Connexion
CPSI partager            
5/20/2014 6:00 PM

​​​​L’Institut canadien pour la sécurité des patients  (ICSP) et l’Association canadienne de protection médicale (ACPM) comprennent l’importance des collaborations dans l’amélioration de la sécurité des patients. Le partenariat unissant les deux organismes remonte à 2006, lors de la rédaction des Lignes directrices nationales relatives à la divulgation. La relation a évolué au fil des ans et l’ACMP a été d’un apport précieux pour l’élaboration des  Compétences en matière de sécurité, du Cours canadien pour les coordonnateurs de la sécurité des patients, du Programme d’éducation en sécurité des patients – Canada et du programme Promouvoir la sécurité des patients dans la formation des résidents, entre autres initiatives.

« Ce que j’aime de l’Institut canadien pour la sécurité des patients, c’est le processus de consultation exhaustif auquel il se livre dans la conception de ses outils, de ses ressources et de ses programmes, confie le Dr Gordon Wallace, directeur de la formation de l’ACMP. Nous avons tous notre point de vue et nous pouvons tous apprendre les uns des autres. L’ACMP est extrêmement heureuse de nos efforts conjoints pour promouvoir  une culture juste de la sécurité des patients, et apprécie pleinement les relations qui sont issues de notre travail avec l’Institut canadien pour la sécurité des patients. »

L’un des mandats les plus importants auxquels le Dr Wallace a collaboré a été Les compétences liées à la sécurité des patients. Ce cadre extrêmement pertinent, clair et pratique a été conçu à l’intention des professionnels de la santé. L’ACMP a adopté le cadre de compétences en matière de sécurité de l’ICSP et l’a transposé dans Le cadre des compétences CanMEDS pour les médecins pour créer son Guide des bonnes pratiques. 

Le Guide des bonnes pratiques (GBP) de l’ACMP est offert en ligne, où il se présente un outil d’autoformation visant à aider les étudiants en médecine à se préparer pour leurs examens, et à les amener à comprendre les conséquences médico-légales de la pratique médicale. Les bonnes pratiques sont des modes de pensée et d’action qui, selon l’ACMP, aideront les médecins à prodiguer des soins plus sûrs à leurs patients tout en réduisant les risques médico-légaux. Le GBP contient aussi une section destinée au corps enseignant et un certain nombre de modules qui permettent de recevoir des crédits de formation médicale continue (FMC) une fois remplis.

  • Le GBP s’articule autour de sept thèmes – les six domaines des compétences en sécurité :
  • Contribuer à une culture de la sécurité des patients;
  • Travailler en équipe à la sécurité des patients;
  • Communiquer efficacement pour assurer la sécurité des patients;
  • Gérer les risques pour la sécurité;
  • Organiser les facteurs humains et environnementaux;
  • Reconnaître, réparer et déclarer les incidents préjudiciables.

On a ajouté un domaine supplémentaire, relatif au professionnalisme.

Le GBP interactif compte 124 études de cas tirés des recherches et des analyses menées par l’ACMP. Elle comporte aussi plus de 40 vidéos et animations à télécharger, des questionnaires, et une liste de 150 bonnes pratiques. Plus de 115 concepts y sont également définis pour contribuer à illustrer les principales procédures menant à de bonnes pratiques.

« Une bonne partie de la médecine s’enseigne au pied du lit, affirme le Dr Wallace. Le véritable enseignement se fait lors d’interactions de personne à personne avec les patients; par conséquent, chaque rencontre avec un patient porte en elle le germe d’une discussion sur la sécurité des patients. C’est un concept qui devrait selon nous être ajouté aux programmes de formation médicale, pour qu’il fasse partie de la pensée et de la pratique quotidienne des professionnels de la santé. »

L’ACMP, qui est un organisme de défense médicale mutuelle, étudie et analyse les causes sous-jacentes des procès médico-légaux et des plaintes au Collège pour contribuer à lutter contre la répétition de ces problèmes.  Cette information, basée sur des faits probants, est utilisée pour préparer des études de cas, préparer des articles et des publications spéciales; elle sert aussi de base aux programmes de formation de l’association. L’ACMP a appris que la force et le potentiel de la science de la sécurité des patients ne reposent pas sur les individus, mais sur des procédures structurantes bâties autour des individus afin de minimiser les risques de préjudice pour les patients. Cette évolution de la pensée ne rend pas les professionnels de la santé moins responsables de la qualité de leur propre travail; elle signifie plutôt qu’il faut se doter de meilleures structures et d’un encadrement soutenu qui comprennent le besoin de modifier les procédures pour avancer en sécurité des soins.

« Il y a des leaders et des champions, et nous avons nous-mêmes une idée générale des enjeux en sécurité des patients, mais tout ceci doit devenir concret pour les prestataires de soins au niveau de chaque unité, soutient le Dr Wallace. Pour réussir, nous devons nous concentrer sur les solutions améliorant les procédures de soins au niveau de l’unité. Nous commençons à peine à comprendre l’importance du point de vue du patient dans la création de structures et de procédures améliorées. Cela renforce le besoin d’amener les collaborations et les partenariats une étape plus loin, en y incluant les patients, les familles et les prestataires de soins de première ligne. »

L’ACMP, fondée en 1901, est financée et administrée sans but lucratif par les médecins, pour les médecins. L’ACMP apporte la protection d’une assurance responsabilité médicale et offre de la formation continue. Son membership compte plus de 89 000 médecins et résidents. L’an passé, plus de 26 000 médecins, résidents, infirmières et administrateurs ont participé aux ateliers de formation de l’ACMP, dont 18 conférences et plus de 500 présentations faites auprès d’hôpitaux et d’associations médicales partout au pays. Pour plus de renseignements sur l’ACMP, visitez www.cmpa.org.