Connexion
CPSI partager            
5/20/2014 6:00 PM

​Le travail de l’Institut canadien pour la sécurité des patients a récemment été le centre d’attention au Texas, lorsque Ioana Popescu, chef de l’amélioration de la sécurité des patients, est venue raconter son expérience de Patients pour la sécurité des patients Canada, de la gestion des incidents, de la sécurité chirurgicale et l’hygiène des mains dans le cadre de la 8e conférence de l’Institute for High Reliability Organizing (HRO), tenue au Centre des sciences médicales de l’Université North Texas en mars 2014.

Dans le secteur de la santé, plusieurs organisations cherchent à devenir extrêmement fiables et à agir de manière prévisible, sécuritaire et efficace. Ceci se reflète sur leur forme organisationnelle, qui repose sur des structures tangibles, des procédures et des incitatifs, de même que sur des concepts intangibles comme la culture et la sécurité, cruciaux pour assurer la sécurité.

HRO panel.jpg 

Il n’existe aucune forme précise qui soit « sécuritaire » ou « meilleure » pour toutes les organisations, quelles que soient les circonstances; cliniciens et dirigeants doivent plutôt remettre cent fois le travail sur le métier, pour répondre aux besoins de leur institution à différentes étapes d’organisation. Ce travail de structure, en vue d’objectifs qui semblent contradictoires, comme la sécurité et le coût, peut servir d’amorce à une réflexion visant à mieux comprendre et à améliorer les systèmes de soins.

Madame Popescu faisait partie du premier panel à prendre la parole lors de la conférence, en compagnie du Dr Jim Conway, du patient électronique Dave et du Dr Bruce Spurlock. L’objectif de ce panel consistait à débattre des moyens d’appliquer ces concepts à l’interaction soins-patients, au patient lui-même et à ses contacts sociaux.

Les membres de Patients pour la sécurité des patients Canada ont contribué à cette présentation en racontant leur expérience et en proposant des idées par courriel. Ils considèrent que les patients et les familles ont un rôle à jouer. Nous devons toutefois nous souvenir qu’il y a des circonstances où le patient et sa famille sont trop préoccupés par la maladie pour participer au processus, de sorte que des représentants des patients, parlant au nom des patients passés et à venir, doivent participer à la conception de ces fameux systèmes fiables. Les patients ont également souligné certains exemples de collaboration réussie, en particulier la campagne « Prenez la parole et écoutez bien » de l’Hôpital général juif, qui ciblait autant les patients et leur famille que le personnel soignant.

Comme il s’agit d’une nouvelle approche qui n’est pas validée par beaucoup de recherche et de faits probants, le panel a invité les participants à débattre de la manière dont les patients et les familles peuvent contribuer à la fiabilité à travers toutes les étapes des soins. Voici quelques faits saillants des idées émises par le groupe de quelque 30 participants :

  • La formation que nous donnons aux patients et aux familles ne devrait pas se concentrer sur l’organisation à haute fiabilité, mais plutôt sur l’empathie mutuelle;
  • L’accent ne devrait pas être mis sur la conformité ou les normes, mais sur l’atteinte d’objectifs sanitaires;
  • Il est important d’être attentif à l’état d’esprit du personnel soignant, des patients et des familles et de le changer pour qu’ils puissent participer;
  • Les techniques d’entrevue motivationnelle peuvent être utiles;
  • Il est important de trouver un juste équilibre entre sécurité et participation des patients, en particulier dans des services comme l’urgence et les soins intensifs;
  • Il est important de comprendre les besoins sociaux et culturels de chaque patient (les stigmates sociaux, par exemple) pour atteindre les objectifs sanitaires ;
  • Il faut souligner les réussites et anticiper sur les prochaines solutions;
  • Il faut trouver des solutions innovantes (les tensiomètres chez les barbiers, par exemple).

Organiser la haute fiabilité avec les patients, les familles, les clients ou le public est un sujet qu’il faudra approfondir, parce qu’il peut permettre d’accélérer la mise en place de soins sécuritaires. Veuillez partager vos exemples et vos histoires – tirés du monde de la santé ou de l’extérieur – et écrivez à Ioana à ipopescu@cpsi-icsp.ca.

Le blogue préconférence de Jim Conway : https://www.hcfama.org/blog/high-reliability-what%E2%80%99s-role-patient-family-public-and-community 

Leblogue du patient électronique Dave : http://www.epatientdave.com/2014/03/30/patients-are-the-ultimate-stakeholder-hro-should-partner-with-us/ 

L’ordre du jour et les présentations sont en ligne ici : http://www.cedata.org/hro2014/