Connexion
CPSI partager            
5/20/2014 6:00 PM

​Le dernier jour du Forum virtuel national sur la sécurité des patients et l'amélioration de la qualité 2013 a signalé la fin de cinq jours de diffusions en direct avec plus de 5 000 auditeurs uniques provenant de plus de 1 200 établissements participants dans 12 pays, dont l'Argentine, les Bermudes, le Brésil, le Canada, la Chine, Hong Kong, l’Inde, l’Irlande, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, l'Arabie Saoudite, la Slovénie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Il y avait aussi plus d'un million d'impressions sur Twitter de #asklistentalk durant le Forum. Le format virtuel de la semaine du Forum a économisé plus de 1 923 tonne émissions de CO2.

La dernière journée du Forum a été consacrée à la participation des patients. Tout au long du Forum virtuel national, chaque jour a débuté avec un récit de patient. Ces histoires personnelles émouvantes partagées par des membres de la famille sont un véritable appel à l'action; QUESTIONNEZ - des soins de santé de qualité commencent par une question, ÉCOUTEZ ; des soins de santé de qualité dépendent de l’ouverture d’esprit et PARLEZ-EN- des soins de santé de qualité exigent un cœur sensible. Voici les points saillants du programme d'aujourd'hui:

 

Le partage ouvert de l'information contribue à renforcer la confiance entre les patients et leur équipe de soins de santé et améliore la sécurité et l'expérience des soins. Vu du point de vue d'un patient, l’acteur et comédien Daniel Stolfi a partagé son expérience de deux ans de lutte contre le lymphome non hodgkinien, il a donné un aperçu de sa présentation, Cancer Can’t Dance Like This. « Combattre le cancer a été la plus difficile partie de ma vie », a dit Daniel Stolfi. « La communication est essentielle pour bâtir une relation de confiance avec son médecin traitant. »

 

(De gauche à droite) Kim Ruether, Marg MacDonald, Raeline McGrath et Daryl de Bell

Les membres de Patients pour la sécurité des patients du Canada et les groupes consultatifs de patients ont souligné que l'écoute du patient est ce qui rend la participation du patient et des familles significative.

À la suite de la mort de son fils de 16 ans d'un arrêt cardiaque soudain dans un gymnase d'école, Kim Ruether s’est donnée comme mission de rendre les défibrillateurs externes automatisés (DEA) aussi largement disponible que les extincteurs de feu afin de prévenir d'autres tragédies inutiles. « Les arrêts cardiaques soudains ne sont pas rares, y survivre l’est par contre », dit Kim Ruether. « Les DEA sont sécuritaires, simples et sauvent des vies. »

Marg MacDonald, présidente du conseil, Prairie Mountain Health, a renforcé l’importance de la puissance des excuses en partageant des histoires de son frère et son mari qui étaient tous les deux mal diagnostiqués et sont décédés par la suite. « Quand le médecin de mon frère m’a dit je suis désolé, nous vous avons causé plus de mal que de bien, c'était tellement important », dit Marg MacDonald. « Il y a de la valeur lorsqu’on apprend de nos erreurs. Des récits racontés simplement sans amertume contribuent à faire progresser la sécurité des patients. »

Raeline McGrath, membre de Patients pour la sécurité des patients du Canada, partage son voyage pour trouver des réponses après le décès de sa fille Claire, qui est morte dans une unité de soins intensifs pédiatriques. Un examen médical a déterminé que la mort de Claire aurait pu être été évitée. « De bon soins ne sont pas toujours parfaits », dit Raeline McGrath. « Les bons cliniciens font des erreurs et quand cela se produit les patients et les familles doivent se mobiliser, être informés, doivent se faire écouter et se sentir à l’aise de poser des questions et de recevoir des réponses conséquentes. »

Daryl Bell collabore avec quelque 60 conseillers en expérience des patients dans son rôle de responsable du comité consultatif des patients à Hôpital général de Kingston. « Les prestataires de soins de santé de prennent des décisions qui affectent l'expérience des patients sans tenir compte de la perspective du patient », explique Daryl Bell. « Je ne peux pas m'empêcher de penser combien les prestataires de soins de santé peuvent apprendre en écoutant des patients et des familles. »

Naviguer dans un système de santé complexe peut être intimidant. Des conseils de professionnels de la communication ont été présentés par Judith Dyck et Sue Robins, qui ont partagé des expériences personnelles en tant que défenseurs dans le système de soins de santé.

« Les établissements doivent laisser tomber l’approche réactive afin de partager de bonnes nouvelles », dit Judith Dyck. « Créer un environnement positif et ouvert entre les prestataires et les patients et les familles nous inspirera tous à mieux faire. » « La divul​gation d'un diagnostic ou d'un pronostic comprend des informations  importantes et parfois, on garde tout et parfois on ne se souvient de rien », dit Sue Robins. « Nous devons passer de la communication de prestataire à individu à la communication d’individu à individu. » 

 

Le Forum s'est terminé par une séance en français où André Néron, Directeur-Associé du Bureau facultaire de l’expertise Patients Partenaire et président du Comité de Patients Experts de la Faculté de Médecine de l'Université de Montréal a renforcé la valeur du patient en tant que partenaire.

 

(De gauche à droite) Cecilia Bloxom, Hugh MacLeod et Kaaren Neufeld

Tout au long de la semaine, les vidéos soumises au concours vidéo QUESTIONNEZ.ÉCOUTEZ.PARLEZ-EN ont été visionnées durant le Forum et visionnées près de 5 000 fois sur YouTube. Félicitations à la British Columbia Cancer Agency et l’Hôpital Montfort! La vidéo de l'Hôpital Montfort a été votée la meilleure soumission par le jury et le clip de BC Cancer a reçu le plus de visionnements sur YouTube, avec 1 546 visionnements. Ces deux établissements ont gagné un crédit de 500 $ pour la boutique en ligne de l'Institut canadien pour la sécurité des patients. Cliquez ici pour en savoir plus et pour voir toutes les vidéos soumises au concours de vidéo. 

Hugh MacLeod a clôturé le Forum en demandant à tous les auditeurs de continuer la conversation. En résumant 20 heures de présentations, il en a déduit un objectif clair de ce qu’est la sécurité des patients; un alignement des efforts entre les systèmes, les prestataires, les patients et les familles, et l'importance de la responsabilité de la performance. C'est ce qui symbolise ces mots : QUESTIONNEZ.ÉCOUTEZ.PARLEZ-EN « C’était extrêmement gratifiant d'accueillir le Forum », explique-t-il. « La qualité des présentations, des discussions et des conversations continue d’augmenter. » 

Cliquez ici pour visionner toutes les séances du Forum virtuel national sur la sécurité des patients et l'amélioration de la qualité. Les grandes idées sont faites pour être partagées. N’hésitez pas à revoir et à transmettre les séances.