Connexion
CPSI partager            
4/17/2011 6:00 PM

​​​​​​Dans le cadre de l’atelier « Des chirurgies sécuritaires sauvent des vies » intitulé Des soins chirurgicaux sécuritaires – n’acceptons rien de moins! – les participants ont pu assister à un intéressant discours d’ouverture, 2 séances plénières, 12 séances interactives simultanées et une exposition sur la sécurité des chirurgies afin de promouvoir le réseautage et la discussion. Quelque 80 participants se sont rendus à Montréal pour assister aux sessions les 28 et 29 mars 2011. De plus, 20 organisations se sont inscrites à la webdiffusion, permettant ainsi à 140 personnes de participer aux séances.

« Nous sommes ce que nous faisons, pas ce que nous disons que nous faisons…les communications nous aident à faire ce que nous devons faire, particulièrement quand ça va mal! » - Dr Aidan Halligan

Dr Halligan est un conteur sympathique dont le discours d’ouverture intitulé La sécurité des patients – adhésion versus engagement, portait sur l’acceptation de l’échec et les façons d’en tirer des leçons, comme une étape importante sur la voie du succès. En tant que directeur de l’Éducation, University College London Hospitals et chef de la sécurité, Brighton and Sussex University Hospitals, le Dr Halligan affirme que la culture est critique et que certains points importants sont essentiels au changement : envoyer le bon message et aborder le sujet du bon angle (position). Si vous voulez vraiment établir des liens avec les gens, regardez leurs yeux, pas leurs chaussures. Et, en tant que leader, vous devez motiver et inspirer les gens – demandez-vous pourquoi quiconque suivrait votre leadership?

« La découverte inattendue de points négatifs peut être tout aussi valable que la célébration d’un succès, mais on en fait rarement une fête ! » - Dre Lorelei Lingard

Dans son exposé intitulé Au delà de la conformité : Composer avec les paradoxes et les silences dans les communications au sein des équipes de bloc opératoire, la Dre Lingard s’est penchée sur les réunions d’information préopératoires afin de structurer les discussions interprofessionnelles en se servant d’exemples tirés du programme de recherche « Team Talk ». En séance plénière, on a présenté un bref résumé de l’impact des réunions d’information en équipe sur le taux d’erreurs dans les communications au sein de l’équipe et les processus de travail collaboratif. Ce résumé a été suivi d’une longue discussion sur deux leçons clés : l’importance des effets paradoxaux des communications dans les systèmes complexes et les défis d’interprétation du « silence » dans les communications d’équipe.

« Je fais partie des statistiques de victimes d’un incident évité de justesse, que personne d’autre à l’hôpital n’a remarqué, et qui a causé des symptômes effrayants et non diagnostiqués qui ont persisté pendant tout mon séjour. » Mary Bromley

La séance plénière, Prévenir ou ne pas prévenir : un aide-mémoire sur l’embolisme pulmonaire bilatéral majeur, a permis à Mary Bromley, une artiste d’une région rurale de l’Ontario, de présenter le point de vue des patients. Mme Bromley a décrit ses efforts pour « être une bonne patiente » et, après quatre chirurgies en cinq ans, ses interrogations sur les raisons pour lesquelles la bonne thromboprophylaxie n’avait pas été administrée.

Les séances simultanées ont abordé des sujets variés mais centrés sur la sécurité des chirurgies, comme la Liste de vérification d’une chirurgie sécuritaire, la déviance positive, l’agrément, la prévention des infections du site opératoire, la prophylaxie de la thrombo-embolie veineuse, les tendances en matière de responsabilité, les risques juridiques dans le bloc opératoire, la mise en œuvre de changements dans la culture, la sécurité des médicaments et les mesures.

Cliquez ici pour entendre des enregistrements des exposés de l’atelier Des chirurgies sécuritaires sauvent des vies et avoir accès à des copies.