Connexion
CPSI partager            
5/20/2014 6:00 PM

​​On estime que près de 1,4 million de Canadiens reçoivent des services de soins à domicile financés par l'État chaque année. Dans ce contexte, le rapport sur la sécurité à domicile : l’étude pancanadienne sur les soins à domicile a révélé qu'environ 10 à 13 pour cent des clients de soins à domicile ont subi un effet indésirable par an et que plus de 50 pour cent de ces incidents sont évitables. Les types de préjudices les plus couramment constatés étaient des blessures causées par les chutes, des incidents médicamenteux et des infections.

La Dre Diane Doran (infirmière chercheuse, Université de Toronto, Lawrence S. Bloomberg Faculty of Nursing) et le Dr Régis Blais (Faculté de Médecine et École de santé publique, Université de Montréal), coresponsables de l'étude sur sécurité à domicile, ont travaillé avec une équipe interdisciplinaire de chercheurs et d'intervenants clés de partout au Canada afin d'élaborer des recommandations pour améliorer la sécurité des soins à domicile.

« Bien que le contenu du rapport mette l'accent sur ​​les aspects de la prestation de soins à domicile qui ont besoin de réforme et d'amélioration, il est important de reconnaître les contributions remarquables de tous ceux qui sont engagés dans la prestation de soins de qualité à des centaines de milliers de Canadiens », affirme la Dre Doran. « L'ampleur et le détail de l'étude effleurent à peine la surface, et il reste beaucoup de travail à faire pour améliorer la sécurité des soins à domicile. » Nous travaillons actuellement avec les organismes d'appui afin de partager ce que nous avons appris et d’obtenir leur participation et contribution pour nous attaquer aux facteurs de risque identifiés dans l'étude.

L'étude a utilisé des méthodes multidimensionnelles afin de fournir une compréhension globale de la nature et du fardeau des problèmes de sécurité chez les Canadiens recevant les services de soins à domicile financés publiquement. Les méthodologies pour estimer le taux d'incidents préjudiciables chez les clients canadiens de soins à domicile consistaient à examiner les dossiers/rapports d’incidents et les données administratives.

Dans l'analyse des médicaments et des incidents liés aux chutes, quatre grands thèmes ont émergé : l’incohérence dans la façon dont les soins sont planifiés et prodigués à domicile, le manque d'intégration des équipes de soins à domicile et la coordination entre les secteurs de la santé, la mauvaise standardisation des processus de soins, les emballages de médicaments et le choix des équipements et les décisions risquées des clients et des prestataires.

Des groupes de discussion et des entretiens avec clients, aidants et prestataires ont identifié six facteurs affectant la sécurité : faire tout son possible pour rester à la maison; l’augmentation des tâches et des pertes et comment les rôles du client et du prestataire avaient changé; le rationnement de l’oxygène mène à une vie de rationnement, le défi non reconnu de passer aux soins à domicile, les problèmes de conception des systèmes qui intègrent des obstacles aux soins sécuritaires et la diminution de la santé partagée par le client et le soignant.

Âgée de onze ans, la fille de Denise Clayton avait des problèmes de santé complexes et a dû compter sur les services de soins à domicile depuis sa naissance – la famille a été témoin de la fatigue du soignant. « La continuité des soins est si importante quand votre enfant est fragile et vulnérable », explique Clayton. « On doit constamment faire tomber des obstacles et utiliser toutes les ressources disponibles. On ne peut pas abandonner. Notre espoir est que cette étude permettra de sensibiliser les gens à propos des changements qui donneront aux familles le soutien dont elles ont vraiment besoin. »

Plusieurs recommandations ont été faites pour faire avancer le travail pionnier de l'étude, qui influenceront les politiques, pratiques et la direction, y compris les suivantes :

  • Assigner à chaque client de soins à domicile un gestionnaire de cas intersectoriel ayant l'autorité et la responsabilité nécessaires pour assurer la planification et la prestation d'une qualité constante de soins sécuritaires;
  • Offrir aux aidants bénévoles de la formation, le soutien à long terme, une aide psychologique et des évaluations de santé;
  • Créer des équipes interdisciplinaires intégrées de soins de santé avec des clients et leurs aidants comme participants pour assurer la continuité de la prestation des soins dans tous les secteurs des soins de santé, avec une attention particulière accordée aux clients passant des soins à l'hôpital aux soins à domicile.
  • Explorer les possibilités de collaboration accrue entre les soins à domicile et les soins en établissement;
  • Standardiser les emballages de médicaments, le choix des équipements;
  • Créer un dossier électronique type accessible par tous les soignants de tous les secteurs afin de standardiser la communication entre les disciplines et les secteurs et d'élargir l'utilisation des outils de communication et de déclaration électronique.
  • Élaborer et standardiser des politiques concernant le processus et le calendrier pour l'évaluation des risques afin d'assurer que les changements aux niveaux de risque sont consignés et suivis. (Les outils qui existent déjà au Canada, tels que les instruments dévaluation des résidents et les protocoles d'évaluation clinique, pourraient être utiles pour évaluer les risques et orienter les soins.)
  • Lever les restrictions sur les réservoirs d'oxygène portatifs pour les clients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).
  • Mettre en œuvre des politiques et procédures pour gérer les médicaments en toute sécurité dans le cadre des soins à domicile;
  • Élaborer des compétences standard pour les aidants à domicile.

L'étude d’un million de dollars portant sur la sécurité à domicile est la première en son genre au Canada et dans le monde. Un financement supplémentaire de 200 000 $ a été alloué pour le transfert des connaissances et pour élaborer les outils et les ressources nécessaires pour aider les décideurs, les travailleurs de première ligne et les familles à faire progresser les soins à domicile.

« Le travail a commencé avec Agrément Canada en matière de normes et de compétences liées aux soins à domicile et à la sécurité des patients; ainsi qu’avec l'Institut canadien pour la sécurité des patients, l’Association canadienne de soins et services à domicile et d'autres afin de collaborer sur l'application des connaissances », explique la Dre Doran. « J'ai bon espoir que notre travail entraînera des changements dans la façon dont les services sont offerts afin d’assurer la sécurité de tous les clients recevant des soins à domicile. »

Pour consulter l'étude complète, cliquez ici ou visitez www.securitedespatients.ca et sélectionnez Recherche.

L'étude sur la sécurité à domicile a été financée par l'Institut canadien pour la sécurité des patients, les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) (y compris l'Institut des services et des politiques en santé, l'Institut du vieillissement et l'Institut de la santé circulatoire et respiratoire), la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS) et la Change Foundation.