer.

« Il y a eu un effet d'entraînement dans le sens où il y a de l'éducation, de la collaboration et la possibilité de poser des questions concernant la gestion et les soins des enfants dans un forum où tout le monde a la possibilité d'apporter quelque chose », explique la Dre Stevens. « Nous nous concentrons moins sur la morbidité et la mortalité, et plus sur l'événement et les enseignements que nous pouvons en tirer pour améliorer nos soins. Le processus formel concernant la morbidité et la mortalité se déroule toujours, mais à un autre moment ».

Lors d'une autre série de discussions, des données provenant de la liste de vérification d'une chirurgie sécuritaire, des infections de lignes centrales, des infections de plaies et septiques ont été présentées afin que le personnel puisse voir comment les changements dans la salle opératoire au cours des cinq dernières années ont un impact positif.

« Notre objectif cette année est de faire participer nos collègues de médecine d'urgence et de pédiatrie », explique la Dre Stevens. « Renvoyer des informations à l'équipe de soins primaires a vraiment une grande valeur. La médecine a évolué d'une manière telle que nous avons tendance à travailler en silos; ainsi, si on peut obtenir une formation de la part d'autres membres de l'équipe, on a alors une vision beaucoup plus complète. »