Connexion
CPSI partager            
3/20/2014 6:00 PM

​​​​​« L’utilisation de la déviance positive comme vecteur de changement est à la fois stimulante et frustrante, car les personnes concernées doivent apporter elles-mêmes les changements; on ne peut pas le faire pour elles, dit Vicky Willet, consultante en prévention des infections, chef d’équipe, Prévention des infections, Sault Area Hospital en Ontario.

C’est à la suite d’une éclosion nosocomiale persistante que le personnel a eu vent de la Nouvelle approche pour contrôler les superbactéries. L’équipe n’a pas tardé à se joindre aux équipes soignantes de toutes les régions du Canada qui ont mis en œuvre la Déviance positive (DP) afin d’aider à limiter la propagation des infections nosocomiales. Au printemps 2010, les membres du personnel de l’hôpital ont été invités à une réunion d’introduction à la Déviance positive. Depuis, des équipes de personnel de première ligne, avec à leur tête des consultants en prévention des infections, ont été constituées afin d’identifier des projets auxquels travailler pour réduire les risques d’infection.

« Quand, dans le cadre du concept de déviance positive, nous avons présenté pour la première fois la méthodologie d’enquête Discovery and Action Dialogue, notre personnel a vraiment participé aux discussions, identifiant des défis à relever et des choses à changer dans leur unité, dit Vicky. Nous avons pu utiliser la déviance positive dans la préparation du déménagement dans notre nouvel hôpital au début de mars. Au lieu de rentrer et de dicter où il faut placer le gel à base d’alcool et les gants, on a demandé aux membres du personnel de réfléchir au déroulement harmonieux du travail et, pourvu qu’ils suivent les consignes de prévention des infections, nous les avons laissés libres d’installer leur unité de la façon qui leur convenait. »

Selon Vicky, le site Web www.stopsuperbugs.com fournit une variété d’information et d’idées inspirantes pour les aider dans leur travail de prévention des infections. En outre, ajoute-t-elle, « les exposés par téléconférence et les anecdotes glanées d’autres prestataires de soins sont très utiles, même si vous savez déjà tout ça! » 

« La mise en oeuvre de la DP est un processus très lent et il nous arrive parfois de penser que nous ne faisons pas tout ce qu’il faut faire pour que le projet avance, dit Vicky. Notre consultant en DP nous a été très précieux, nous a gardés sur le droit chemin et nous a beaucoup soutenus dans notre travail. »  Sheila Chartrand, consultante en prévention des infections chez Quinte Health Caredans le centre de l’Ontario a déclaré : « Au début, on a beaucoup de difficulté à comprendre le concept de déviance positive. Il faut avoir beaucoup d’enthousiasme et convaincre les gens qu’ils sont la clé de la solution du problème et un rouage important dans l’ensemble du processus. »  Selon Sheila, pour apporter des changements en santé et changer la culture, il est important de donner plus de latitude au personnel. « Permettre aux gens de s’approprier le processus les rend fiers et les dispose encore mieux envers le changement. »

« Si vous cherchez une solution instantanée, trouvez d’autres méthodes car, si la déviance positive est extrêmement efficace, elle exige de la patience, du temps et l’engagement de toute l’équipe soignante de la base au sommet » conclut Sheila.