Connexion
CPSI partager              
10/25/2016 9:05 PM

Au Canada, en 2014-15, un patient hospitalisé sur 18 subissait au moins un événement préjudiciable (138 000 sur 2,5 millions de séjours à l'hôpital).  Parmi eux, 30 000 séjours (soit un sur cinq) comportaient plus d'une forme de préjudice.  Bien que la plupart des patients bénéficient de soins sécuritaires, il arrive parfois que des événements leur portent préjudice.  Nous sommes en mesure de prévenir plusieurs de ces événements.

L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) et l'Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) s'efforcent de corriger les lacunes des indicateurs de préjudices aux patients en recueillant des données sur la fréquence des événements préjudiciables et en fournissant l'information nécessaire pour aider à les prévenir.  Grâce à l'élaboration d'une Ressource d'amélioration pour les préjudices à l'hôpital et au rapport Measuring Patient Harm in Canadian Hospitals (Mesure des préjudices subis par les patients dans les hôpitaux canadiens), les décideurs du système de santé, la haute direction des hôpitaux, les cliniciens et les responsables de l'élaboration des politiques ont maintenant accès à des renseignements importants sur la sécurité des patients hospitalisés en soins de courte durée et sur la façon d'améliorer ces soins.

Cette ressource d'amélioration et de mesure comprend un nouvel outil pratique et facilement accessible dont les hôpitaux peuvent se servir pour améliorer la sécurité de leurs patients et réduire la fréquence des préjudices.  « Grâce à cette ressource d'amélioration, les cliniciens et les équipes chargées de la sécurité des patients peuvent maintenant passer moins de temps à chercher ce qu'il faut faire et plus de temps à planifier et à mettre en place des changements qui ont fait leurs preuves », nous dit Chris Power, présidente et chef de la direction de l'ICSP.

« Un événement préjudiciable est déjà un préjudice de trop », ajoute Bill Tholl, président et directeur général de SoinsSantéCAN, le porte-parole national des hôpitaux canadiens, qui veille à favoriser une amélioration soutenue des soins de santé. « SoinsSantéCAN‎ se réjouit de la parution de ce rapport, et nous sommes heureux de nous associer à l'ICSP et à l'ICIS pour atteindre cet objectif commun qui consiste à assurer la qualité et la sécurité des soins prodigués aux patients. »

Ce travail reflète une nouvelle approche pour aider les hôpitaux canadiens à mesurer et à améliorer la sécurité des patients.  « Bien que la plupart des patients reçoivent des soins sécuritaires au Canada, nous devons continuellement nous efforcer de faire mieux », souligne l'honorable Jane Philpott, ministre de la Santé.  « Les données de qualité supérieure constituent un outil important pour appuyer nos efforts d'amélioration, et nous remercions l'ICIS et l'ICSP de collaborer à l'atteinte de cet objectif. »

Pourquoi est-il important de mesurer les préjudices ?

Il n'existait jusqu'à maintenant aucune mesure particulière qui puisse mettre en perspective la sécurité des patients dans les hôpitaux canadiens.  La mesure est conçue pour aider les organismes à déterminer les actions prioritaires visant à améliorer la sécurité des patients et à suivre leur progrès au fil du temps.

Mesure des préjudices subis par les patients dans les hôpitaux canadiens

Le rapport Measuring Patient Harm in Canadian Hospitals résume la nouvelle approche pour mesurer les préjudices dans les hôpitaux.  Il nous fournit une vision globale de la sécurité des patients au Canada et des préjudices qu'ils subissent dans nos hôpitaux; le nombre et les types d'événements; ainsi que les types de patients et les conséquences qu'ils subissent.

Ce rapport présente la Ressource d'amélioration aux lecteurs et les guide pour leur apprendre à utiliser la mesure pour s'améliorer.  Il souligne l'importance d'utiliser les données de mesure parallèlement à d'autres données immédiatement disponibles.

La mesure des préjudices à l'hôpital

La mesure des préjudices à l'hôpital a été élaborée conjointement par l'ICIS et l'ICSP avec la collaboration de leaders en matière de sécurité des patients.  Cette mesure représente une nouvelle approche pour mesurer et contrôler les préjudices qui surviennent dans les hôpitaux canadiens.  L'ICIS et l'ICSP s'engagent à travailler avec les intervenants du pays pour s'assurer que cette mesure soit un outil pratique pour contrôler et améliorer la sécurité des patients admis dans les hôpitaux de soins de courte durée.

La mesure se définit comme le taux d'hospitalisations en soins de courte durée au cours desquelles survient au moins une occurrence de préjudice involontaire durant un séjour à l'hôpital, préjudice qui aurait pu être évité grâce à la mise en œuvre de pratiques connues fondées sur des données probantes.

L'un des avantages clés de cette mesure est qu'elle se sert des données existantes, déjà répertoriées dans la Base de données sur les congés des patients de l'ICIS (BDCP) — aucune autre cueillette de données n'est nécessaire.  La BDCP recueille les renseignements sur les congés de l'hôpital survenus à travers le Canada (à l'exception du Québec).  Elle est bien établie, se fonde sur des normes communes pour recueillir les données et intègre des méthodes pour vérifier et assurer la qualité des données.

Pour qu'un préjudice s'intègre à la mesure, il doit répondre aux trois critères suivants : il est survenu au cours du même séjour à l'hôpital; il nécessite un traitement ou prolonge le séjour du patient à l'hôpital; et il fait partie des conditions contenues dans les 31 groupes cliniques du Cadre de travail de la mesure des préjudices à l'hôpital.

La mesure des préjudices à l'hôpital compile les occurrences de préjudices involontaires qui surviennent durant un séjour à l'hôpital.  Elle est composée de groupes cliniques classés dans quatre catégories, soit : les affections liées aux soins de santé ou aux médicaments; les infections liées aux soins de santé; les accidents chez les patients; et les affections liées aux interventions.

La mesure intègre une série d'événements préjudiciables, allant des « événements qui ne devraient jamais arriver » — les cas qui ne devraient jamais se produire et qui sont entièrement évitables (p.ex., la rétention d'un corps étranger) — aux événements où la mise en œuvre de pratiques fondées sur des données probantes devraient réduire le risque de préjudice mais ne peut garantir d'éviter chacune des occurrences (p.ex., la pneumonie par aspiration).  Bien que l'ensemble des événements préjudiciables compris dans cette mesure ne puissent tous être évités, la mise en œuvre de pratiques fondées sur des données probantes peut aider à réduire le taux de préjudices.

Le but des indicateurs de qualité et de sécurité est d'améliorer les soins aux patients et d'optimiser les résultats pour le patient.  La mesure devrait être utilisée avec d'autres sources d'information sur la sécurité des patients, dont les systèmes de déclaration et d'apprentissage, l'étude ou la vérification des dossiers, les résultats des enquêtes d'Agrément Canada, les inquiétudes des patients et les mesures d'amélioration de la qualité des processus cliniques.  Ensemble, ces informations peuvent orienter et optimiser les initiatives d'amélioration.

La Ressource d'amélioration pour les préjudices à l'hôpital

La Ressource d'amélioration pour les préjudices à l'hôpital fait le lien entre la mesure et l'amélioration en fournissant des ressources fondées sur des données probantes qui soutiendront les efforts d'amélioration de la sécurité des patients.  La Ressource d'amélioration favorisera le dialogue autour de la sécurité des patients et de l'amélioration des soins.

Pour les patients et les familles, comme Carole Jukosky, la Ressource d'amélioration fournit des renseignements pertinents pour prévenir les événements préjudiciables.  Le père de Carole, Herbert Strasser, est mort subitement en septembre 2011, après un séjour éprouvant de six semaines à l'hôpital, où son état s'aggravait de jour en jour.  La continuité et le suivi de ses soins sont les éléments majeurs qui ont affecté sa condition.

« Le cas de mon père est très complexe et comporte, somme toute, plusieurs problèmes », nous dit Carole. « La situation était extrêmement troublante pour le système médical, pour mon père et pour notre famille. »

Carole a dû fouiller parmi tous les dossiers médicaux et tous les résultats d'analyses de laboratoire pour tenter de comprendre ce qui se passait.  Elle s'est rendue dans tous les établissements pour examiner le cas de son père, appuyée par une enquête du coroner qui qualifiait la situation de « véritable tempête » d'erreurs et de fausses hypothèses.  Les recherches et les investigations de Carole ont mené à plusieurs améliorations des soins de santé.

La Ressource d'amélioration pour les préjudices à l'hôpital fournit de l'information sur l'ensemble des outils conçus pour assurer la sécurité des patients et des ressources pour améliorer la qualité des soins, un mode d'emploi de la mesure des préjudices à l'hôpital, ainsi que des références et des ressources spécifiques à chacun des 31 groupes cliniques.

 

Pour de plus amples renseignements et pour accéder à la Ressource d'amélioration, visitez le securitedespatients.ca ou le www.cihi.ca/fr.